Françoise Pascal (actrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pascal.

Françoise Pascal

alt=Description de l'image Françoise Pascal.jpg.
Naissance 14 octobre 1949
Vacoas, Drapeau de Maurice Maurice
Nationalité United Kingdom Britannique
Profession Actrice
Films notables There's a Girl in My Soup
La Rose de fer
En voiture, Simone
Séries notables Coronation Street
Mind your language
Site internet The Official Françoise Pascal Website

Françoise Pascal est une actrice britannique née le 14 octobre 1949 à Vacoas (Maurice)[1] de parents d'origine française[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Françoise Pascal grandit avec ses quatre frères et sœurs entre Maurice, Paris et Londres. Elle fait ses débuts à onze ans sur les planches parisiennes avec Jean-Louis Barrault[2]. Mais c'est dans la capitale anglaise qu'elle s'installe et qu'elle est remarquée en dansant dans l'émission Top of the Pops[3] Sa carrière au cinéma s'ouvre en 1968 avec Loving Feeling[4] de Norman J. Warren et School for Sex, deux « sex-comedies » dans l'air du temps. Figure du Swinging London, elle apparaît au côté des Rolling Stones dans One Plus One de Jean-Luc Godard et commence à attirer l'attention de la presse à sensation[2]. Elle est choisie pour être Penthouse pet of the Month en août 1970 et fait la couverture du premier numéro de Club International en 1972[5]. Sur grand écran, on la voit dans le film Burke and Hare de Vernon Sewell. Elle tourne aussi pour la BBC, aux côtés de Rex Harrison dans The Adventures of Don Quixote ou de Lee Remick dans Summer and Smoke d'après Tennessee Williams. Elle donne surtout par deux fois la réplique à Peter Sellers dans There's a Girl in My Soup et dans Soft Beds, Hard Battles[1].

En 1973, Françoise Pascal tient la vedette de La Rose de fer avec pour partenaire Hugues Quester[6]. Si elle n'est pas le premier choix de Jean Rollin[2], l'entente est excellente avec le réalisateur et sa performance le satisfait amplement. Le film, aujourd'hui culte, l'inscrit au premier rang dans la mémoire des amateurs du cinéaste[2] mais connait à sa sortie un échec commercial cuisant. En 1976, elle est à l'affiche de deux comédies érotiques, l'une, Et si tu n'en veux pas, tournée en France, l'autre, Keep It Up Downstairs, tournée en Angleterre avec Diana Dors. Elle travaille ensuite surtout à la télévision, jouant souvent la « petite française ». Elle tient notamment le rôle de Danielle Favre dans la série Mind your language (1977-1979) qui la consacre comme une figure populaire du petit écran. Artiste complète, elle enregistre aussi quelques 45 tours[3]. Sa vie privée est marquée au long des années 1970 par une histoire d'amour agitée avec le comédien Richard Johnson. Le couple donne naissance à un fils, Nicholas, en 1976[1] et se sépare en 1980.

En 1980, elle part pour Hollywood avec un contrat de deux ans pour jouer dans la série Les Feux de l'amour[3]. Durant son séjour à Los Angeles, elle travaille essentiellement au théâtre, enchaînant notamment trois pièces de Shakespeare pour lesquelles ses prestations sont saluées[3]. Elle reconnait d'ailleurs dans une récente interview avoir une prédilection pour les planches[2]. Elle tourne en 1986 ce qui est à ce jour son dernier film Lightning the White Stallion avec Mickey Rooney et Susan George. De retour en Angleterre en 1987, elle vit d' apparitions publiques et travaille comme secrétaire. Elle participe en 1995, comme Anna Bergman entre autres, à l'émission Doing Rude Things qui revient sur l'histoire du cinéma érotique anglais.

En janvier 2012, Françoise Pascal publie son autobiographie, As I am. L'actrice y évoque ses liaisons avec les acteurs Warren Beatty et Michael Caine et provoque quelques remous en révélant sa relation adultérine avec le très conservateur baron James Hanson[7]. Elle revient surtout sur les excès d'un certain showbiz et sur ses problèmes d'addiction à la drogue qui ont mis prématurément fin à sa carrière hollywoodienne.

Après avoir traversé des moments particulièrement difficiles, l'actrice revenue à la lumière, consacre une grande partie de son temps à des œuvres de charité. Depuis 2010, elle organise des événements destinés à mettre en relation des associations caritatives avec les vedettes susceptibles de promouvoir leurs causes[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Images d'archives[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1968 : When It Comes To Love / Got It Badly
  • 1979 : Woman is Free / Symphony for you
  • 1980 : I can't get enough / Make love to me

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Cf. IMDb
  2. a, b, c, d, e et f Cf. Interview de Françoise Pascal en mai 2010 par Jeremy Richey sur Requiem for Jean Rollin
  3. a, b, c, d et e Cf. Biographie de Françoise Pascal sur son site officiel
  4. Film ressorti amputé en 1977 en France sous le titre Mains vicieuses, avec des scènes pornographiques ajoutées Cf. Encyclo-Ciné
  5. Cf. Commentaires et photographies de Françoise Pascal sur Lost in the seventies et sur Venus Observations
  6. Françoise Pascal sur Encyclo-Ciné
  7. dailymail.co.uk , le 20 décembre 2011
  8. Son interprétation lui vaut de recevoir  un LA Critics Award en 1985 Cf. Biographie de Françoise Pascal sur son site officiel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • As I am, autobiographie de Françoise Pascal, éditions Pegasus, Cambridge, 2012. (ISBN 978 1 90349 071 6)

Liens externes[modifier | modifier le code]