Francisco de Holanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francisco de Holanda

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait (env. 1573)

Nom de naissance Francisco d'Ollanda
Naissance 1517
Lisbonne
Décès 1585 (à env. 68 ans)
Lisbonne
Nationalité portugaise
Pays de résidence Portugal, Italie
Activité principale peintre, architecte, enlumineur
Autres activités
essayiste, humaniste

Francisco de Holanda (à l'origine, Francisco d'Olanda ; et, avant la réforme orthographique de 1911[1], Francisco de Hollanda[2] ou Francisco d'Ollanda), né en 1517 à Lisbonne et mort en 1585 dans la même ville, est un peintre, un essayiste, un architecte et un humaniste portugais qui est considéré comme une des figures les plus importantes de la Renaissance portugaise, et sa contribution à la théorie de l'art comme une des sources de histoire de l'art de son temps.

Holanda est le neveu par sa mère du pape Adrien VI et un oncle éloigné de Manuel Deodoro da Fonseca, de l'écrivain Sérgio Buarque de Holanda et de Chico Buarque (Francisco Buarque de Hollanda de son vrai nom).

Biographie[modifier | modifier le code]

Francisco de Holanda commença sa carrière comme enlumineur, suivant les pas de son père, António d'Holanda, illumineur du roi. Il étudia en Italie entre 1538 et 1547, années durant lesquelles il fréquenta le cercle de Vittoria Colonna, une des personnalités de la Renaissance italienne qui lui permit de rencontrer les grands artistes de cette période comme le Parmesan ou Giambologna mais surtout Michel-Ange qui lui fit découvrir le goût classique.

Croquis du pont de Sacavém par Francisco de Holanda tiré de son livre De fábrica

De retour au Portugal il obtint des diverses commandes de l'archevêque d'Évora et des rois portugais Jean III (1521-1557) et Sébastien Ier (1568-1578).

Les valeurs esthétiques de le Renaissance fortement défendues par Francisco de Holanda, particulièrement celles de Vitruve et de Pline, en font un acteur important du néoplatonisme (Deswarte-Rosa, 1991, p. 23). Il considérait que l'objectif principal des artistes est de stimuler leur propre originalité, de s'inspirer de la nature (le pur miroir du Créateur) et des grands anciens – les maîtres immortels de la grandeur, de la symétrie, de la perfection et des convenances. Ces notions furent l'objet de son traité en deux parties sur la nature de l'art, Da Pintura Antiga (De la peinture antique) rédigé vers 1548, surtout dans la seconde partie contenant quatre dialogues, certainement fictifs, entre Michel-Ange[3] et la marquise Vittoria Colonna, puis avec Francisco de Holanda lui-même. Sa passion pour le goût classique est mise en avant lorsqu'il évoque l'œuvre de Michel-Ange et les mouvements artistique romain de son époque.

Il réalisa aussi une série de croquis regroupés dans l'album Croquis des Antiquités [d'Italie] (Antigualhas) (1539-1540[4]), témoignage de l'héritage archéologique de Rome et de l'art italien de la première moitié du XVIe siècle.

Francisco de Holanda fut l'architecte de la façade de l'église Nossa Senhora da Graça à Évora. Il a aussi peint de nombreux portraits, mais tous n'ont pas survécu jusqu'à maintenant[5]. Il fut le premier à étudier l'urbanisation dans la péninsule ibérique (sur les fortifications de la ville de Lisbonne, Da fábrica que falece à cidade de Lisboa en 1579), et a réalisé un recueil de miniatures, De aetatibus mundi imagines.

Écrits[modifier | modifier le code]

A Ceia do Senhor, miniature (Museu Nacional de Belas Artes, Brésil).

Francisco de Holanda fut l'auteur de :

  • De aetatibus mundi imagines (As imagens das idades do mundo) (1543-1573)
  • Da pintura antiga (1548)
    • Part II: Diálogos de Roma
  • Do tirar polo natural (1549)
  • De quanto serve a ciência do desenho e entendimento da arte da pintura, na república christâ assim na paz como na guerra (1571).
  • Da fábrica que falece à cidade de Lisboa (1571-1579)

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Et, finalement, la peinture, c'est faire et créer de rien, sur un panneau propre et lisse ou sur un papier aveugle et vulgaire, créer et faire de rien des œuvres divines ou naturelles... » (Da pintura antigua, I, 2, éd. González García, p. 27-28 ; trad. par Deswarte-Rosa[6], 1991, p. 24).
    « E é, finalmente a pintura fazer e criar de novo numa tavoa limpa e lisa, ou num papel cego e inobre ; criar e fazer de novo quaesquer obras divinas ou naturaes ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir (pt) Reforma Ortográfica de 1911, et pour la graphie des noms cela par exemple.
  2. Comme, encore aujourd'hui, dans le catalogue de la BnF ou même dans certains ouvrages scientifiques.
  3. Ronald W. Sousa, "The View of the Artist in Francisco de Holanda's Dialogues", Luso-Brazilian Review 15 (1978), p. 44.
  4. Voir l'éd. fac-similé de Madrid, 1940.
  5. Annemarie Jordan, Retrato de Corte em Portugal. O Legado de António Moro (1552-1572) (Lisbonne : Quetzal Editiores, 1994), p. 50.
  6. En référence à David Summers, Michelangelo and the Language of Art, Princeton, 1981, p. 53 et 473, n. 38.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) Francisco de Hollanda, Quatre dialogues sur la peinture, trad. par Léo Rouanet, Paris, 1911 (en ligne).
  • (pt) Francisco de Holanda, Da pintura antigua (1548), éd. Ángel González García, Lisbonne, 1983.
  • (pt) Obra completa de Francisco de Holanda, éd. par José da Felicidade Alves, Lisbonne, 1984-1989 (6 t.).
Sur Francisco de Holanda
  • Alves, José da Felicidade, Introdução ao estudo da obra de Francisco de Holanda, Lisbonne, 1986.
  • Deswarte-Rosa, Sylvie, As Imagens das Idades do Mundo de Francisco de Holanda, Lisbonne, 1987.
  • Deswarte-Rosa, Sylvie, "Idea" et le Temple de la Peinture. I. Michelangelo Buonarroti et Francisco de Holanda, dans Revue de l'Art, 92, 1991, p. 20-41 (en ligne) ; II. De Francisco de Holanda à Federico Zuccaro, dans Revue de l'Art, 94, 1991, p. 45-65 (en ligne).
  • Groulier, Jean-François et Nadeije Laneyrie-Dagen, Francisco de Hollanda (1517 ou 1518-1584) : Quatre dialogues sur la peinture (v. 1548) [avec des extraits], dans La peinture, dir. Jacqueline Lichtenstein, Paris, 1995, p. 271-275, 658-660 et 737-739 ; réimpr. 1997 (ISBN 2-03-741027-1).
  • Santos, Mariana Amélia Machado, Á Estética de Francisco de Holanda [I Congresso do Mundo Português], Lisbonne, 1940.
  • Schlosser, Julius von, La littérature artistique : manuel des sources de l'histoire de l'art moderne, Paris, 1984 (1re éd. 1924) ; réimpr. 1996, p. 299-302 (avec bibliogr.) (ISBN 2-08-012602-4).
  • Segurado, Jorge, Francisco d'Ollanda, Lisbonne, 1970.
  • Sousa, Ronald W., "The View of the Artist in Francisco de Holanda's Dialogues: A Clash of Feudal Models", dans Luso-Brazilian Review 15 (1978), p. 43-58.
  • Vilela, José Stichini, Francisco de Holanda, Vida, Pensamento e Obra, Lisbonne, 1982.

Liens externes[modifier | modifier le code]