Francis Younghusband

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francis Younghusband

Description de cette image, également commentée ci-après

Francis Younghusband vers 1905

Naissance 31 mai 1863
Murree, Indes britanniques
Décès 31 juillet 1942 (à 79 ans)
Lytchett Minster, Dorset, Angleterre
Nationalité Britannique
Diplôme
Distinctions
Portrait photographique de Francis Younghusband.

Francis Edward Younghusband (31 mai 1863, Murree, Indes britanniques - 31 juillet 1942, Lytchett Minster, Dorset, Angleterre) était un lieutenant-colonel de l'armée anglaise et un explorateur. Il est connu principalement pour ses périples en Extrême-Orient et en Asie centrale et leur relation. Son nom est attaché à celui de l'expédition militaire britannique au Tibet de 1903 à 1904 qu'il conduisit en tant que Commissaire aux affaires de la frontière tibétaine (Commissioner for Tibetan Frontier Matters)[1], et au massacre de soldats tibétains qui se produisit à Guru.

En 1904, il signa avec le gouvernement tibétain le traité de Lhassa. Il est décrit par Christopher Hale et Paul Feyel comme ambassadeur[2]. À son retour en Angleterre, Younghusband devint président de la Royal Geographical Society.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts dans la vie[modifier | modifier le code]

Francis Younghusband est né en 1863 à Murree (actuel Pakistan) dans une famille de militaires britanniques. Son père s'appelle John Younghusband et sa mère Clara Shaw. Le frère de Clara, Robert Barkley, est un explorateur connu pour avoir voyagé en Asie centrale.

Francis et sa mère partent vivre en Angleterre. Quand Clara retourne aux Indes britanniques en 1867, Francis reste avec ses tantes, lesquelles lui donnent une éducation austère, stricte et religieuse. En 1870, le père et la mère de Francis reviennent en Angleterre : la famille est de nouveau réunie.

En 1876, à l'âge de 13 ans, Francis entre au collège Clifton de Bristol puis en 1881 entre à l'académie militaire royale de Sandhurst. En 1882, il fait ses débuts dans l'armée.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1886-1887, Younghusband fait une expédition à travers la Mandchourie, traverse ensuite le désert de Gobi et ouvre une route reliant Kashgar et l'Inde par la passe de Mustagh[3]. Pour cet exploit, il est élu membre de la Royal Geographical Society et reçoit la médaille d'or de cette société. En 1887, il est le premier Occidental à explorer la vallée de Shaksgam dans le Cachemire[4].

En 1889, Younghusband est envoyé avec une petite escorte de soldats Gurkhas pour examiner une région inexplorée de la vallée de Hunza et le col de Khunjerab par les montagnes du Karakoram. Alors qu'il établit son camp dans un secteur éloigné de Hunza, Younghusband reçoit un messager l'invitant à dîner avec le Capitaine Bronislav Gromchevsky, son homologue russe dans le Grand Jeu. Younghusband accepte l'invitation au camp de Gromchevsky, et après le dîner, les deux rivaux parlent durant la nuit, partageant cognac et vodka, et discutent de la possibilité d'une invasion russe de l'Inde britannique. Gromchevsky impressionne Younghusband par ses compétences en équitation et son escorte Cosaque, et Younghusband impressionne Gromchevsky par les tirs de fusil de ses Gurkhas. Après leur réunion dans cette région éloignée de frontière, Gromchevsky reprend son expédition vers le Cachemire et Younghusband continue son exploration de Hunza.

Pendant son service dans le Cachemire, il écrit un livre intitulé « Cachemire », à la demande d'Edward Molyneux. Les descriptions de Younghusband vont de pair avec ses tableaux de la Vallée par Molyneux. Dans le livre, Younghusband exprime son immense admiration de la beauté naturelle du Cachemire et de son histoire.

En 1890, Younghusband est transféré au Service politique indien. Il sert d'officier politique en détachement de l'Armée britannique.

Le Grand Jeu, entre la Grande-Bretagne et la Russie, continue au-delà du changement de siècle. Les rumeurs d'expansion russe dans le Hindou Kouch et une présence russe au Tibet incitent le Gouverneur général des Indes, Lord Curzon, à nommer Younghusband, alors commandant, Commissaire britannique au Tibet (Commissioner for Tibetan Frontier Matters) en 1902[1],[2]. Il a pour commissaires adjoints John Claude White et Ernest Wilton[5].

Expédition au Tibet[modifier | modifier le code]

En 1903-1904, sous les ordres de Curzon, Younghusband, conjointement avec John Claude White, l'agent politique britannique au Sikkim, mena une expédition britannique au Tibet, dont l'objectif putatif était de régler les disputes sur la frontière Sikkim-Tibet, mais dont le vrai objectif, selon le China Tibet Information Center, aurait été d'établir l'hégémonie britannique au Tibet[6]. L'expédition devint de façon controversée (en outrepassant des instructions de Londres) une invasion et une occupation de facto du Tibet.

À peu près à cent miles à l'intérieur du Tibet, sur la route de Gyangzê à Lhassa, un conflit en dehors du hameau de Guru mène au massacre, par l'expédition, de 600-700 militaires tibétains[7].

Le 7 septembre 1904, il signe[8] le traité de Lhassa est signé dans le palais du Potala, un accord entre les Britanniques et le gouvernement tibétain[9].

La force britannique est soutenue par le roi du Bhoutan, Ugyen Wangchuck, qui est anobli en récompense de ses services.

Les militaires britanniques et Francis Younghusband partent de Lhassa le 23 septembre 1904.

En 1904, Younghusband reçoit le titre de Chevalier Commandeur de l'Ordre de l'Empire des Indes et, en 1917, le titre supérieur de Chevalier Commandeur de l'Ordre de l'Étoile des Indes.

En 1906, il s'installe au Cachemire comme représentant britannique avant de retourner en Grande-Bretagne, où il devient membre actif de nombreux clubs et sociétés. Pendant la Première Guerre mondiale, sa patriotique campagne du « Combat pour le Droit » commande la chanson Jerusalem.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Patrick French, Younghusband: The Last Great Imperial Adventurer (Livre numérique Google), Penguin UK, 2011, 464 pages : « Younghusband was appointed Commissioner for Tibetan Frontier Matters with John Claude White and Enest Wilton as his Assistants. »
  2. a et b Christopher Hale le qualifie d'« ambassadeur », cf. (en) Christopher Hale, Himmler's Crusade, Hoboken (New Jersey), John Wiley & Sons, 2003, pp. 149-151. De même, Paul Feyel le qualifie d'« ambassadeur accrédité auprès du gouvernement tibétain », cf. Histoire politique du dix-neuvième siècle, Bloud et Gay, 1914, p. 249 : « L'expédition du général Macdonald, formée de Gourkhas qui escortaient le colonel Younghusband, ambassadeur accrédité auprès du gouvernement tibétain ».
  3. (en) Francis E. Younghusband, The Heart of a Continent, John Murray, London, (1896), pp. 58-290. Facsimile reprint : Elbiron Classics, 2005.
  4. (en) The American Alpine Journal 2000.
  5. Cf. la lettre de Francis Younghusband publiée par Parshotan Mehra dans (en) Beginnings of the Lhasa Expedition: Younghusband's Own Words : « I am to have as Joint Commissioner [...] a Mr. White, at present Political Officer Sikkim ».
  6. (en) Biangyi, Tibetans' fight against British invasion, sur le site En.Tibet.cn – China Tibet Information Center, 9 mars 2005.
  7. (en) James Morris, Farewell the Trumpets, Faber & Faber, 1979, p. 102.
  8. Convention entre la Grande-Bretagne et le Tibet (1904)
  9. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Fayard, 1997, p. 235, (ISBN 978-2213595023).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Tibet Frontier Commission (en)