Frances Wright

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stèle commémorative du Cimetière de Kensal Green comportant le nom de France Wright

Frances Wright (6 septembre 1795 – 13 décembre 1852), également connue sous le nom de Fanny Wright, était une libre-penseuse, féministe et abolitionniste d’origine écossaise qui devint américaine en 1825.

Grande admiratrice de La Fayette dont elle devient la maitresse bien que 38 ans les séparent.

Inspirée par les expériences utopiques de Robert Owen, elle fonda en 1825 dans le Tennessee la commune de Nashoba, une communauté multiraciale destinée à démontrer les vertus émancipatrices de l’éducation sur les esclaves

Enfance[modifier | modifier le code]

Frances Wright naquit à Dundee en Écosse. Son père, James Wright, était un riche tisserand et un activiste politique proche d'Adam Smith qui, inspiré par les idées du Marquis de Lafayette et de la Révolution française, contribua à créer une monnaie locale par échange de jetons.

Ses deux parents moururent jeunes, laissant Frances sous la tutelle d'une de ses tantes maternelle en Angleterre qui lui inculqua des idées proches des physiocrates[1].

À l'âge de 16 ans, en âge de se marier, Frances retourna vivre en Écosse chez son grand-oncle, James Mylne, où elle passa ses hivers à étudier et à écrire et ses étés à visiter les Highlands. Elle publia sa première œuvre deux ans plus tard, une fiction alliant roman historique et fable initiatique ayant pour théâtre le soulèvement vaudois contre la domination française de 1795.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Caricature de 1829 de James Akin (en) reprochant à Frances Wright ses lectures publiques.

Notes et référence[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]