Francesco Severi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francesco Severi

alt=Description de l'image Severi.jpeg.
Naissance 13 avril 1879
Arezzo (Italie)
Décès 8 décembre 1961
Rome (Italie)
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Champs Algèbre
Cryptographie
Géométrie
Institutions Université de Turin
Université de Bologne
Université de Padoue
Université La Sapienza de Rome
Istituto Nazionale di Alta Matematica (it)
Diplôme Université de Turin, 1900
Renommé pour Géométrie algébrique, Analyse complexe
Distinctions Médaille d'or 1906 de l'Accademia nazionale delle scienze detta dei XL (en)
Prix Bordin 1907 de l'Académie des sciences de Paris (conjointement avec Federigo Enriques)
Médaille Guccia 1908 du Circolo Matematico di Palermo
« Premio reale » 1913 de l'Accademia Nazionale dei Lincei

Francesco Severi (né le 13 avril 1879 à Arezzo, en Toscane et mort le 8 décembre 1961 à Rome) est un mathématicien Italien.

Connu pour ses travaux en géométrie algébrique, il devint le chef de file de l'école italienne de géométrie algébrique (en). Avec Federigo Enriques, il fut le prix Bordin 1907 de l'Académie des sciences de Paris. Contribuant de façon décisive aux progrès de la géométrie birationnelle (en) et à l'étude des surfaces algébriques, et des courbes rationnelles tracées sur ces surfaces, la théorie des espaces modulaires et la théorie des fonctions de plusieurs variables complexes. Il fut un auteur prolixe. Quelques-uns de ses travaux furent remis en cause par Oscar Zariski et David Mumford.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance fut marquée par la mort de son père, advenue quand il avait 9 ans. Celle-ci eut de graves répercussions économiques sur leur famille. Bien qu'il dut gagner sa vie tout en menant des leçons privées, Francesco Severi réussit à poursuivre ses études et à s'inscrire au cours d'ingénierie de l'université de Turin. Toutefois, en raison de l'influence qu'eurent sur lui les cours de Corrado Segre, Severi comprit rapidement que sa passion le portait vers les mathématiques pures.

En 1900, il termine sa formation par une thèse de géométrie des nombres, qui deviendra plus tard son sujet de prédilection.

Après sa thèse, il devient l'assistant d'Enrico D'Ovidio à l'université de Turin et de 1902 à 1905, chargé de cours de géométrie projective et descriptive. Mais bientôt, il obtient son transfert à l'université de Bologne comme assistant d'Enriques. Puis à l'université de Pise comme assistant d'Eugenio Bertini.

En 1904, en considération des résultats qu'il a obtenus en géométrie des nombres (fondant la théorie des invariants birationnels (en) des surfaces algébriques), il obtient la chaire de géométrie projective et descriptive de l'université de Parme. Toutefois, il passe après un an à l'université de Padoue. où, il enseigne différentes matières, et prend la direction de l'unité du génie.

Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, Severi s'enrôle dans l'artillerie.

En 1921, il obtient la chaire de géométrie algébrique de l'université La Sapienza de Rome.

En 1923, il en est élu recteur de cette université. Mais en 1925, suite à l'assassinat du député socialiste Matteotti, il abandonne ses fonctions de recteur. Néanmoins, par la suite, Severi restera sans réaction contre le fascisme et acceptera l'application des lois raciales.

Dans son autobiographie Dalla scienza alla fede (1959), il se repent de son peu de discernement politique

« la mathématique, y écrit-il, est l'art de donner le même nom à diverses choses, et les mathématiciens commettent souvent des erreurs en politique, car c'est à l'inverse l'art de donner des noms différents à des choses identiques. »

En 1938, Severi est un des fondateurs de l'Istituto Nazionale di Alta Matematica (it), institution importante pour l'Italie et qui a conservé son nom. Oscar Zariski est un de ses étudiants les plus fameux.

Travaux[modifier | modifier le code]

La contribution de Severi aux mathématiques est multiforme et de très haut niveau.

Elle va de la géométrie des nombres à la théorie des fonctions analytiques de plusieurs variables complexes, en passant par l'étude des variétés abéliennes ou quasi-abéliennes, en géométrie algébrique. En 1906, il obtint un théorème d'existence des courbes algébriques tracées sur certains types de surfaces, initialisant ainsi la recherche de la classification des surfaces unirationnelles.

On retient particulièrement son étude des surfaces et des variétés algébriques invariantes par transformations birationnelles (où il s'inscrit dans la lignée de Guido Castelnuovo et de Federigo Enriques ses aînés de 10 ans dans cette étude). En règle générale, ses recherches ont fortement influencé le développement ultérieur de la géométrie et l'analyse.

Au cours de sa carrière, Severi reçut de nombreux prix, dont la médaille d'or de l'Académie nationale des sciences et, avec Federigo Enriques, le prix Bordin de l'Académie des sciences de Paris (ce prix, créé en 1835 par Charles-Laurent Bordin est un prix biennal est attribué aux auteurs d'ouvrages portant sur des sujets d'intérêt public).

Membre de nombreuses académies italiennes et étrangères, dont l'Académie des Lyncéens en 1910 et l'Académie des sciences de Turin en 1918. Sa production scientifique comprend plus de 400 publications et de nombreux traités.

Severi manifestait généralement une grande attention à l'enseignement et ses livres étaient d'une grande clarté. D'un caractère fort, voire prononcé, il eut souvent à souffrir d'incompréhension et ses relations avec ses semblables étaient souvent difficiles. En 1959, il se convertit au catholicisme et commença alors le récit de sa vie, Dalla scienza alla fede : de la science à la foi.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]