Frances Ha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Frances Ha

Réalisation Noah Baumbach
Scénario Noah Baumbach
Greta Gerwig
Acteurs principaux
Sociétés de production RT Features
Scott Rudin Productions
Pine District Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie dramatique
Sortie 2013
Durée 86 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Frances Ha est une comédie dramatique américaine écrite, produite et réalisée par Noah Baumbach, sortie en 2013.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Frances, 27 ans, donne des cours de danse à des enfants en espérant intégrer une compagnie de danse. Elle vit à New York avec sa meilleure amie, Sophie. Quand celle-ci décide de prendre un autre appartement pour aller vivre dans un quartier plus cher, Frances, dont les revenus sont peu élevés, en est affectée. Elle entre dans une longue période de doute et de désarroi où, par manque d'argent, elle ne peut garder longtemps le même logement. Elle tente une colocation avec deux garçons sympathiques qu'elle a rencontrés dans une soirée. Elle se brouille avec Sophie, qui s'est mise en couple entre-temps, tente de se faire d'autres amis et s'endette pour partir (sur un coup de tête) en week-end à Paris. Elle apprend dans le même temps qu'elle ne sera pas prise dans la troupe de danse et finit par prendre un travail ordinairement réservé aux étudiants dans son ancienne université et où elle est logée sur le campus. Au terme de cette période, elle arrivera à s'orienter vers ce qu'elle désire vraiment.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version Française (V.F.) sur Carton de doublage T.V.

Production[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

L'idée du film nait lors d'une discussion entre Greta Gerwig, sa coscénariste et actrice principale, et le réalisateur, Noah Baumbach, qui l'a déjà dirigée sur le film Greenberg. Ils écrivent ensuite conjointement le scénario en communiquant par courrier électronique, sans travailler physiquement en présence l'un de l'autre, pendant un an[1]. Le personnage de Frances est développé en même temps que l'histoire, les scénaristes se proposant des idées sur son caractère, idées qui nourrissent le scénario[1].

Greta Gerwig souhaitait faire un film sur la fin d'une amitié car ce sujet est peu traité en chanson ou au cinéma : « Pour une rupture amoureuse il y a des millions de chansons, c'est comme si le monde entier vous disait « Oui, c'est dur ». Mais quand on s'éloigne de sa meilleure amie il n'y a rien, il n'y a pas de mot[2]...» ». Durant l'écriture, des situations où Frances vivrait des histoires amoureuses ou une plus grande implication de sa famille sont envisagées puis abandonnées : le réalisateur considère en effet que le personnage de Sophie « incarn[e] » déjà, pour Frances, ces aspects de sa vie, notamment car elle est à un âge (27 ans) où on est plus concentré sur son cercle d'amis que sur sa famille[1].

Sans que le film soit autobiographique, Noah Baumbach y a mis des éléments de sa vie personnelle : l'université où vient travailler Frances Ha est celle où il a fait ses études, les convives de la séquence du dîner sont des acteurs professionnels mais aussi des amis du réalisateur dont il se sent proche[1].

L'idée de structurer le film en chapitres qui représentent les différentes adresses où vit l'héroïne est présente dès le scénario, car ces lieux « donnent une indication sur ce personnage qui déménage sans cesse[1] ». Le réalisateur souhaite montrer son amour pour la ville de New York où il déplore qu'il devienne difficile de vivre avec peu de moyens et de « se trouver » comme elle cherche à le faire[1].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Noah Baumbach souhaite dès le départ tourner en Noir et Blanc. Ce choix esthétique vise à apporter au film « du classicisme, de l'élégance et de la romance[1]. » C'est aussi une manière de faire référence à films plus anciens alors qu'il estime raconter « quelque chose de très contemporain et moderne ». Il souhaite faire ainsi passer l'idée d'un film paradoxal, ancien et nouveau à la fois où la joie et la tristesse peuvent arriver en même temps[1].

Le réalisateur souligne que la société de production, RT Features, lui a fait pleinement confiance pour faire ce film dans les conditions qu'il demandait, ce en quoi il juge avoir eu de la chance[1]. Le film a été financé de manière à pouvoir travailler sur une assez longue période[1].

Musique[modifier | modifier le code]

Le réalisateur a utilisé différentes chansons pop, dont Rocks Off des Rolling Stones, Blue Sway de Paul McCartney et Every 1's A Winner de Hot Chocolate (en). La bande-son comporte de nombreuses références au cinéma français : plusieurs musiques de film de Georges Delerue sont créditées au générique, ainsi qu'un morceau de Jean Constantin et un autre de Antoine Duhamel. D'autre part, une scène du film, lors de laquelle Greta Gerwig court dans les rues de New York au son de Modern Love, la chanson de David Bowie, est un hommage au film Mauvais Sang de Leos Carax, dans lequel Denis Lavant court dans les rues de Paris au son de cette même chanson.

Box-office[modifier | modifier le code]

Distribué dans 4 salles aux États-Unis, Frances Ha démarre à la vingt-cinquième position du box-office avec 204 701 $ de recettes en première semaine, dont 137 398 $ en week-end, la moyenne des recettes par salles pour sa première semaine atteignent 51 175 $, dont 34 350 $ en week-end[3]. Le nombre de salles augmente au fil des semaines de présence à l'affiche, passant de 60 à 233 salles, permettant au film d'obtenir un taux de fréquentation en salles en hausse, atteignant le million de $ de recettes en deuxième semaine et d'atteindre jusqu'à la douzième place des meilleures recettes[3]. Après plus de douze semaines et demie, Frances Ha franchit le cap des 4 millions de $ de recettes[3], score équivalent à celui de Greenberg, précédent film du duo Baumbach/Gerwig, qui a fini son exploitation à 4 234 170 $ sur le territoire américain[4].

En France, distribué dans 84 salles, Frances Ha occupe la onzième position du box-office avec 56 547 entrées pour sa première semaine, avant d'atteindre la dixième place en seconde semaine avec 39 461 entrées supplémentaires, portant le cumul à 96 008 entrées[5]. En troisième semaine et du à un bouche-à-oreille favorable, Frances Ha atteint les 130 000 entrées, bien que le taux de fréquentation baisse mais lentement, permettant de rencontrer un succès dans le salles art et essai, où le long-métrage marche le mieux dans ces salles[6],[7], allant jusqu'à atteindre les 200 000 entrées, après une augmentation de salles (passant de 84 à 120-150 salles).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Julie Michard, « Frances Ha : interview du réalisateur Noah Baumbach », Vodkaster,‎ 4 juillet 2013 (lire en ligne)
  2. David Honnorat, « Greta Gerwig, l'actrice expérimentale », Vodkaster,‎ 4 juillet 2013 (lire en ligne)
  3. a, b et c (en) « Frances Ha », sur Box Office Mojo.com (consulté le 16 août 2013).
  4. (en) « Greenberg », sur Box Office Mojo.com (consulté le 16 août 2013).
  5. « Frances Ha » : Box-office français, sur Jp's Box Office.com (consulté le 16 août 2013).
  6. «Frances Ha», succès art et essai de ce début d’été, sur 20 Minutes.fr,‎ 25 juillet 2013 (consulté le 16 août 2013).
  7. « Frances Ha, le succès art et essai de cet été », sur Avoir àlire.Com,‎ 26 juillet 2013 (consulté le 16 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]