Francesco Bianchini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
gnomon dressé par Bianchini sur une grande échelle dans l'église Sainte Marie des Anges
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bianchini.

Francesco Bianchini (né le 13 décembre 1662 à Vérone et mort le 2 mars 1729 à Rome), est un historien, philosophe et astronome italien. Il était l'oncle de Giuseppe Bianchini.

Biographie[modifier | modifier le code]

Francesco Bianchini vint de bonne heure à Rome et jouit de la faveur d'Alexandre VIII et de ses successeurs, qui lui confièrent plusieurs missions scientifiques importantes. Il fut bibliothécaire d'Alexandre VIII, secrétaire d'une commission chargée de la réforme du calendrier, dressa un gnomon sur une grande échelle dans l'église Sainte-Marie-des-Anges, tira une ligne méridienne à travers l'Italie, perfectionna quelques instruments d'astronomie, et découvrit les tâches de Vénus. Bianchini est devenu membre de la Royal Society le 29 janvier 1713.

À la demande du duc de Parme François Ier, héritier des Jardins Farnèse sur le Mont Palatin, il effectue de 1722 à 1724 les premières recherches systématiques sur les vestiges du palais impérial, dont il fait un publication[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

On a de lui :

  • De vitis romanorum pontificium a Petro Apost. ad Nicolaum I, 1718-1735 (quatrième volume ajouté par Giuseppe Bianchini) ;
  • Astronomicae observationes, Vérone, 1737 ;
  • Palazzio dei Cesari, 1738 ;
  • Iscrizioni sepolcrali della casa d'Augusto, Rome, 1727 ;
  • Istoria universale provota con monumenti, Rome, 1697, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard Andreae, L’art de l’ancienne Rome, Mazenod, 1973, réédité en 1988, (ISBN 2850880043), p. 512

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Francesco Bianchini » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)


.