François de Chabaud-Latour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chabaud.
François-Henri-Ernest de Chabaud-Latour
François de Chabaud-Latour en 1873.
François de Chabaud-Latour en 1873.
Fonctions
Sénateur inamovible
15 novembre 187710 juin 1885
Ministre de l'Intérieur
20 juillet 187410 mars 1875
Président Patrice de Mac-Mahon
Premier ministre Ernest Courtot de Cissey
Prédécesseur Oscar Bardi de Fourtou
Président du Conseil général du Gard
18741878
Vice-président de l'Assemblée nationale
Député du Gard
8 février 18717 mars 1876
Député du Gard
18371848
Biographie
Date de naissance 25 janvier 1804
Lieu de naissance Nîmes
Date de décès 10 juin 1885 (à 81 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française
Parti politique Orléaniste
Profession Militaire

François-Henri-Ernest, baron de Chabaud-Latour, est un général et homme politique français, né le 25 janvier 1804 à Nîmes (Gard) et mort le 10 juin 1885 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine Georges François de Chabaud-Latour et neveu de Henri Verdier de Lacoste, il entre à l'École polytechnique en 1820. En 1822, il est admis à l'école d'application du génie à Metz, premier de sa promotion. Capitaine du génie a vingt-deux ans, il est chargé de concourir avec les officiers de l'armée russe aux sièges des places fortes du Danube en 1829, prend part à la conquête de l'Algérie, puis à la construction des fortifications de Paris.

Officier d'ordonnance du duc d'Orléans qu'il accompagna au siège d'Anvers, et tout dévoué à la monarchie de Juillet, Chabaud-Latour est élu député du Gard le 4 novembre 1837. À la Chambre, il fit constamment partie de la majorité gouvernementale et s'attacha à soutenir la politique conservatrice de Guizot. Il obtient successivement sa réélection en 1839, 1842, 1845 et 1846.

Aide de camp du duc d'Orléans, il suit le prince lors de l'expédition des Portes de Fer en 1839, puis à celle dont le but était de s'emparer de Médéa en 1840.

Soutient à la Chambre du projet de fortifications de Paris, il contribua à son adoption et est chargé durant cinq ans, comme chef du génie à Belleville, de l'exécution d'une partie considérable des travaux de l'enceinte de Paris.

Promu lieutenant-colonel en 1842, puis colonel en 1845, il est appelé au commandement du 3e régiment du génie à Arras.

Au 24 février 1848, le colonel de Chabaud-Latour était du nombre des officiers disposés à la résistance : il se mit à la disposition de la duchesse d'Orléans, et ce fut lui qui, au moment où l'on crut sauver la dynastie en nommant la duchesse régente, éleva le comte de Paris dans ses bras et le montra au peuple.

Appelé à la direction du génie à Amiens, puis à Grenoble, il est nommé en 1852 au commandement du Génie en Algérie.

Il est promu général de brigade en 1853, puis général de division en 1857. Il préside le comité des fortifications en 1864 et est chargé chaque année d'une inspection générale des places fortes. des régiments du génie et de l'École polytechnique. Il est fait grand officier de la Légion d'honneur en 1861.

En 1871, il reçoit, pendant le siège de Paris, le commandement en chef du génie de l'armée. Le général de Chabaud-Latour est promu grand-croix de la Légion d'honneur après le siège.

Élu député conservateur du Gard le 8 février 1871, il siège à droite avec les Orléanistes et prit part à tous les projets qui eurent pour but de renverser Thiers. Il devient vice-président de l'Assemblée nationale.

Membre du conseil de guerre qui condamna Bazaine, il préside la commission de l'armée qui rédigea la loi de 1872 et fut rapporteur du projet de loi relatif aux nouveaux forts à construire autour de Paris. Il fut, à partir de 1872, inspecteur général de l'École Polytechnique et membre du Conseil supérieur de la guerre.

Buste du général-baron de Chabaud-Latour, par Aimé Charles Irvoy.

Il est appelé par le maréchal de Mac-Mahon aux fonctions de ministre de l'Intérieur le 20 juillet 1874, et occupa ce portefeuille jusqu'au 10 mars 1875. Il devient membre du Comité de défense.

Chabaud-Latour devient sénateur inamovible le 15 novembre 1877 et siégea avec les conservateurs au sein de la Chambre haute.

Il fut aussi président du conseil général du Gard de 1874 à 1878.

Il épousa Mathilde Perier, fille d'Alphonse Perier, petite-fille de Bernard de Tournadre, et nièce de Casimir Périer. Ils sont les parents d'Arthur de Chabaud-Latour.

Détail des mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions électives

Fonctions ministérielles

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :