Franck Bouyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franck Bouyer
Image illustrative de l'article Franck Bouyer
Franck Bouyer au Grand Prix E3 2009
Informations
Nom Franck Bouyer
Date de naissance 17 mars 1974 (40 ans)
Pays Drapeau de la France France
Spécialité Rouleur[1]
Équipes professionnelles
1995
1996
1997-1999
2000-2002
2003-2004
2005-2007
2009-2010
2011-2013
Castorama
Agrigel-La Creuse
La Française des jeux
Bonjour
Brioches La Boulangère
Bouygues Telecom
BBox Bouygues Telecom
Europcar
Principales victoires
Tour du Limousin (2001)
Tour de Vendée (2002)
Paris-Camembert (2002)

Franck Bouyer, né le 17 mars 1974 à Beaupréau en Maine-et-Loire, est un coureur cycliste français. Professionnel de 1995 à 2007, il a dû interrompre sa carrière car le traitement pour la narcolepsie dont il souffre est sur la liste des produits dopants. Après avoir obtenu gain de cause, il revient à la compétition en 2009 chez BBox Bouygues Telecom, devenue Europcar en 2011. Il a notamment remporté le classement final de la Coupe de France en 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Troisième du Tour de l'Avenir en 1994, Franck Bouyer passe professionnel en 1995 dans l'équipe Castorama, il y remporte sa première victoire, une étape de la Mi-août bretonne, puis rejoint l'année suivante Agrigel-La Creuse, avec qui il participe à son premier Tour de France, au cours duquel il abandonne lors de la 14e étape.

Au cours des trois années suivantes, au sein de l'équipe La Française des jeux, il obtient plusieurs places d'honneur sur les courses d'un jour françaises, et notamment deux quatrièmes places sur À travers le Morbihan, en 1998 et 1999. En 2000, il rejoint l'équipe Bonjour de Jean-René Bernaudeau, qu'il ne quittera plus, et avec laquelle il remporte ses principales victoires. En 2001, il termine troisième du Circuit de la Sarthe, puis participe à son premier Tour d'Italie. Il remporte également sa première course par étapes, le Tour du Limousin. L'année suivante, il s'illustre au printemps sur plusieurs courses d'un jour comptant pour la Coupe de France, terminant deuxième de Cholet-Pays de Loire derrière le sprinteur Jimmy Casper et troisième du Trophée des grimpeurs, et remportant le Tour de Vendée. Sa cinquième place aux Boucles de l'Aulne, en septembre, lui assure la victoire finale. Il prend également la 4e place des Championnats de France.

En 2003 et 2004, il s'illustre à nouveau en début de saison, terminant troisième de l'Étoile de Bessèges 2003 à nouveau deuxième de Cholet-Pays de Loire la même année, derrière Christophe Mengin, puis du Circuit de la Sarthe 2004, battu par Thomas Lövkvist après avoir porté le maillot de leader pendant 3 jours. Quatre jours plus tard, il prend sa revanche en devançant au sprint le même Thomas Lövkvist pour remporter Paris-Camembert. Il termine également quatrième du Tour de Vendée la même année, et occupe alors la deuxième place provisoire de la Coupe de France. Il est interdit de compétition à partir de juin 2004, et ne revient qu'en janvier 2009.

Après ses années sans compétition, il remporte sa première victoire professionnelle depuis son retour à la compétition en enlevant le classement général du Tour de Bretagne 2010[2]. Il prend sa retraite en fin d'année 2013, alors qu'il portait les couleurs de l'équipe Europcar.

Interruption pour narcolepsie[modifier | modifier le code]

Franck Bouyer souffre de narcolepsie (maladie de Gélineau) : une déficience génétique qui provoque des endormissements soudains. Pour lutter contre sa maladie, il se soigne à l'aide de Modafinil, un médicament interdit par l'Union cycliste internationale (charte de l'Agence mondiale antidopage)[3].

Interdit de compétition cycliste par l'UCI en juin 2004, il est finalement autorisé par l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) à recourir en août 2005[4]. Mais l'UCI ayant fait appel, il est de nouveau convoqué devant le tribunal arbitral du sport (TAS) à Lausanne en janvier 2006, et de nouveau interdit de compétition cycliste en mars 2006[5].

Au chômage à partir de janvier 2007[6], Franck Bouyer assigne en justice l'UCI (Union Cycliste Internationale) et l'Agence Mondiale Anti-dopage pour entrave à la liberté du travail[7]. Il obtient gain de cause en octobre 2007, mais ne peut toujours par recourir. Il annonce son retour à la compétition au sein de Bouygues Telecom, après trois saisons d'arrêt, le 21 octobre 2008, bénéficiant de l'autorisation de mise sur le marché d'un nouveau médicament, le Xyrem[8].

Palmarès[modifier | modifier le code]

TOUR DE L'AVENIR 1998

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1996 : abandon (14e étape)
  • 1998 : 94e du classement général
  • 2000 : 122e du classement général
  • 2001 : 74e du classement général
  • 2002 : 114e du classement général

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 2001 : abandon (13e étape)

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 2009 : abandon (13e étape)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « BBox Bouygues Telecom » [PDF], sur letour.fr (consulté le 1er septembre 2010)
  2. Bouyer, roi de Bretagne, site officiel de l'équipe Bbox Bouygues Telecom, 1 mai 2010
  3. Bouyer sidelined, Cyclingnews.com, 17 juin 2004
  4. WADA allows Bouyer to race, Cyclingnews.com, 23 août 2005
  5. No more racing for Bouyer, Cyclingnews.com, 19 mars 2006
  6. Bouyer without a team, Cyclingnews.com, 24 janvier 2007
  7. Bouyer files suit against UCI, WADA, Cyclingnews.com , 20 juillet 2007
  8. « Franck Bouyer en selle pour 2009 », sur cyclismag.com,‎ 21 octobre 2008 (consulté le 21 octobre 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :