Francis Dupuis-Déri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francis Dupuis-Déri (né en 1966 à Montréal[1]) est un écrivain et professeur québécois. Depuis 2006[1], il enseigne au département de science politique et à l'Institut de recherches et d'études féministes (IREF) de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Il a été chercheur au Massachusetts Institute of Technology et au Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal (CREUM). Il détient un doctorat en science politique de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) à Vancouver. Il a collaboré à des journaux tels Alternatives, Le Couac et Le Devoir. Il travaille occasionnellement comme analyste pour la Société Radio-Canada.

Francis Dupuis-Déri étudie notamment les mouvements sociaux tels l'altermondialisme, l'antiféminisme et le masculinisme[2]. Il se prononce sur plusieurs sujets tels les hommes proféministes, la répression policière[3],[4], l'anarchisme, le profilage politique, la guerre[5],[6] et la démocratie.

Publications[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, il a publié des romans, des nouvelles et de la poésie, et un recueil d'entretiens sur l'identité culturelle, L'archipel identitaire (codirigé par Marcos Ancelovici). Dans les années 2000, il publie plusieurs ouvrages. Il a aussi publié dans de nombreuses revues telles Agone, Anarchist Studies, Argument, Les ateliers de l'éthique, Bulletin d'histoire politique du Québec, Études internationales, Horizons philosophiques, Liberté, Mouvements, New Political Science, Political Studies, Politique et sociétés, Politix, Possibles, Recherches féministes, Réfractions, Revue canadienne de science politique, Revue des sciences de l'éducation et Social Anarchism.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Il a collaboré à plusieurs groupes de sensibilité anarchiste : le Comité un Québec pour tout le monde, le Collectif opposé à la brutalité policière (COBP), la Convergence des luttes anticapitaliste (CLAC), le Village alternatif anticapitaliste et antiguerre (VAAAG), la Bl(a)ck Tea Society, la Coalition antimasculiniste et la Coalition Guerre à la guerre[7]. Il a aussi été, un court moment, membre des Intellectuels pour la souveraineté (IPSO), qu'il a quitté à la suite d'une discussion sur une éventuelle armée québécoise[8]. Il est cofondateur des Zapartistes, un collectif d’humoristes engagés[9].

Guerre en Afghanistan[modifier | modifier le code]

En juin 2007, une polémique est soulevée lorsque Le Devoir publie une Lettre à ma sœur militaire qui part en Afghanistan[10] de Francis Dupuis-Déri ainsi que la réponse de cette dernière quelques jours plus tard[5],[11]. Il participe à la coalition Guerre à la guerre, à Québec, et écrit plusieurs textes dans les journaux contre la guerre en Afghanistan, ainsi que deux livres : L'éthique du vampire et L'Armée canadienne n'est pas l'armée du salut. En juin 2008, il perturbe une cérémonie militaire à Québec, et il s'ensuit un face-à-face avec le maire Régis Labeaume, qui le traitera de « minable » devant les médias. Il réplique en signant une lettre dans le journal Le Soleil, le 17 juin 2008[12].

Grève étudiante — 2012[modifier | modifier le code]

À la suite de la grève étudiante au Québec en 2012, il lance une lettre ouverte, signée par plus d'une centaine d'universitaires, demandant une commission d'enquête publique indépendante sur l'ensemble des opérations policières pendant le conflit[13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Pistes pour une histoire de l’anarchisme au Québec, Bulletin d'histoire politique, Association québécoise d'histoire politique, volume 16, n°2, texte intégral.
  • Hommes anarchistes face au féminisme, Réfractions, n°24, printemps 2010, texte intégral.
  • Les anarchistes et la prostitution : perspectives historiques, Genres, sexualité & société, n°9, printemps 2013, texte intégral.
  • Frédérique Roussel, « Il n’est pas encore illégal de rêver à la révolution, que je sache », interview, Libération, 3 mai 2014, texte intégral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stéphane Batigne, Moi, mes amis ont beaucoup voyagé, Éditions Mille et une vies, 2010, (ISBN 978-2-923692-14-2)
  2. Francis Dupuis-Déri, « Hommes en désarroi et déroutes de la raison », sisyphe.org,‎ 30 septembre 2003
  3. Francis Dupuis-Déri, « G20: n'attendez plus les barbares, ils sont là! », Le Devoir,‎ 29 juin 2010
  4. Francis Dupuis-Déri, « La répression policière, encore et toujours (postface de Ce que tout révolutionnaire doit savoir de la répression de Victor Serge) », Zones,‎ 8 octobre 2009
  5. a et b Rima Elkouri, « Au front avec Francis Dupuis-Déri », La Presse,‎ 9 septembre 2007
  6. André Duchesne, « Francis Dupuis-Déri: Afghanistan, une guerre injuste », La Presse,‎ 23 mars 2010
  7. R. Bellemare-Caron, E. Breton, M-A Cyr, F. Dupuis-Déri, A. Kruzynski (dir.), Nous sommes ingouvernables : Les anarchistes au Québec aujourd'hui, Montréal, Lux, 2013, p. 348-349.
  8. F. Dupuis-Déri, « L'anarchisme entre nationalisme et cosmopolitisme : l'expérience des Juifs israéliens du groupe Anarchists Against the Wall », Sociologie et sociétés, vol. 44, no. 1, 2012, p. 245, note infra 6.
  9. « Francis Dupuis-Déri », sur http://www.leszapartistes.com,‎ 2010
  10. Francis Dupuis-Déri, « Lettre à ma sœur militaire qui part en Afghanistan », Le Devoir,‎ 15 juin 2007
  11. Catherine Déri, « Réponse à mon frère qui s'oppose à mon déploiement en Afghanistan », Le Devoir,‎ 20 juin 2007
  12. http://www.vigile.net/Le-minable-repond-au-maire
  13. http://www.ledevoir.com/societe/justice/359443/pour-une-commission-d-enquete-publique

Liens externes[modifier | modifier le code]