Francesco Merlino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merlino (homonymie).

Francesco Saverio Merlino

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Francesco Saverio Merlino

Nom de naissance Francesco Saverio Merlino
Naissance 15 septembre 1856
Naples (Italie)
Décès 30 juin 1930 (à 73 ans)
Rome (Italie)
Profession Avocat
Formation
Études de Droit

Francesco Saverio Merlino (Naples, 15 septembre 1856Rome, 30 juin 1930) est un avocat et un homme politique italien de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, militant anarchiste puis socialiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Merlino naît à Naples le 15 septembre 1856. Vers 1875 il découvre et adopte les thèses de l’anarchisme ; au fil des années qui suivront il deviendra l'une des grandes personnalités du mouvement en Italie et dans le monde.

En 1878, en qualité d’avocat, il participe au procès de bande du Matese où est jugé un groupe d’anarchistes (parmi lesquels Errico Malatesta et Carlo Cafiero), ayant mené une insurrection dans les villages de Letino et de Gallo. Il arrive finalement à obtenir l’acquittement des accusés.

En 1884, comme beaucoup d’anarchistes italiens à cette époque, ses idées anarchistes l’obligent à s’exiler. L’année suivante Merlino se trouve à Paris pour tenter d’établir une coordination entre les mouvements anarchistes français et italiens. De retour en Italie il continue dans les années qui suivent son engagement dans l’anarchisme ce qui lui vaudra notamment deux ans d’emprisonnement entre 1894 et 1896.

Merlino propose en 1897 aux Anarchistes de rompre avec l’abstentionnisme pour participer à des élections ce qui provoque une polémique avec Malatesta. Merlino se détourne alors progressivement de l’anarchisme pour s’orienter vers le socialisme. Son livre Formes et essence du socialisme, très vite traduit en français, propose une interprétation libérale et gradualiste du socialisme et du marxisme.

Georges Sorel s'emploie à diffuser en France les idées de cet ouvrage et en fait le point de départ de sa propre révision du marxisme. En 1899, et pendant toute l'année, Merlino publie une revue théorique hétérodoxe, la Rivista critica del socialismo, à laquelle collaborent Sorel (parfois sous pseudonyme), les Napolitains Enrico Leone et Arturo Labriola.

Après 1898, Merlino participe à Naples aux élections locales sur les listes du Bloc populaire conduites par les socialistes. Il adhère officiellement au parti socialiste italien en 1901 (il l'annonce dans Les Temps nouveaux) et y défend une ligne réformiste mais anti-parlementaire. Ceci ne l’empêche pas de continuer à défendre les militants anarchistes comme en 1898 où, en compagnie de Pietro Gori et Enrico Ferri, il défend plusieurs anarchistes (parmi lesquels se trouve encore une fois Errico Malatesta) inculpés suite à la grève générale et aux émeutes contre l'augmentation des prix. Il assure aussi en août 1900 la défense du régicide Gaetano Bresci (anarchiste ayant assassiné le roi d’Italie Humbert Ier un mois plus tôt).