Francisco Cajigal de la Vega

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francisco Cajigal de la Vega
Image illustrative de l'article Francisco Cajigal de la Vega
Fonctions
Vice-roi de Nouvelle-Espagne
28 avril 17605 octobre 1760
Monarque Charles III d'Espagne
Prédécesseur Agustín de Ahumada y Villalón
Successeur Joaquín de Montserrat
Biographie
Date de naissance 1695
Lieu de naissance Cantabrie, Espagne
Date de décès 1777
Lieu de décès Cantabrie, Espagne

Francisco Cajigal de la Vega (Parfois orthographié Francisco Caxigal de la Vega) (environ 1715, Espagne) était un officier de l'armée espagnole, gouverneur de Cuba, et Vice-roi par intérim de Nouvelle-Espagne, du 28 avril 1760 au 5 octobre 1760.

Cajigal est lieutenant général de l'armée royale espagnole et chevalier de l'Ordre de Santiago.

Au moment de la mort du Vice-roi Agustín de Ahumada y Villalón, il est gouverneur de Cuba (depuis 1747). L'Audiencia de Mexico a en sa possession des ordres scellés à ouvrir en cas de décès de Ahumada, ceux-ci désignent Cajigal pour occuper le poste de Vice-roi sur une base intérimaire. Il prend la mer à La Havane et arrive à Veracruz le 28 mars 1760. Il reste à Veracruz quelques jours attendant un véhicule pour le conduire à Mexico, où il fait son entrée officielle le 28 avril 1760 et prend en charge le gouvernement.

Il travaille à la réforme de la comptabilité de la trésorerie. Il supprime les taxes sur les produits en fer et en acier afin de stimuler la construction et l'industrie minière du fer. Pour augmenter les revenus, il vend le monopole de la production de cartes à jouer et afferme la perception des droits de douane à Veracruz pour cinq années. Il prend des mesures pour tonifier les économies de Floride et Panzacola.

Il accroît les troupes de l'armée régulière de Nouvelle-Espagne à 2921 hommes. Il nomme son fils, Juan Manuel, commandant de la compagnie de cavalerie des gardes du Vice-roi.

Lors de l'accession au trône d'Espagne de Charles III, une amnisite générale est décrétée. En Nouvelle-Espagne on ne libère que peu de prisonniers car les exceptions à cette "amnistie générale" sont nombreuses.

Ce Vice-roi ne fut pas considéré comme très honorable, il a exigé un salaire élevé (40 000 pesos par an) et un important dédommagement pour son retour de Mexico à La Havane (6 000 pesos).

Il remet le gouvernement de la colonie à son successeurJoaquín de Montserrat le 5 octobre 1760 et rentre à La Havane pour y reprendre ses fonctions de gouverneur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Articke « Mendoza, Antonio de », Enciclopedia de Mexico, v. 9. Mexico City, 1988
  • (es) Articke « Mendoza, Antonio de », Encyclopædia Britannica, v. 6. Chicago, 1983
  • (es) García Puron, Manuel, Mexico y sus gobernantes, v. 1. Mexico City: Joaquín Porrua, 1984.
  • (es) Orozco L., Fernando, Fechas Históricas de Mexico. Mexico City: Panorama Editorial, 1988, ISBN 968-38-0046-7.
  • (es) Orozco Linares, Fernando, Gobernantes de Mexico. Mexico City: Panorama Editorial, 1985,ISBN 968-38-0260-5.

Liens externes[modifier | modifier le code]