Francis Planté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Planté.
Francis Planté

Francis Planté, né à Orthez dans les Pyrénées-Atlantiques le et mort à Saint-Avit (Landes) le , est un pianiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille[modifier | modifier le code]

Il naquit à Orthez, alors que son oncle Raymond Planté en est le maire et officier d'état civil (il rédige l'acte de naissance de Francis). Son père Pierre-Jean-Joseph Planté est propriétaire rentier et sa mère Suzanne-Éléonore Lafitte, son épouse, est maitresse de maison. Il reçoit, à l'état civil, le prénom de François, prénom d'un de ses oncles, flûtiste de talent, mort célibataire sans descendance. Pierre Planté lui-même était le fils de Jean Planté, commerçant à Santander, puis à Bilbao et consul de Hollande en Espagne. Anobli par le roi Charles IV d'Espagne, il avait épousé, à Bilbao en 1790, Isabel-Maria de Olea-Larrea Larracocchea, dont il eut six enfants : François, Raymond, député des Basses-Pyrénées et maire d'Orthez et Pierre, dit Pedro, né à Santander. Ce dernier eut aussi six enfants, dont le célèbre physicien Gaston Planté.

Pour trouver l'origine de la famille Planté, il nous faut remonter à Antoine-Henri Planté, d'Orègue, en Basse-Navarre, qui épousa vers 1600 Isabel de Ita, puis passer à son fils Pierre, marié en 1675, à son petit-fils Bertrand, maître-chirurgien comme son père, et lui-même père de huit enfants, parmi lesquels Jean, le grand-père de Francis.

Sa jeunesse[modifier | modifier le code]

Il suit son père à Paris et commence ses études musicales à l'âge de quatre ans. Il eut comme professeur Madame de Saint-Aubert, qui avait été une élève de Franz Liszt. Il entra comme auditeur dans la classe d'Antoine Marmotel au Conservatoire National de Musique et de Déclamation. Il y est reçu élève l'année suivante et obtient aux concours de juillet 1850 le premier prix de piano (en partage avec Jules Cohen) pour l'interprétation du finale de la sonate de Sigismond Thalberg. Il poursuit son éducation musicale au Conservatoire dans les cours d'harmonie de François Bazin, et il obtient en 1854 un premier accessit, et en 1855, le deuxième prix d'harmonie et accompagnement pratique.

Saint-Avit[modifier | modifier le code]

En 1880, Francis Planté se rendit acquéreur du domaine de Saint-Avit dans les Landes, qui appartenait auparavant à la famille de Victor Lefranc. S'il était le principal propriétaire terrien de cette commune, il y devint aussi un mécène (il fut le principal donateur pour la réfection de l'église) et entretint des liens avec le conseil municipal. Il devient maire de la commune.

Présentation[modifier | modifier le code]

Surnommé « le dieu du piano », il fut l'un des tout premiers musiciens à avoir été enregistré. Arthur Rubinstein , dans Mes longues années, se souvient avec respect de la fougue de son jeu. Planté est le seul pianiste dont on possède des enregistrements à avoir eu l'occasion de voir et d'entendre jouer Frédéric Chopin[1]. (Il avait dix ans à la mort du maître).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. coindumusicien.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur Dandelot, Francis Planté ; une belle vie d'artiste, éd. Edouard Dupont, Paris, 1ère éd., 1920, 79 pages.
  • Roseline Kassap-Riefenstahl, Francis Planté (1839-1934) : un siècle de piano, Mont-de-Marsan : L'Atelier des Brisants, octobre 2009
  • Conférence de René Descazeaux