Franck Riboud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Riboud.
Franck Riboud aux universités d'été du MEDEF en 2008.

Franck Riboud, né le 7 décembre 1955 à Lyon, est le PDG de Danone.

Famille Riboud[modifier | modifier le code]

Franck Riboud est le fils d'Antoine Riboud, PDG de BSN (ancien nom du groupe, devenu Danone en 1994), le frère de Christine Mital, le neveu du photographe Marc Riboud, de Jean Riboud, président de Schlumberger et de Jacques Riboud, urbaniste.
Franck a succédé à son père en 1996, alors que la famille ne détenait qu'environ 1 % du capital.
Il est entré en 1980 dans le groupe où il a exercé successivement, jusqu'en 1989, des responsabilités de contrôle de gestion, de marketing, et des ventes. Après avoir été directeur des ventes chez Heudebert, il a été nommé, en septembre 1989, directeur du département chargé de l'intégration et du développement des sociétés nouvelles de la branche Biscuits. En juillet 1990, il est nommé directeur général de la société des eaux minérales Évian. En 1992, Franck Riboud a pris la fonction de directeur du département développement du groupe.

Formation[modifier | modifier le code]

Danone[modifier | modifier le code]

Franck Riboud a recentré le groupe sur quatre grands métiers : l'eau, les produits laitiers frais, la nutrition infantile et la nutrition médicale. Les deux marques les plus emblématiques du groupe sont respectivement Évian et Danone. L'objectif visé par Danone est d'être numéro un local dans chaque pays où il est implanté. Avec l'arrivée des activités de Numico et la cession des biscuits LU en 2007, il parachève la stratégie orientée sur l'alimentation santé. La branche nutrition infantile devient ainsi numéro deux dans le monde avec des marques comme Nutricia, Milupa, Blédina, Gallia... Par ailleurs, avec NUMICO, Danone intègre une nouvelle activité : la nutrition médicale.

En 2005, Franck Riboud rencontre Muhammad Yunus (président du groupe Grameen, fondateur de la Banque Grameen spécialisée dans le microcrédit aux plus démunis et Prix Nobel de la Paix en 2006). Ils décident de créer le fonds d’investissement danone.communities dont l’ambition est de promouvoir l’innovation sociétale en soutenant le développement d’entreprises ayant un impact social fort pour les communautés qui soit en cohérence avec la mission de Danone. En effet, ces entreprises ont avant tout vocation à maximiser la valeur sociale et environnementale créée tout en contribuant ainsi au développement économique.

Revenus[modifier | modifier le code]

Franck Riboud a touché 7.205.028 € en 2008 et 5.857.220 € en 2009[1]. Il est le 7ème patron le mieux payé de France en 2012 selon le classement du magazine Challenges[2].

En 2012, Frank Riboud perçoit 2 401 245 € dans le cadre de ses fonctions pour Danone. Cette rémunération le positionne à la 25e position des patrons du SBF 120[3].

Autres fonctions et mandats sociaux[modifier | modifier le code]

  • Président directeur général et président du comité exécutif de Danone.
  • Administrateur de l'ANIA (Association Nationale des Industries Agroalimentaires), Danone SA (Espagne), Bagley Latinoamérica SA, ONA, Lacoste SA, Accor, Renault, Rolex.
  • Membre représentant Danone au conseil national du développement durable.
  • Président du Comité pour la Transalpine, lobby en faveur de la liaison ferroviaire mixte (voyageurs/fret) Lyon-Turin.
  • Il appartient aussi à de nombreux conseils d'administration de grandes écoles (HEC, EPFL).

Football[modifier | modifier le code]

  • Passionné de sports et très sportif également (ski, golf, football) Franck Riboud soutient, via Danone, le club de football de l’Évian Thonon Gaillard Football Club.
  • Franck Riboud est aussi à l’initiative de la Danone Nations Cup, créée en 2000. Cet événement, parrainé par Zinédine Zidane, rassemble les équipes nationales de football de 40 pays, de catégorie Benjamins (10-12 ans). L’intégralité des recettes de cette compétition est reversée à l’association ELA.

Divers[modifier | modifier le code]

Il a soutenu la candidature de la ville d'Annecy aux jeux olympiques de 2018.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]