Francisco Urcuyo Maliaños

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francisco Urcuyo Maliaños, né le 30 juillet 1915 à Rivas et mort le 14 septembre 2001 à Managua, est un médecin et homme politique nicaraguayen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en 1944 de l'Université nationale autonome du Mexique (UNAM) à Mexico, il s'installe comme chirurgien. Il commence une carrière politique en 1954 en étant élu député, puis devient sous-ministre de la Santé, puis vice-président de la République de mai 1967 à mai 1972. Président du Congrès quand Anastasio Somoza Debayle doit fuir le pays le 17 juillet 1979, Urcuyo assure l'intérim, conformément aux dispositions de la Constitution de 1974.

Au cours de sa brève présidence de 43 heures, il déclare son intention de terminer le mandat de Somoza qui expire en mai 1981 et d'engager un dialogue avec les différentes forces politiques. Le nouveau directeur de la Garde nationale, le lieutenant-colonel Federico Mejía González l'appuie. Son appel est rejeté par les Sandinistes. Le même jour, les ministres des Affaires étrangères de l' Équateur, du Venezuela et du Pérou, pays membres du Pacte andin, se réunissent à San José au Costa Rica et s'opposent à la déclaration d'Urcuyo, tout comme la plupart des autres pays latino-américains, ainsi que l'administration américaine du président Jimmy Carter.

Dans la matinée du 18 juillet, Sergio Ramírez, Alfonso Robelo, et Violeta Barrios de Chamorro, quittent San José et rejoignent à León, Daniel Ortega Saavedra et Moisés Hassan Morales. Ils sont reconnus par la communauté internationale comme le gouvernement légitime de la République. Abandonné par tous, Urcuyo quitte Managua et part en exil au Guatemala.

À son retour au Nicaragua au cours des années 1990, il reste à l'écart de la politique. Il meurt des suites d'un infarctus à l'âge de 86 ans et est enterré dans sa ville natale.