Francesca Bertini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Francesca Bertini

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Francesca Bertini sur le tournage de Assunta Spina (1915)

Nom de naissance Elena Seracini Vitiello
Naissance 11 avril 1892
Florence, (Italie)
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès 13 octobre 1985 (à 93 ans)
Rome, Italie
Profession Actrice

Francesca Bertini - pseudonyme d'Elena Seracini Vitiello - (Florence, 11 avril 1892 - Rome, 13 octobre 1985) a été une actrice cinématographique italienne de l'époque du cinéma muet.

Fascinante, romantique, mystérieuse, raffinée et élégante, Francesca Bertini grâce à la force symbolique de ses interprétations a réussi à hisser à son niveau de perfection le phénomène italien de la diva.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de l'accessoiriste napolitain Arturo Vitiello et de l'actrice florentine Adelaide Frataglioni, Francesca Bertini passa son enfance à Naples. Elle commença très jeune à monter sur scène, interprétant des comédies napolitaines, et par la suite elle parut dans un grand nombre de films muets en partie sans intérêt. À 21 ans elle alla à Rome et interpréta le premier rôle féminin dans Histoire d'un Pierrot (1913) mis en scène par Baldassarre Negroni.

Deux ans plus tard elle atteignit probablement le sommet de sa carrière avec le rôle d'Assunta Spina, dans le film homonyme tiré du drame de Salvatore Di Giacomo et codirigé et interprété par lui avec Gustavo Serena. Ensuite elle interpréta à l'écran des grands personnages littéraires et théâtraux, comme Fedora, Tosca et la « Dame aux Camélias ». Sa beauté extraordinaire et sa présence sur la scène, surtout dans les moments tragiques, firent d'elle le premier exemple de diva cinématographique.

La guerre terminée, la Fox lui fit une offre alléchante pour jouer dans quelques films américains, mais la Bertini refusa : elle venait de faire connaissance du banquier suisse Paul Cartier qu'elle épousa en 1921. Après son mariage, ses apparitions se firent beaucoup plus rares, mais il est vraisemblable qu'avec l'arrivée du cinéma parlant, comme bien d'autres acteurs, elle ne sut s'adapter aux nouvelles techniques d'interprétation.

Dans les années 1960 et 1970 elle participa à quelques émissions télévisées : elle fut interviewée par Mike Bongiorno et Maurizio Costanzo, et elle évoqua avec une pointe de nostalgie la période lointaine légendaire de ses triomphes.

En 1976 Bernardo Bertolucci la convainquit de sortir de sa retraite et de paraître dans un bref caméo, en vêtements de religieuse, dans 1900 (Novecento).

En 1982 le réalisateur Gianfranco Mingozzi tourna pour la télévision un documentaire qui lui est consacré et dédié : la dernière diva.

Filmographie (sélective)[modifier | modifier le code]

Parmi les 90 films qu'elle a interprétés :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Francesca Bertini » (voir la liste des auteurs)