Francesco Fausto Nitti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francesco Fausto Nitti (né à Pise le 2 septembre 1899, mort à Rome le 28 mai 1974) est un combattant de l'antifascisme en Italie et en France. Il est parmi les fondateurs de plusieurs organisations de premier plan dans la lutte antifasciste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'arrière-petit-fils de l'ex-président du conseil Francesco Saverio Nitti.

Francesco Fausto Nitti s'engage comme volontaire lors de la Première Guerre mondiale ; il est promu sergent en raison de ses états de service et il reçoit la croix de mérite de guerre.

Antifasciste, quand son oncle Francesco Saverio est agressé par les squadristi, il passe à la clandestinité et il donne naissance à une société secrète Giovane Italia.

Le 1er décembre 1926, il est condamné à cinq ans de confinement et envoyé à Lampedusa puis à Lipari. Il fait la connaissance de Carlo Rosselli et de Emilio Lussu, avec lesquels il s'évade le 27 juillet 1929 sur une embarcation conduite par Italo Oxilia. Ils rejoignent la Tunisie puis la France, à Paris, il écrit la chronique de l'évasion qui eut un certain succès et qui est traduit en plusieurs langues.

À Paris, il a d'intenses contacts avec la chambre maçonnique locale à laquelle il adhérait déjà en Italie et il est par la suite un des fondateurs [réf. nécessaire] du mouvement anti-fasciste Giustizia e Libertà. Il s'établit à Périgueux, d'où il se rend en mars 1937 en Espagne alors que la guerre civile fait rage. Il prend le commandement d'un bataillon de jeunes anarchistes au sein de l'armée républicaine ; le bataillon se serait vainement impliqué dans la bataille de Huesca en soutien à la XII brigade internationale « Garibaldi ". En août suivant, il est victorieux à Codo et à Belchite, puis il est affecté à la 140e brigade mixte. Avec celle-ci, il vit la retraite participant à la bataille de l'Ebre.

De retour en France, il est interné dans le camp de Argelès-sur-Mer, puis envoyé au château de Collioure pour raisons disciplinaires. Il organise une grève de la faim des détenus qui s'arrête grâce à la pression de l'opinion publique.

Il s'installe à Toulouse et il est un des organisateurs d'un réseau d'espionnage clandestin pour le compte du Bureau central de renseignements et d'action de la France libre. En décembre 1941, le reseau Bertaux dont il fait partie est démantelé à cause de l'arrestation d'un de ses membres; même Nitti est arrêté et condamné à un an de réclusion qu'il passe entre Lodève, Mauzac et Saint-Sulpice-la-Pointe. Il termine sa captivité mais il est par la suite enfermé dans le camp de Vernet d'Ariège comme étranger dangereux. Le 30 juin 1944 il est déporté par les nazis (sur un train sinistrement connu comme le train fantôme) vers le camp de concentration de Dachau, mais il réussit à s'évader pendant le voyage dans la zone de la Haute-Marne.

Il rentre dans la Résistance française en Haute-Marne, en en août suivant, il est démobilisé.

À la fin des hostilités, il reçoit de la France la Médaille de la Résistance, pendant qu'en Italie, il dirige l'Association Nationale des Résistants Italiens (Associazione Nazionale Partigiani d'Italia - ANPI) et la revue « Patria Indipendente ». Il fut conseiller municipal de Rome.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]