Franca Valeri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valeri.
Franca Valeri en 2011

Franca Valeri, née Franca Maria Norsa le 31 juillet 1920 (94 ans) à Milan est une actrice et scénariste italienne de cinéma et de théâtre. Elle est connue dans son pays comme une actrice importante de l'histoire du cinéma italien, quoique le plus souvent en tant que second rôle aux côtés des plus célèbres acteurs de la comédie à l'italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Franca Maria Norsa naît le 31 juillet 1920 au sein d'une famille bourgeoise milanaise, d'un père juif ingénieur, Luigi Norsa, et d'une mère catholique, Cecilia Valagotti. Elle adopte le pseudonyme Franca Valeri au début des années 1950, d'après la suggestion d'une amie lectrice de Paul Valéry, et poussée par son père, peu convaincu de sa possible carrière d'actrice[1].

Elle a été l'épouse de l'acteur et réalisateur Vittorio Caprioli[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Franca Valeri commence à jouer durant son adolescence au sein d'une troupe d'amis qui se représente, avant la guerre, devant un cercle d'amis et de parents. Durant les années 1940 elle intègre la compagnie du Teatro dei Gobbi, qu'elle quitte en 1949[1].

Elle débute au cinéma peu après, d'abord par un petit rôle dans Les Feux du music-hall, film co-réalisé par Federico Fellini et Alberto Lattuada (1951). Puis elle prend part, tout au long des années 1950, à une série de célèbres comédies, parmi lesquelles Le Signe de Vénus de Dino Risi (1955). Durant les années 1960 elle est dirigée par son mari Vittorio Caprioli dans plusieurs comédies dont elle est co-scénariste, dont Parigi o cara (1962). Ses dernières apparitions au cinéma ont lieu à la fin des années 1970 et au tout début des années 1980. Sa fin de carrière cinématographique coïncide donc avec le couchant de l'âge d'or de la comédie à l'italienne.

Au cours des années 1960 et 1970 elle est également une personnalité importante de la télévision italienne, pour laquelle elle est scénariste et interprète de feuilletons où sont traités des thèmes comme la révolution sexuelle, le féminisme, et le rapport de la bourgeoisie vis à vis de la jeunesse, dont Si, vendetta et Nel mondo di Alice réalisés respectivement par Mario Ferrero et Guido Stagnaro[2].

Après une décennie d'absence, elle joue à nouveau dans les années 1990 et même 2000, pour des fictions télévisées[3], et au théâtre, notamment Le serve (Les Bonnes) de Jean Genet en 2006.

Au cinéma, Franca Valeri s'est principalement faite remarquer dans des seconds rôles où elle interprète souvent, de façon amusante et touchante, des personnages de femme infortunée, vieille fille car fatalement frappée d'insuccès avec les hommes, qui tous lui préfère la jeune première, son amie ou sa cousine, plus attrayante physiquement - dans Le Signe de Vénus, Sophia Loren. Elle eut rarement le premier rôle, sinon dans des films réalisés par son mari Vittorio Caprioli dans les années 1960. Elle a interprété, tout au long de sa carrière, dès ses débuts au théâtre, puis au cinéma, à la télévision, à la radio, plusieurs personnages récurrents : la "signorina snob" (mademoiselle snob), "Cesira la manicure" (Cesira la manucure), qui ridiculise finement les comportements hypocrites de la bourgeoisie milanaise, et la Signora Cecioni, romaine du peuple éternellement accrochée à son téléphone[1]. On retient également Franca Valeri comme une des belles voix reconnaissables du cinéma italien.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (it) Franca Valeri, Bugiarda no, reticente, Einaudi,‎ 2010
  2. (it) Enrico Lancia, Dizionario del cinema italiano, Gremese Editore,‎ 2003
  3. (it) « Franca Valeri »

Liens externes[modifier | modifier le code]