Numericable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis France Télécom Câble)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'opérateur belge opérant en Belgique et Luxembourg, voir Numericable Belux.

Numericable

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Numericable

Dates clés 1985 : création par le groupe Lyonnaise des eaux de la société « Paris Câble »
1986 : création du groupe Lyonnaise Communications
2000 : Lyonnaise Câble devient Noos
2005 : fusion FTC, NC numericable
2006 : rachat de UPC-Noos par Ypso Holding
2007 : Numericable devient la marque unique et Estvideo.com devient Estvideo-Numericable
2012 : lancement de La Box de Numericable
2013 : entrée en bourse
2014 : fusion acquisition de SFR,
2014 : rachat du MVNO Virgin Mobile
Forme juridique SAS
Slogan Prenez le pouvoir !
Siège social Drapeau de France Champs-sur-Marne (France)
Direction Éric Dénoyer, président - Éric Klipfel et Thierry Lemaitre, directeurs généraux[1].
Activité Opérateur de télécommunications
Produits Télévision par câble, Internet, téléphonie, téléphonie mobile, ADSL
Société mère Groupe Numericable-SFR (Altice)
Sociétés sœurs SFR, Completel
Effectif 2 000 salariés
Site web numericable.fr
Chiffre d’affaires en augmentation 1,314 milliard d'euros (2013)[2]
+0,9 %
Résultat net en diminution 65 millions d'euros (2013)[2]
-32,3 %

Numericable est le principal câblo-opérateur de télévision et fournisseur d'accès à Internet par câble en France métropolitaine. L'entreprise est née en juillet 2007, de la fusion des réseaux historiques concurrents Noos et NC Numericable. Propriété du Groupe Numericable-SFR la marque Numericable est détenu à 60 % par Altice, câblo-opérateur luxembourgeois et à 20 % par Vivendi[3].

En mars 2013 dans un article du site 01Net, Numericable est considéré comme le leader des réseaux THD (très haut débit) en France[4].

Le 19 septembre 2013, Numericable lance un processus d'introduction en Bourse sur le marché réglementé du NYSE Euronext à Paris[5], notamment pour améliorer ses comptes et réduire sa dette de 2,3 milliards d'euros en 2013[6]. L’introduction à la Bourse de Paris a lieu le 8 novembre 2013 ; l’opération valorise l'entreprise à 3,5 milliards d'euros[7].

Secteur d'activité[modifier | modifier le code]

Bénéficiant d'un réseau numérique national, l'opérateur commercialise des offres et services répondants aux besoins distincts de deux types d'abonnés, conformément à deux activités différentes. L'opérateur reste sur le marché de l'offre de télévision à péage qui est son métier historique et est devenu durant la décennie 2000, un fournisseur d'accès à internet, de services multimédias et de téléphonie[8].

Depuis mai 2011, comme opérateur virtuel de téléphonie mobile (MVNO), Numericable commercialise une offre spécifique[9].

L'opérateur concurrent Bouygues Telecom exploite également le réseau coaxial et fibre de Numericable, comme marque blanche[10],[11]. Toutefois, en octobre 2013, s'estimant lésé dans le cadre de cet accord commercial[12], Bouygues Télécom réclame à Numericable, la somme de 53 millions d'euros au titre de dommages et intérêts pour compenser ses « défaillances »[13].

Historique[modifier | modifier le code]

Le plan câble[modifier | modifier le code]

Depuis la Deuxième Guerre mondiale et jusqu'à l'arrivée de la gauche au gouvernement en mai 1981, les pouvoirs publics n'ont pas souhaité ouvrir au secteur privé la diffusion et la distribution des programmes audiovisuels sur le territoire français, conformément au principe du « monopole d'État ». À la fin des années 1970, l'offre de télédistribution se cantonne alors à un « service antenne » très localisé dans des ensembles immobiliers ou résidences, pour relayer principalement les signaux des télévisions publiques. Il faut attendre l'arrivée de François Mitterrand au pouvoir pour que le développement des réseaux câblés voie le jour, sur un plan national[14].

À partir de l'année 1982, conformément à la volonté des pouvoirs publics, un « plan câble » est entrepris. Il vise un million de foyers raccordés en 5 ans et devra exploiter pour son réseau, les technologies les plus avancées parmi lesquelles la fibre optique[15] ainsi que le successeur du standard vidéo Sécam. Un dispositif d'économie mixte (public / privé) est alors mis en place, devant permettre à des opérateurs privés d'exploiter commercialement les réseaux établis par la direction des télécommunications (futur France Télécom).

Parmi les principaux opérateurs privés, on compte La Générale des Eaux (future Vivendi) et La Lyonnaise des Eaux (groupe Suez). La réglementation française permet à ces sociétés privées de bénéficier du régime très favorable des « concessions ». Sur ce principe, une société se voit attribuer, souvent pour une très longue période pouvant aller jusqu'à 99 ans, le monopole de fait de la télédistribution communale. Les municipalités décident alors le plus souvent, selon certaines considérations et critères politiques, l'attribution de cette concession à tel ou tel opérateur. Généralement, lorsqu'une ville a concédé la distribution de l'eau à un groupe (Générale des Eaux, Lyonnaise des Eaux), sa filiale spécialisée dans le câble (CGE, Lyonnaise Câble) bénéficie du marché.

Cette méthode d'attribution permet alors le financement de tous les partis politiques, jusqu'à ce que de nouvelles lois entrent en vigueur à partir de 1995 [16]. Dans d'autres localités, moins peuplées, la Direction des Télécommunications (future France Télécom) ou encore TéléDiffusion de France (TDF) interviennent pour proposer un réseau communal. Alors que l'exploitation commerciale a été majoritairement concédée à des sociétés privées, l'installation des réseaux câblés en France est intégralement prise en charge par les finances publiques ou par des entreprises publiques. Toutefois, le « plan câble » n'a jamais prétendu offrir un service public « gratuit » à l'instar de la télédiffusion, mais bien une offre payante « d'intérêt général ». À cette période, les réseaux câblés, dont la construction a été financée par le contribuable français, n'ont pu satisfaire qu'une portion réduite de la population nationale, soit à peine 3 % des foyers[17].

Stratégie commerciale offensive contre le satellite[modifier | modifier le code]

Au cours de son développement, le réseau câblé a dû affronter l'arrivée de médias concurrents parmi lesquels le lancement de la chaîne payante nationale Canal+ en 1984, des chaînes gratuites nationales TV6 et La Cinq en 1986, l'offre des satellites diffusant à la norme D2 Mac en 1988 puis l'arrivée du satellite luxembourgeois Astra (satellite) à la fin de cette même année comprenant une série de chaînes gratuites.

Le 17 septembre 1993, la chaîne TNT Cartoon qui réunit deux programmes, l'un consacré au cinéma hollywoodien et une chaîne de dessins animés (Cartoon Network), est lancée sur le satellite Astra[18]. Dès son lancement, TNT Cartoon diffuse en clair (sans nécessité de s'abonner) sur tout le territoire européen et notamment en langue française. Cette situation contrarie les câblo-opérateurs français ainsi que l'unique chaîne payante, Canal+, qui voient dans la stratégie de Ted Turner une concurrence déloyale. Cette stratégie est également critiquée par les médias français et fait réagir l'industrie du cinéma qui invoque l'exception culturelle française lors des renégociations du GATT.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) tente alors, en 1993, d'interdire la diffusion de la chaîne TNT Cartoon par satellite sur le territoire français,[réf. nécessaire] mais se heurte au droit européen qui en autorise la diffusion en clair par satellite sur toute l'Europe, depuis Londres[19].

Face au succès du satellite gratuit et la croissance de ce marché[20] les câblo-opérateurs français demandent finalement au CSA de revoir sa décision et de les autoriser à diffuser TNT Cartoon sur leurs réseaux[21].

En 1995, Hervé Bourges, président du CSA, propose à ses homologues européens la création d'un organisme commun, afin, d'une part, d'accompagner le développement des réseaux multimédia (Internet) [22] et, d'autre part, de réglementer la diffusion des chaînes qui émettent depuis l'étranger[23]. Cette proposition débouchera sur la directive Services de médias audiovisuels (SMA)[24],[25] puis, en 2014, sur la création, par la Commission européenne, d'un groupe de régulateurs audiovisuels des différents états membres[26].

Distribution de télévision à péage[modifier | modifier le code]

Régulièrement modifiée, la liste des chaînes diffusées par Numericable comprend à la fois les chaînes nationales, locales et internationales ainsi que des programmes thématiques (cinéma, sport, jeunesse, fiction, divertissement, information, découverte…). À la différence de la télédiffusion par satellite et de la Télévision numérique terrestre, il n'existe pas de chaînes « gratuites » (librement recevables sans aucun abonnement) sur le réseau Numericable, tant en distribution individuelle que collective. En revanche, il est possible de choisir une offre payante sans télévision, mais conformément à la réglementation française, elle doit obligatoirement comprendre la reprise intégrale des signaux de la télévision numérique terrestre, tant SDTV que HDTV[27]. En contrepartie de cette obligation le régulateur l'autorise à bénéficier du statut d'opérateur en fibre optique à très haut débit.

Numericable est un opérateur de télévision à péage. Son réseau permet de distribuer des chaînes de tous genres et destinées à tous les types de publics, grâce à des services payants optionnels comme la vidéo à la demande. L'opérateur relaye les signaux Haute Définition (HD) et édite un canal de télévision en stéréoscopie 3D, « Ma chaîne 3D »[28].

Télévision par Câble : prises de contrôle[modifier | modifier le code]

Le 6 juin 1985, le groupe Lyonnaise des eaux crée la société « Paris Câble » (future Lyonnaise Câble, Noos et Numericable)[29]. Le 26 janvier 1986[30], la Lyonnaise des Eaux crée le groupe Lyonnaise Communications ainsi qu'un pôle d’activités câble appelé « Lyonnaise Câble » dont la vocation consiste à constituer et exploiter un réseau multivilles, à travers une infrastructure technique nationale[31].

Officiellement lancé le 25 novembre 1986, le « Plan Câble », élaboré sur un cahier des charges national établi par les pouvoirs publics, marque l'ouverture commerciale des réseaux câblés à Paris[32]. En 1996, seize opérateurs régionaux fusionnent confortant le réseau Lyonnaise Communications pour son développement dans le domaine de la télédistribution.

En 1998, la ville de Paris cède sa participation dans la société « Paris TV Câble » à Lyonnaise Câble, pour exploiter commercialement le réseau parisien. À la même période, le réseau commence sa conversion au numérique en exploitant progressivement la norme DVB-C, tout en conservant un bouquet de base analogique au standard Sécam jusqu'en 2012.

De Lyonnaise Câble à Noos[modifier | modifier le code]

En mai 2000, « Noos » devient la marque commerciale de Lyonnaise Communications[33]. Cette dénomination entame le début d'harmonisation des réseaux de la Lyonnaise. En octobre 2000 Noos remporte le contrat du Sipperec pour l'exploitation de la télévision par câble de trente-huit communes de Paris et de la région parisienne ; la première étape consistant à réaliser l'infrastructure de ces réseaux. Poursuivant sa stratégie d'expansion nationale, Noos prend le contrôle des actifs de la filiale de télévision par câble française du groupe NTL en novembre 2001.

À cette période, trois principaux câblo-opérateurs nationaux subsistent encore : France Télécom, NC Numericable et Noos. Mais les services proposés par le câble commencent à être déclinés en différentes offres complémentaires à la télévision : accès à Internet, VOD et ultérieurement, la téléphonie.

Haut débit et diversification commerciale[modifier | modifier le code]

Au mois de mars 2002, Noos annonce avoir atteint 100 000 abonnés à l'internet haut débit. Confronté à de lourdes pertes, l'opérateur Noos rétablit toutefois l'équilibre financier en atteignant un Ebitda positif (excédent brut d'exploitation) en décembre 2003[34]. La maison-mère de Noos, le groupe Suez, se développe au niveau international en mars 2004 avec la signature d'un accord de vente avec le groupe UGC Europe (United Global Communication) qui commercialise les réseaux étrangers Chello et UPC (United Pan-Europe Communications). En avril 2005, le groupe Suez se désengage et cède 100 % de ses parts à UGC, qui fusionne en juin 2005 avec sa maison mère américaine pour devenir Liberty Global.

À partir de 2006, l'opérateur Noos est attaqué pour délit de vente forcée, défaut de service clientèle, refus de procéder au désabonnement de clients et diverses soustractions frauduleuses[35]. Ces événements sont engendrés par une série de dysfonctionnements commerciaux et techniques liés à la profonde réorganisation que connaît alors le secteur des télécommunications, marqué par le rapprochement entre les opérateurs[36]. Le holding Ypso (détenu par Cinven et Altice) acquiert UPC France, en juin 2006, soit quelques mois après l'acquisition de Numericable. Dès lors, une fusion des marques « Semnet », France Télécom Câble, TDF Câble et « NC Numericable » survient. Avant cette fusion, Numericable est considérée comme le deuxième câblo-opérateur français, pour ce qui est du nombre de prises raccordées. Ce groupe est lui-même issu de la fusion précédente des opérateurs France Télécom Câble et NC Numericable en 2005, après le rachat par Ypso Holding. En octobre 2006, UPC-Noos et Numericable communiquent désormais avec la marque unifiée « Numericable Noos ».

Fibre optique et diversification[modifier | modifier le code]

Après l'abandon, à partir du milieu des années 1980, du premier plan de déploiement de la fibre optique en France par l'ensemble des câblo-opérateurs dont Numericable acquiert les réseaux et les droits d'exploitation, le câblo-opérateur annonce en mars 2007 après une procédure judiciaire de la DGCCRF concernant Noos[37], son objectif stratégique : raccorder à son réseau fibre optique « 7,5 millions de foyers à la fin 2009 ».

Un an après la fusion des câblo-opérateurs Noos et Numericable, la marque Noos disparaît au profit de la seule dénomination « Numericable », le 12 juillet 2007. Un nouveau logo est adopté et une campagne publicitaire démarre en août 2007. Techniquement, l'ensemble du réseau câble français est alors sous une seule et même dénomination[38],[39].

En août 2007, « Numericable » devient la marque unique rassemblant les anciens réseaux France Télécom Câble, NC Numericable, TDF Câble, UPC et Noos. Estvideo.com devient « Estvideo Numericable » dans la région d'Alsace et conserve son offre spécifique. En septembre 2007, l'opérateur Completel devient société sœur de Numericable : la holding de Completel (Altice B2B) est détenue par les mêmes actionnaires que la société holding de Numericable (YPSO). Le 23 mai 2008 Numericable lance sa première offre de téléphonie mobile ; la société devient ainsi MVNO, opérateur de téléphonie mobile virtuel. En tant que MVNO, l'entreprise ne détenait aucun réseau national de téléphonie mobile et exploitait celui de Bouygues Telecom[40], puis celui de SFR. Le 10 juin 2008, grâce au réseau Completel, Numericable renouvelle ses offres xDSL et xDSL-câble.

L'opérateur entend également intervenir dans le secteur des services cloud à très haut débit, destinés aux entreprises, par le biais de la société Completel. Pour cette activité, en février 2014, l'opérateur annonce un partenariat avec IBM dans le cadre du développement d'une offre Infrastructure-as-a-Service (IaaS, Infrastructure comme un service)[41].

Numericable prévoit d’investir « 250 millions d’euros par an » dans la fibre optique en 2007[42]. Avec « 10 000 raccordements par jour » annoncés, l’opérateur souhaite disposer d'une avance dans le déploiement de la fibre optique par rapport à ses concurrents qui exploitent le réseau téléphonique filaire, en remplaçant l'ancienne infrastructure de son réseau (câble coaxial)[42], à condition toutefois, de réaliser les travaux nécessaires à cette réhabilitation. En mars 2010, l'opérateur évalue à 4,5 millions le nombre de foyers éligibles pouvant potentiellement souscrire à un accès en fibre optique (FTTLA)[43].

Dans le même temps, le 5 novembre 2007, Numericable lance la commercialisation de son offre triple play (internet jusqu’à 100 Mbit/s+TV+téléphone illimité vers France et 45 destinations internationales)[44],[45].

Numericable propose également, grâce à la technologie DOCSIS, une offre de TVHD « par le câble et/ou la fibre optique, permettant de dédier un débit spécifique à la diffusion des chaînes » , à la différence de l'xDSL qui utilise le réseau téléphonique[46]. En 2009, Numericable distribue 17 chaînes Haute Définition. Grâce à cette rénovation et avec un modem compatible, l'opérateur déclare qu'un abonné peut être en mesure d'accéder à Internet jusqu'à 200 Mbit/s, aux chaînes TV en HD sur un nombre théoriquement illimité de téléviseurs à condition d'équiper chaque écran d'un terminal câble, au service de vidéo à la demande ainsi qu'à un forfait de téléphonie « illimitée ».

En septembre 2012, Numericable annonce lors d’une conférence de presse ses nouveaux objectifs de raccordement et d’investissement dans la fibre optique : un investissement de 200 millions d’euros par an pour arriver à 6 millions de foyers raccordables en 2014 et un million d'abonnés[47]. Lors de cette même conférence, Numericable annonce maintenir sa position de premier opérateur français dans la fibre optique pour ce qui est du nombre d'abonnés, avec 532 000 abonnés en juin 2012 (Orange a 120 000 abonnés à la même date) et pour le nombre de foyers raccordables avec 4,6 millions. Numericable se fixe alors l’objectif d’atteindre un million d’abonnés en 2014.

Numericable dévoile également ses investissements effectués dans le déploiement de son réseau fibre optique et la modernisation de son réseau câble datant des années 1980 : 1 milliard d’euros entre 2006 et 2011[48].

Services à valeur ajoutée[modifier | modifier le code]

Dans sa stratégie concurrentielle face à ses adversaires comme les FAI, Numericable déploie une série de services, de technologies et d'accords commerciaux visant à consolider sa position d'opérateur télévision et Internet. Ainsi, le 18 juin 2008, Numericable lance un portail personnalisable baptisé « My Numericable » et une nouvelle interface de courrier électronique. En octobre 2008 a lieu la signature d'un partenariat de distribution commerciale avec l'enseigne de distribution Darty, pour lancer une offre en fibre optique ; Darty arrête cette activité en 2012 en la revendant à Bouygues Telecom.

En février 2009, l'opérateur lance « NumeriSpace », service de télévision personnelle, disponible sur un canal TV dédié et via Internet. Achevant l'harmonisation nationale de sa stratégie, le 1er juillet 2009, la marque Estvidéo disparaît et est remplacée par le sigle « Numericable »[49]. Le janvier 2010, selon les résultats provisoires de l'observatoire du haut et du très haut débit de l'Arcep, 195 000 des 255 000 abonnements à très haut débit en France sont opérés par Numericable via la technologie de fibre optique hybride avec une terminaison en câble coaxial (FTTLA)[50]. En septembre 2010, Numericable débute la diffusion d'un canal expérimental de télévision en 3D stéréoscopique. À l’automne 2010, l'opérateur annonce le lancement d'une plateforme de vidéo à la demande en stéréoscopie 3D HDTV diffusant des contenus sportifs et des films, sous le titre « Ma Chaîne 3D »[51]. En 2013, Numericable inaugure ses services multi-écrans et propose à ses abonnés TV Mobile, une application permettant de regarder simultanément les chaînes Numericable depuis un smartphone ou une tablette[52].

Acquisition de SFR[modifier | modifier le code]

En mars 2014, Numericable et sa maison mère Altice font une proposition de rachat de l'opérateur de télécommunications français SFR détenue par Vivendi, tout comme Bouygues Telecom. Le Groupe Vivendi décide d'entrer en négociations exclusives avec Numericable le 14 mars 2014[53]. Le 05 avril 2014, le groupe Altice est choisi par Vivendi pour la vente de SFR face à Bouygues Telecom[54].

En avril 2014, Patrick Drahi, le patron d’Altice (société mère de Numericable), annonce que le nouvel ensemble "Numericable-SFR" adoptera la marque SFR[55] « car c’est une marque très forte en France et SFR a actuellement 28,6 millions d'abonnés contre 1,7 pour Numericable. Il serait donc plus juste d'utiliser la marque SFR pour ne pas trop brusquer tous nos clients ».

En octobre 2014, cette acquisition est validée par l'autorité de concurrence française, avec quelques conditions comme la vente du réseau en cuivre de Completel, l'ouverture de son réseau cablé, la vente de ses activités à Mayotte et à la Réunion et de l'absence d'échange d'information entre Canal+ (qui appartient à Vivendi) et Numericable[56].

Deux jour après, le 29 octobre, Numericable lance une augmentation de capital de 4,7 milliards d'euros[57].

Le 27 novembre 2014, le rachat de SFR par Numericable est officialisé[58]. Une partie du comité de direction de SFR est renouvelé à cette occasion[59].

Par ailleurs, le même jour, le câblo-opérateur reçoit la validation de l'Autorité de la concurrence pour le rachat de Virgin Mobile[60].

Identité visuelle (logos)[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeant[modifier | modifier le code]

Capital et actionnariat[modifier | modifier le code]

  • Numericable, SAS au capital de 16 849 995 euros - RCS Paris 379 229 529. Cette société a été radiée.
  • NC Numericable, SA au capital de 968 852 361,63 euros - RCS Meaux B 400 461 950.

Numericable SAS et NC Numericable SA furent des filiales à 100 % du groupe Ypso.

En décembre 2007, Carlyle et Cinven ont signé un accord visant à la vente d'actions dans l'ensemble Ypso. Alors que ces derniers détenaient chacun jusqu'en 2014 37,47 % des parts de Numericable, le fond d'investissement Altice est monté au capital de l'entreprise[61] répartis comme suite : Altice : 40 %, Carlyle : 21,30%, Cinven 13,30 %.

En novembre 2014 après fusion acquisition entre Numéricable et SFR formant le groupe Numericable-SFR, le capitale est répartis entre Altice 60 %, Vivendi 20 %, et 20 % en flottant à la bourse de Paris[62].

Offres commerciales[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Les offres de Numericable se diversifient au fil des ans et s'articulent en 2014 autour de :

  • l'accès unique à Internet ou à la télévision,
  • l'accès Internet avec la téléphonie,
  • l'accès Internet avec la téléphonie et la télévision,
  • la totalité des services y compris un forfait mobile.

À travers un service « collectivités », Numericable propose également des tarifs spécifiques pour les abonnements collectifs (résidences, ensembles HLM, hôtels, etc...). En revanche, l'ancien « service antenne » consistant à distribuer les chaînes nationales et locales, n'est plus proposé.

La Box de Numericable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Box de Numericable.

Numericable annonce le 10 janvier 2012 un futur lancement de la « Box by Numericable », terminal multimédias, récepteur et modem. Selon l'opérateur, cette box permet l'accès à 300 chaînes thématiques, à Internet ainsi que la possibilité d'émettre de manière illimitée des appels vers les téléphones fixes et mobiles en France et vers plusieurs destinations à l'international[63],[64]. À condition de bénéficier de l'accès du logement aux réseaux à très haut débit, la box permet une connexion jusqu'à 200 Mbits par seconde[65]. Parmi les offres payantes optionnelles ou comprises dans l'abonnement, la box permet de bénéficier à différents services la vidéo à la demande (VOD) et plusieurs applications de « réseau social télévisuel », telle que la communication Twitter synchronisée avec certaines émissions[66].

Le 23 mai 2013, l'opérateur annonce avoir commercialisé plus de 175 000 unités de LaBox depuis le 16 janvier 2012[67], Numericable estime que ce produit est un « réel succès commercial »[68]. De plus, Numericable déclare atteindre 600 000 des abonnés au très haut débit en dépit du fait que l'opérateur accuse une perte d'abonnés TV depuis un an, partiellement compensée par le triple-play qui compte 4 000 nouveaux abonnés en douze mois.

En juin 2013, la Box intègre l'offre payante « Pass Cinema » qui procure aux abonnés, l'accès à douze chaînes thématiques : Ciné+ Premier, Ciné+ Frisson, Ciné+ Emotion, Ciné+ Famiz, Ciné+ Star, Ciné+ Club, Ciné+ Classic, TCM HD, Sundance Channel, Polar et Ciné FX et Action[69].

En 2014, le câblo-opérateur ajoute deux nouvelles fonctionnalités à ses offres Internet : « Videoshot TV » et « Restart ». Le service Videoshot TV permet aux abonnés, de partager un extrait de 15 secondes du programme de leur choix sur le réseau social Facebook. Sur le principe de la télévision de rattrapage, le service Restart permet de reprendre depuis le début, une émission de télévision alors qu'elle a déjà commencé[70].

Liste des chaînes disponibles sur Numericable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des chaînes de Numericable.

Abonnement pour les mobiles[modifier | modifier le code]

Numericable se lance en tant qu'opérateur de réseau mobile virtuel à compter du 16 mai 2011, avec l'aide du réseau de SFR et commercialise trois offres d'abonnement pour les mobiles avec une notion d'illimité (à 14 heures maximum par mois) distincte de celles de ses concurrents[71].

Alors que la concurrence se développe, Numericable lance un forfait mobile « illimité » 19,99 euros par mois le 23 janvier 2012, ce qui lui permet de s'aligner sur la baisse générale des prix des abonnements de l'ensemble du secteur[72]. Le 1er avril 2012 puis le 1er octobre 2012, Numericable décide d'augmenter le prix de ses abonnements de 2 euros par mois à deux reprises sur tous ses tarifs, laissant en contrepartie à ses abonnés la possibilité de rompre leurs engagements s'ils n'acceptaient pas les nouveaux tarifs.

À compter du 5 novembre 2012, son partenaire Auchan cesse de commercialiser ses offres Internet en marque blanche via le réseau de Numericable, mais reste en contrat MVNO pour les mobiles[73].

En février 2014, Numericable lance une offre d'accès aux réseaux mobiles 4G LTE sans surcoût pour certains de ses abonnés avec engagement d'une durée d'un an, puis facturée à 9 euros par mois en plus de l'abonnement principal. Cette offre est commercialisée pour les forfaits « iStart Mobile » et les forfaits « tout illimité »[74]. Le montant total pour accéder à l'offre 4G ainsi que l'abonnement minimum requis représentent 54,90 euros par mois (tarif 2014, hors options et frais de dossier). L'opérateur Numericable dispose du réseau de téléphonie mobile de SFR[75]. Le forfait 4G lancé début 2014 comprend 3 Go d'accès par mois, une capacité forfaitaire inférieure à la plupart des offres concurrentes[76].

Réseaux[modifier | modifier le code]

Réseau national[modifier | modifier le code]

En 2009, Numericable contrôle la quasi-totalité des réseaux câblés de France, ce qui représente « 9,5 millions de logements » potentiels (prises raccordées) soit près de 32 % des foyers français[77], avec 3,5 millions d'abonnés à la télévision, 1 037 000 pour Internet et 753 000 pour la téléphonie[78].

Le câblo-opérateur compte, en juin 2012, 532 000 abonnés au très haut débit en technologie hybride fibre coaxial (un réseau combinant fibre optique et câble coaxial) (marques blanches comprises) et 4,6 millions de foyers raccordés[47]. Le 8 novembre 2012 Numericable dévoile dans un communiqué de presse avoir 585 000 abonnés[79].

En novembre 2012, Numericable annonce détenir 1,587 million d’abonnés au total (+0,5 %)[80]. Le 29 novembre 2012, l'Arcep publie ses chiffres pour le troisième trimestre 2012 et confirme la position de Numericable qui détient, fin septembre 2012, 70 % des abonnements très haut débit avec un débit supérieur ou égal à 100 Mb/s (70 % du nombre d'abonnés français disposant de ce débit) et 650 000 abonnés disposant d'un débit compris entre 30 et 100 Mb/s[81]. Pour ses résultats publiés en mai 2013, Numericable annonce avoir recruté davantage d'abonnés que l'année précédente, ceci en incluant les résultats de La Box Fibre lancée en partenariat avec Bouygues Télécom[82],[81].

En 2013, l'Arcep dévoile les chiffres concernant le parc équipé en tout fibre optique ou FTTH (jusqu'au foyer) en France, tous opérateurs confondus ; il représente 365 000 abonnés au 31 mars 2013, pour 2,41 millions de logements éligibles à la technologie FTTH, bénéficiant toutefois de 52 % de croissance en un an, tous opérateurs confondus. L'Arcep classe Numericable en tête[81] et prend en considération, la combinaison de la fibre optique et de la FTTLA, utilisant partiellement l'ancienne architecture en câble coaxial installée durant les années 1980 et 1990[83].

Le chiffre d'affaires de Numericable augmente de 3,8 % au premier semestre 2013[pertinence contestée]. Le câblo-opérateur est présenté dans un classement de l'Arcep, comme le « leader français du très haut débit », en exploitant la fibre optique partiellement dans son réseau ; ce classement comptabilise et additionne le nombre d'abonnés et de foyers équipés en 100 % fibre optique ou FTTH avec d'autres réseaux combinant le câble coaxial voire le réseau téléphonique cuivre, désignant cette combinaison sous l'acronyme « THD » (très haut débit). Des critères critiqués par certains observateurs du secteur[84]. Ainsi, Numericable bénéficie de 4,9 millions de prises raccordées THD exploitant partiellement la fibre optique jusqu'à l'abonné (type FTTLA et HFC au lieu du FTTH).

Lors de ses résultats publiés en mai 2013, Numericable annonce avoir augmenté son nombre d'abonnés de 11 %. L'opérateur inclut dans ses tableaux, les abonnés de la box fibre pour lesquels le câblo-opérateur collabore avec d'autres opérateurs partenaires comme Bouygues Telecom.

Le 5 septembre 2013, l’Arcep publie son Observatoire des marchés des communications électroniques pour le deuxième trimestre 2013[85] et confirme que Numericable détient alors 75 % des abonnés très haut débit en France, confortant sa position de numéro un du très haut débit.

Réseau international[modifier | modifier le code]

La société Numericable est aussi présente au Luxembourg et au Portugal. Précédemment en Belgique, la société est redevenue indépendante du groupe français qui l'a cédée à un tour de table rassemblant Deficom Telecom (société formée par le groupe Altice et le groupe belge Deficom Group) ainsi que le fonds d'investissement Apax Partners.

Résultats financiers et introduction en bourse[modifier | modifier le code]

Le 23 juillet 2011, Numericable lance un projet de refinancement de sa dette s'élevant à 2,34 milliards d'euros[86]. Après deux années sans publication de ces données, Numericable rend publics ses résultats financiers le 7 mars 2012 et dévoile un chiffre d’affaires en hausse de 2,1 % en 2011 à 865 millions d’euros. Une augmentation qui ne convainc pas l'ensemble de la presse financière[87],[88].

Le 15 février 2012, le câblo-opérateur lève 360 millions d'euros sur les marchés obligataires, ce qui lui permet de refinancer sa dette jusqu'en 2019 et d'améliorer sa note auprès des agences de notation; note qui passe de CCC+ à B pour Standard & Poor's et à B2 pour Moody's[89].

Lors de la conférence de presse du 12 avril 2012, Numericable annonce maintenir sa position de premier opérateur français dans la fibre optique en nombre d’abonnés, avec 532 000 abonnés en juin 2012 (Orange a 120 000 abonnés à la même date), ce nombre inclut les abonnés Bouygues Telecom et Darty qui utilisent le même réseau[90].

Numericable annonce le 19 septembre 2013 le lancement d'un processus juridique et financier visant à s'introduire en Bourse sur le marché réglementé de NYSE Euronext à Paris[91].

L'objectif affiché est de pouvoir disposer de nouvelles ressources financières pour pouvoir investir dans le développement de la fibre optique en France. Par ailleurs, certains spécialistes[Lesquels ?] suggèrent qu'il pourrait s'agir d'une stratégie visant à s'offrir la possibilité de se rapprocher, par acquisition éventuelle, d'un autre opérateur (il est souvent évoqué le rachat de SFR au groupe Vivendi), cela au moment où le marché des télécoms est en pleine restructuration[92]. Cette introduction à la Bourse de Paris se déroule avec succès le 8 novembre 2013 ; la société est valorisée à 3,5 milliards d'euros le jour de l'introduction[7].

Dans son dossier de présentation pour son introduction en bourse enregistré par l’AMF, les comparatifs entre opérateurs publiés par Numericable sont remis en cause par Bouygues Télécom et Iliad-Free[93]. Free décide d'aller devant les tribunaux[94]. Le 22 novembre 2013, le juge s'accorde avec Numericable qui déclare que le prospectus a été réalisé « de bonne foi, sur la base des informations disponibles au moment de sa rédaction »[95].

Classements[modifier | modifier le code]

Du fait de la nature de son infrastructure technologique qui n'exploite pas le réseau téléphonique filaire, mais principalement le câble coaxial et minoritairement la fibre optique, Numericable bénéficie d'avantages concernant le débit pour l'usager.

Ainsi, en avril 2010, dans le classement relatif aux débits de Degrouptest, Numericable arrive en tête avec 24,25 Mb/s de débit moyen descendant[96], bénéficiant des performances techniques de son réseau de type coaxial.

En juillet 2010, au 16e baromètre des FAI de l’Internaute, Numericable obtient une moyenne de 13,2/20[97] et se classe premier dans les baromètres des FAI du Monde informatique et de Witbe[98].

En février 2012, Numericable est en première position du baromètre hebdomadaire des FAI d'ip-label publié par 01net.com[99] dont les critères se basent sur le niveau perçu par le public pour « la disponibilité de la connexion, le confort de navigation et l'accessibilité Internet, la tenue du débit au travers du téléchargement d'un fichier ».

En juin 2013, l’Arcep publie son tableau de bord comparatif des indicateurs de qualité de service fixe qui évalue la qualité de service fixe des opérateurs, au premier trimestre 2013[100] conformément à six critères :

  • les délais de raccordement sans intervention
  • les délais de raccordement avec intervention
  • les taux de pannes au cours des 30 premiers jours
  • les taux de pannes mensuels
  • les délais de réparation
  • les taux de défaillances réparées dans un délai de 48 heures

Numericable obtient la première position pour deux de ces critères.

En janvier 2014, l'Arcep met à jour ce tableau de bord comparatif des indicateurs de qualité de service fixe. Numericable se classe première dans plusieurs catégories avec les délais de raccordement sans intervention chez le client les plus courts, les taux de panne au cours des 30 premiers jours les moins nombreux et la meilleure qualité de la connexion de la parole[101].

Affaires juridiques[modifier | modifier le code]

Les associations « Miséricable »[102],[103],[104] et « Les déçus du câble » déposent plainte le 2 février 2007 contre Noos[105],[106], comme les usagers Cable-info.net et Les-cables.fr en juillet 2008[107]. La DGCCRF décidera alors de placer Noos « sous surveillance »[108]. Cependant, après avoir observé « une diminution notable » des plaintes et des appels vers les hotlines et avoir « salué les efforts faits par la société dans la mobilisation de moyens nouveaux […] pour consolider une approche améliorée de la relation avec la clientèle », la DGCCRF lève son dispositif de surveillance de Numericable, début juillet 2007. En effet, à cette période, « la situation de crise observée en début d’année 2007 est en bonne partie résorbée »[109].

Le 15 septembre 2009, la société Numericable est condamnée par l'Arcep pour clauses abusives et illicites figurant dans les conditions générales de ventes pratiquées jusqu'en 2008 (Tribunal de grande instance de Paris 4e chambre, 1re section Jugement du 15 septembre 2009)[110],[111],[112]. Numericable est alors tenue d'annoncer cette condamnation à tous ses abonnés et confirmer la validation des nouvelles clauses par courrier électronique et publie le jugement de condamnation dans les quotidiens Le Monde, Le Figaro et Libération. La société doit également verser 30 000 euros de dommages-intérêts à l'association de consommateurs UFC-Que Choisir à l'origine de la plainte. Numericable précise alors avoir fait appel de sa condamnation[113].

En mai 2011 et en février 2012, deux associations de consommateurs, 60 millions de consommateurs[114] et l'UFC-Que Choisir[115], pointent du doigt certaines clauses et mentions restrictives précisant la notion illimité dans les contrats de téléphonie mobile. Dix opérateurs français dont Numericable, mais également Free[116], Bouygues Telecom[117], SFR, Coriolis, La Poste Mobile, Prixtel, Sim+, Orange, Virgin Mobil et Zero forfait, sont accusés d'utiliser le terme « illimité » à tort pour décrire leurs forfaits dans lesquels les nombres d'appels et d'envois de SMS sont tous limités.

En juillet 2013, Numericable fait annuler une sanction de l'Arcep pour « non-respect d'une décision de règlement de différend »[118] après que celle-ci ait pris la décision de condamner le câblo-opérateur à verser une amende de 5 millions d'euros[119]. Le Conseil constitutionnel approuve l'absence de séparation des pouvoirs au sein de l'Arcep et invalide les sanctions prises par celle-ci.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informations légales & crédits, consulté le 8 février 2014.
  2. a et b LEAD 1-Numericable reste ferme sur SFR, confirme ses objectifs - L'Express/Reuters, 12 mars 2014
  3. Numéricable: Altice détient 74,59% du capital lefigaro.fr, le 25 juillet 2014
  4. Les câblo-opérateurs européens, en tête dans la course au très haut débit - 62 % de part de marché THD pour Numericable fin 2012 - 01net.com, 29 mars 2013
  5. Numericable se lance en Bourse, dépêche de l'agence AFP reprise dans Le Monde du 19 septembre 2013
  6. Éconduit par SFR et Vivendi, Numericable est tenté par une entrée en Bourse, article de Delphine Cuny citant l'agence Reuters et publié dans La Tribune le 17 avril 2013
  7. a et b Numericable prend un bon départ en Bourse malgré S&P – L'opération valorise l'entreprise 3,5 milliards d'euros reuters.com, le 8 novembre 2013
  8. Numericable lance une nouvelle gamme de forfaits TV et triple play - Guillaume Deleurence, 01net.com, 3 mai 2010
  9. Numericable et sa révolution mobile illimitée, Les Numériques, Florence Legrand et Romain Thuret, 11 mai 2011
  10. Numericable reste le leader du très haut débit en France avec 500 000 clients, article de Solveig Godeluck - Les Échos, 11 avril 2012
  11. L'Encyclopédie e-Business : « Marque Blanche » - Journaldunet.com
  12. Free et Bouygues attaquent Numericable peu avant son entrée en bourse - PCImpact, 4 novembre 2013
  13. Bouygues Telecom réclame 53 millions d'euros à Numericable pour défaillances - BBox-Actus.com, 30 octobre 2013
  14. Chronologie de la politique de l'audiovisuel sur le site de la « Direction de l'information légale et administrative » qui dépend du Premier ministre français, 1er octobre 2010
  15. Le plan câble vingt après, quelles leçons pour l'avenir ? sur le site de l'Association pour l'histoire des télécommunications et de l'informatique (AHTI) et avec le concours de l'Institut de recherches économiques et sociales sur les télécommunications (IREST)21 mars 2002
  16. « La télévision par câble » de José Frèches, collection "Que sais-je ?", Presses universitaires de France, pages 34 à 39
  17. Revue L'Audiovisuel, Communication & Société, Jean Cluzel, no 6, juin 1999, pages 30 et 31
  18. Satellite TV, « TNT et Cartoon Channel sur Astra, archive du mensuel »,‎ septembre 1993 (consulté le 2 mai 2013)
  19. « TNT Cartoon repasse à l'offensive » - Christine Simon, Le Soir, 14 octobre 1996
  20. La rébellion des adeptes de la parabole. Les soucoupes blanches sont l'emblème d'une nouvelle génération de téléspectateurs curieux et critiques - Florence Aubenas, Libération, 2 septembre 1995
  21. « Les câblo-opérateurs réclament le droit de diffuser TNT Cartoon »- Nicole Vulser, Les Échos, 15 juin 1995
  22. Hervé Bourges souhaite la création d'un « CSA européen » - Les Échos, 17 octobre 1995
  23. Hervé Bourges veut créer un CSA européen. Objectif principal: réglementer la diffusion des chaînes qui émettent depuis l'étranger - Libération, 15 décembre 1995
  24. Cadre juridique : La directive SMA - CSA
  25. « La directive « Services de médias audiovisuels » (SMA) régit la coordination européenne des législations nationales relatives aux médias audiovisuels », sur le site de la Société des auteurs audiovisuels
  26. Bruxelles crée un groupe de régulateurs des services audiovisuels en ligne - Guillaume Champeau, Numerama, 4 février 2014
  27. Comparatif Offre Television Cable - NumTélé.com
  28. Nouvelles offres Internet et TV : Numericable mise sur le très haut début et la haute définition - Élise Pinsson, Silicon.fr, 4 mai 2010
  29. Présentation de la société Paris Câble - Societe.com
  30. La Lyonnaise acquiert la pole position sur le câble - Martine Esquirou, Libération, 31 janvier 1995
  31. L’économie du câble en France : présentation détaillée des opérateurs du cable français - JLM Conseil pour l'Arcep, janvier 2003 [PDF]
  32. Décision Européenne du 25 novembre 1986 PORTANT AUTORISATION A LA SOCIETE PARIS-CABLE D'EXPLOITER UN SERVICE DE RADIOTELEVISION PAR CABLE - Légifrance, Journal officiel du 30 novembre 1986
  33. Raphaël Garrigos Ne dîtes plus Lyonnaise Câble mais Noos sur le site de Libération le 4 mai 2000
  34. Noos bénéficiaire en 2003 sur le site Stratégies.fr, le 2 octobre 2003
  35. Les victimes de Noos demandent réparation - Gilles Cordillot, Le Parisien, 27 mai 2008
  36. Nathalie Brafman Noos reconnaît ses erreurs et annonce un plan d’action pour résoudre les dysfonctionnements sur Le Monde , 7 mars 2007
  37. Les mesures annoncées par Noos-Numericable - Ariase.com, 7 mars 2007
  38. Noos devient Numericable - L'express, 12 juillet 2007
  39. UPC-Noos-Numericable devient l’unique câblo-opérateur français - Philippe Crouzillac, 01net.com, 23 mars 2006
  40. Numericable va devenir opérateur virtuel de téléphonie mobile -Guillaume Delerence, 01net.com/Reuters, 26 juillet 2007
  41. IBM et Numericable s’associent dans le Cloud très haut débit - Les Échos, 5 février 2014
  42. a et b Numericable repart à l'attaque - La Tribune, 29 août 2007.
  43. Numericable : Paris au centre des intérêts pour le THD sur le site Degroupnews le 7 mai 2010
  44. Les offres Numericable - Ariase.com
  45. Numericable : nouvelle offre triple-play à venir - Bruno C., Generation-net.com, 30 octobre 2007
  46. Numericable complète son offre TV HD Numericable FAI, Échos du Net, 21 novembre 2007.
  47. a et b Numericable et la stratégie gagnante de la fibre - ZDNet, 27 septembre 2012
  48. Numericable accélère son déploiement de la fibre - Le Figaro, 27 septembre 2012
  49. « Est Vidéo disparaît » sur le site www.e-alsace.net, 26 mai 2009
  50. Fibre : la France compte 60 000 abonnés FFTB / FTTH Clubic, 12 janvier 2010
  51. Numericable lance sa première chaine en 3D - ZDNet, 2 septembre 2010
  52. Comment voir la TV de Numericable sur tous ses écrans ? - Ariase.com
  53. "http://www.20minutes.fr/economie/1323454-sfr-vivendi-annonce-entrer-en-negociations-exclusives-avec-numericable", SFR: Vivendi annonce entrer en négociations exclusives avec Numericable
  54. « Rachat de SFR : Vivendi choisit Numericable au détriment de Bouygues », sur nouvelobs.com,‎ 5 avril 2014 (consulté le 5 avril 2014)
  55. SFR-Numericable : ce qui change lefigaro.fr, publié le 8 avril 2014
  56. Feu vert « sous conditions » pour le mariage entre SFR et Numericable, Audrey Fournier, Le Monde, 27 octobre 2014
  57. Numericable to launch 4.7 billion euro capital hike on Wednesday: source, Reuters, 28 octobre 2014
  58. http://www.latribune.fr/technos-medias/20141127tribdda423753/numericable-absorbe-sfr-la-plus-grosse-fusion-de-l-annee-est-bouclee.html
  59. http://www.latribune.fr/technos-medias/20141118tribbd476058a/le-nouveau-com-ex-de-numericable-sfr-officiellement-devoile.html
  60. http://www.strategies.fr/actualites/marques/249203W/numericable-absorbe-sfr-et-poursuit-sa-conquete-avec-virgin-mobile.html
  61. L'Autorité de la concurrence valide le rachat de Numericable par Altice
  62. groupe Numericable-SFR, « Présentation du groupe Numericable-SFR », sur groupe.sfr.fr,‎ 27 novembre 2014
  63. Numericable relance sa box face à la concurrence - Solveig Godeluck, Les Échos, 10 janvier 2012
  64. Numericable relance le match des box - Le Parisien, 10 janvier 2012
  65. [1] Numericable lance sa Box] - La Tribune, 10 janvier 2012
  66. Twitter sur La Box de Numericable : une intégration étroite avec la TV - Romain Heuillard, Clubic, 20 avril 2012
  67. Bon démarrage 2013 pour Numericable - 177 000 LaBox fibre - Silicon.fr, 23 mai 2013
  68. La Box de Numericable est un « réel succès commercial » selon le câblo-opérateur - Freenews, 9 novembre 2012
  69. La Box de Numéricable : nouvelles applications et Cinéma[s à la demande] - PC Impact, 23 janvier 2012
  70. 4G, Videoshot TV et Restart chez Numericable dès le 05 févier prochain ! - Karima Becherie, Edcom, 28 janvier 2014
  71. UFC Que Choisir dénonce les limites des faux forfaits illimités - Menly.fr, 8 février 2012
  72. Comme Free, Numericable lance un forfait mobile illimité à 19,99 euros, Le Parisien, 26 juin 2013
  73. Auchan Box tire sa révérence mais le mobile continue - DegroupNews.com, 15 novembre 2012
  74. Numericable: une offre 4G sans surcoût - Le Figaro, 2 février 2014
  75. Numericable gagne la bataille pour SFR lefigaro.fr, le 7 avril 2014
  76. Numericable : un forfait 4G presque gratuit - Johann Duriez-Mise, Europe 1, 2 février 2014
  77. http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1106&reg_id=0
  78. Remis en ordre, Numericable repart à la conquête des abonnés grâce une politique agressive et des campagnes de communications axées sur un prix d'appel compétitif, au développement de la « TV 2.0 » et du Très Haut Débit - Numericable Corporate, 23 septembre 2009
  79. (en) « Numericable poursuit sa croissance au troisième trimestre », sur www.lafibreoptique.com (consulté le 08-11-2012)
  80. Nil Sanyas Numericable s'approche des 600 000 abonnés très haut débit - PCimpact.com, 8 novembre 2012
  81. a, b et c (en) Arcep, « Observatoire trimestriel des marchés de détail des communications électroniques (services fixes haut et très haut débit) en France - 3e trimestre 2012 »,‎ 29 novembre 2012 (consulté le 10 décembre 2012)
  82. Numéricable : gain d’abonnés sur 1 an, mais grâce à Bouygues Télécom - Olivier Viaggi, UniversFreebox.com, 23 mai 2013
  83. Fibre optique à domicile : le marché décolle-t-il vraiment en France ? - Olivier Viaggi, ITespression.fr, 31 mai 2013
  84. FTTH et THD : l’enfumage de l’ARCEP continue ! - Dépêche AFP, Reflets.info, 12 juillet 2012
  85. Observatoire des marchés des communications électroniques pour le deuxième trimestre 2013 de l'Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes - Arcep [PDF]
  86. Jamal Henni, « Numericable refinance sa dette, sous l'œil des agences de notation », sur La Tribune,‎ 24 août 2011
  87. Numericable n'arrive pas à décoller sur le site de La Tribune le 7 mars 2012
  88. Fibre : Numericable a dépassé les 500 000 abonnés et va continuer d’investir sur le site de TF1 le 12 avril 2012
  89. Numericable se donne des marges de manœuvres, Le Figaro Économie, Marie-Cécile Renault, 19 février 2012
  90. Numericable : plus de 500 000 abonnés - Le Figaro, 12 avril 2012
  91. Numericable se lance en bourse Dépêche AFP reprise sur le site du Monde, 19 septembre 2013
  92. Numericable : c'est parti pour l'introduction en bourse - L'Expansion, 19 septembre 2013
  93. Free et Bouygues contrarient l'IPO de Numericable- L'AGEFI, 4 novembre 2013
  94. Free attaque Numericable devant le tribunal de Nanterre - Thomas Braun, UniversFreebox, 4 novembre 2013
  95. Free débouté contre Numericable Group - Les Échos, 22 novembre 2013
  96. Test débits Degrouptest [PDF]
  97. Baromètre des FAI l’Internaute Magazine
  98. Baromètre fai - Le Monde informatique
  99. Banc d'essai FAI - 01net.com [réf. insuffisante]
  100. Les indicateurs de qualité du service fixe - Arcep
  101. Mesures de la qualité de service fixe effectuées par les opérateurs au troisième trimestre 2013 - Arcep, janvier 2014 [PDF]
  102. Les Déçus du Câble, Miséricable & SOS Internautes maintiennent la pression sur Numericable-Noos - ZoneHD, 4 mars 2007
  103. Les abonnés de Numericable protestent contre l’augmentation des tarifs - ZDNet, 30 juillet 2008
  104. Les 5 problèmes les plus fréquents - 20 minutes, 26 janvier 2007
  105. « Les déçus du câble » passent à l’action contre Noos - 20 minutes/AFP, 8 février 2007
  106. « Les déçus du câble » portent plainte contre Noos-Numericable - 01net.com, 9 février 2007
  107. Les abonnés à Numericable pétitionnent contre la hausse de l'abonnement - Le Monde informatique, 29 juillet 2008
  108. La direction de la concurrence place Noos « sous surveillance » - Le Monde, 16 février 2007
  109. La DGCCRF met fin à la surveillance de Numericable - Le Nouvel Observateur, 6 septembre 2007
  110. « Clauses abusives Numericable condamné»
  111. «Texte de la décision»
  112. « Condamné, Numericable doit le dire à ses abonnés par mail », Le Journal du Net, 7 octobre 2009
  113. Numericable a fait appel de sa condamnation pour clauses abusives
  114. [2] Forfait mobile : l’illimité selon Numericable] - 60 millions de consommateurs
  115. Mobile « illimité » : l’UFC Que Choisir assigne 10 opérateurs - Le Monde, 20 juin 2012
  116. Free accusé de limiter les appels « illimités » vers l'étranger - Numerama, 10 août 2011
  117. Bouygues Telecom lance les forfaits B&YOU, avec de l’illimité limité ! - Frandroid.com, 4 juillet 2011
  118. Son pouvoir de sanction censuré, l'ARCEP « prend acte » - ZDNet, 5 Juillet 2013
  119. L'ARCEP sanctionne Numericable pour le non-respect d'une décision de règlement de différend - Communiqué de presse de l'Arcep, 21 décembre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]