François de Beauvais de Briquemault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Briquemault.
François de Beauvais
Seigneur de Briquemault
Image illustrative de l'article François de Beauvais de Briquemault

Surnom Le Bayard protestant
Naissance vers 1502
Décès 29 octobre 1572 (à 70 ans)
Paris Place de Grèves
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Années de service 1540 ca – 1572
Conflits Guerres du Piémont
Guerres de religion
Commandement Maître de camp - Gouverneur de Rouen -
Faits d'armes Bataille de Cérisoles
Bataille de Jazeneuil
Bataille de Jarnac
Bataille de La Roche-l'Abeille
Bataille de Montcontour
Distinctions Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel
Autres fonctions Seigneur de Ruère
Famille marié, père de famille

François de Beauvais, Seigneur de Briquemault (vers 1502-1572), est un des chefs huguenot des Guerres de religion en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné d'Adrien de Briquemault dit Jean de Prégrimault (°? - †1522) et d'Alexane ou Alixant de Sainville. À la mort de son père il reçoit le fief de Briquemault, son cadet la seigneurie de Villemongis et sa sœur épouse un sire de Buffévent. Pendant qu'il fait ses premières armes en participant aux guerres du Piémont, sous le règne de François Ier, en compagnie d'Égreville et de Gaspard II de Coligny, contre Charles Quint, sa mère gère de 1524 à 1546 son domaine. Il est aux côtés de l'Amiral de Coligny à la Bataille de Cérisoles en Piémont, le 14 avril 1544 où il est fait chevalier de l'Ordre de Saint-Michel. Rentré en France, il est précédé par une réputation d'intrépidité, Gentilhomme Ordinaire de la Chambre. Il rentre dans ses terres, auprès de son épouse Renée de Jaucourt.

Il fut gouverneur de Saint-Damien près d'Asti en 1552. En novembre 1556-1557, il participe à la mise au points des plans pour reprendre la ville de Calais qui est aux mains des Anglais depuis deux siècles. Elle est prise le 6 janvier 1558. Les Coligny deviennent seigneurs de Beaumont sur Sainte-Geneviève des Bois et inféodent des terres de leur fief de Sainte-Geneviève à la seigneurie de Briquemault

Un événement va faire basculer François de Beauvais dans le camp huguenot. En 1560, un neveu, Adrien de Briquemault, le cadet de Villemaugis est impliqué dans la Conjuration d'Amboise, il est décapité. Va alors naître une haine farouche qui le conduira aux pires exactions. Dès lors il se lie d'amitié avec son voisin et suzerain l'amiral Gaspard de Coligny, devenant son Vassal des Entrées. Il occupe également pour ce seigneur le poste de Capitaine sur ses terres de Châtillon-sur-Loing et gardien du scel de la Châtellenie entre 1546 et 1556. Gouverneur de Villeneuve-d'Ast en 1561.

En mai 1562, il répond à l'appel aux armes de Condé et intervient à Montargis avec la plus grande brutalité. Le 10 septembre 1562, il est nommé Gouverneur de la Ville de Rouen et conclut avec les Anglais le Traité d'Hampton Court le 20 septembre 1562 par lequel, la reine Élisabeth s'engage à envoyer en France une troupe de 6 000 hommes et à faire l'avance de 14 000 écus d'or au Prince de Condé sur les 100 000 couronnes convenues pour en contrepartie desquelles, Coligny doit livrer le Havre, Dieppe et ouvrir Calais. Chargé de la défense de Rouen en 1562, il fit partie des français chargés de négocier avec les anglais la défense de la ville. C'est à cette occasion que fut tué le roi de Navarre Antoine de Bourbon, père du futur Henri IV qui blessé le 3 novembre, expira le 17 du même mois, aux Andelys. Il participa à la prise de Dieppe contre les Catholiques le 25 septembre 1562. Il est à Caen le 1er février 1563 avec Coligny. Le 25 février 1563, il portera lui même l'argent de la reine d'Angleterre à Coligny. Cette année 1563 il assiége Lormes qui résiste, ses troupes incendient les églises de Gâcogne, Mouron-sur-Yonne, Mhère, Dun-les-Places, Ruère, Montsauche, Saint-Brisson, Ouroux, Chaumard, le curé de Quarré-les-Tombes est assassiné. Il reprend la ville de la Charité.

En 1567, de nombreuses villes, Auxerre, Mâcon, Saint-Gengoux[Laquelle ?], Marcigny seront assiégées et pillées.

Effacé dans la seconde guerre de religion, il joua un rôle plus importante dans la troisième et participa, aux côtés de l'Amiral de Coligny à la Bataille de Jazeneuil le 17 novembre 1568, à la prise du Château de Jarnac, le 28 février 1569 et à la Bataille de Jarnac, le 13 mars 1569, au cours de laquelle, le Prince de Condé : Louis Ier de Bourbon-Condé manquant de soutien de la part de Coligny, fut désarçonné et tué par Robert de Montesquiou, capitaine des gardes du duc d'Anjou : François de France[Lequel ?]. Cinq jours plus tard, le 18 mars 1569, il attaque Cognac, Saint-Jean-d'Angély et Angoulême.

Il passe alors en Nivernais avec 1 500 cavaliers, traverse cette région en y commettant des monstruosités avec la complicité des reîtres de Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts, payé par l'or anglais. La sodatesque incendient les faubourgs d'Avallon, massacrent les habitants d'Asquins dans l'église, mettent le feu à l'église de Saint-Père-sous-Vézelay, prennent Vézelay et Donzy. Du 10 au 20 mai 1569 ils pillent et détruisent La Charité-sur-Loire, tuant 900 habitants sur une population de 4 300 habitants. Ils pillent ensuite Pouilly-sur-Loire, Champlemy et Cosne-sur-Loire.

Puis il participe ensuite aux batailles de Roche-l'Abeille, le 23 juin 1569, de Montcontour à la fin du mois de juillet de la même année, et de juillet à septembre au siège de Poitiers et à la défense de Bourg-Dieu et la destruction de l'Abbaye de Déols. Il fait lever le siège d'Avallon et participe à la bataille de La Chapelle-d'Angillon, ravitaille Vézelay et n'arrive pas à prendre Bourges. En janvier 1570 le voila à faire un coup de force sur Milly-en-Gâtinais et occupe Saint-Étienne le 16 mai 1570. Il stoppe l'armée catholique dans la vallée du Rhône. Traverse la Bourgogne en passant par le Morvan, y commettant toutes les exactions possibles. Ayant échoué dans la prise du donjon de Thizy il met le feu à la petite cité. À Saint-Symphorien[Lequel ?], ses soldats pénètrent dans l'église, saccagent les lieux, y logent avec chevaux et femmes de mauvaises vie. Il tue d'un coup de pistolet le pauvre Jean Luminier venu lui verser une rançon. De même à Saint-Forgeux, ils violent les femmes et brûlent la ville. Il rejoint Saint-Étienne ou se trouve Coligny.

Le 15 juin 1570 à la tête des troupes de l'amiral de Coligny il pille l'Abbaye de Cluny et le 20 du même mois l'Abbaye de La Ferté fille aînée de Cîteaux, à la Ferté-sur-Grosne, l'abbé en étant Louis de Breschard.

Le 26 juin 1570 il est à la bataille d'Arnay-le-Duc où il défait les troupes catholiques du Maréchal de Cossé-Brissac. Le 29, il pille les environs d'Autun et Mailly-la-Ville. Ses troupes incendient également l'Abbaye de Bellevaux, les églises de Vandenesse, Saint-Honoré-les-Bains, Moulins-Engilbert, Préporché, Onlay, l'église et le Prieuré de Commagny, puis la Chartreuse Notre-Dame d'Apponay à Rémilly et le Château de Ménessaire.De retour en Gâtinais avec les troupes de Gaspard de Coligny, ils suivent les Estradiots Albanais dont l'encolure de leurs chevaux est ornées de têtes enfilées. Ces troupes épouvantent la Reine Catherine de Médicis, qui signe la Paix de Saint-Germain-en-Laye en août 1570. Il rentre pour quelque temps à Briquemault et part ensuite à La Rochelle pour contribuer à la fortification de la place et finit par rejoindre la Cour du Roi. Il fut, par la suite, chargé de négocier le mariage du Prince de Navarre à la Élisabeth Ire d'Angleterre. Il part porter secours à la ville de Mons en juillet 1572 avec François de Hangest, seigneur de Genlis.

Présent à Paris lors de la nuit de la Saint-Barthélemy le 24 août 1572, il se réfugia dans le palais de l'ambassadeur d'Angleterre et y fut arrêté sur ordre du roi: Charles IX.

Une autre version transmise par son contemporain l'écrivain Brantôme et plus tard par Claude Courtépée, est qu'il s'enfuit de Paris, se retira sur sa terre de Ruère où il ne sortait de son repaire que pour occire les moines des alentours, qu'il mutilait de façon cruelle et barbare et se faisait de ses honteux trophées des colliers qu'il portait avec une impudente audace. Cette affreuse conduite ne pouvait rester longtemps impunie; arrêté et conduit à Paris [1]. Il fut condamné à mort le 27 octobre 1572 et se vit confisquer tous ses biens[2]. Exécuté le 29 octobre 1572 par stangulation et pendu en même temps que son ami Arnaud de Cavagnes en Place de Grève en présence du roi, Charles IX et de Catherine de Médicis et du futur Henri IV, puis exposé au gibet de Montfaucon. Leurs cadavres furent dépouillés et mutilés par la populace. Il fut le premier des Briquemault à ne pas être inhumé dans l'église de Briquemault.

L'acte de la sentence est ainsi libellé :

« ...Condamne ledict Briquemault à être exauctoré, privé et dégradé de tout honneur, ce faict lesdictz Briquemault et Cavaignes estre menez, et trainez sur chacun une claye par l'exécuteur de haulte justice depuis les prisons de ladicte conciergerie jusques à la place de Grève et illec prenduz et estranglez à une potence croy qu'y sera dressée et erigée pour y demourer l'espace de vingt quatres heures et après portez et penduz au gibet de Montfaucon, a declairé et déclaire tous les biens féodaux desdictz Bricquemault et Cavaignes tenus et mouvants immediatement de la couronne de France reuniz, retourmer et incorporez à acquis et confisquez à icellz et outs leurs autres biens tant meubles que immeuble acquis et confisquez au Roy, et les enfants d'icceultx Bricquemault et Cavaignes ignobles, villains, roturiers, infames intestables, indignes et incapables de tenir aucun estatz, dignitez et offices en ce royaulme et tous et chacuns leurs biens meubles et immeubles saulcuns en ont acquis au Roy prononcé audict Bricquemault et Cavaignes prisonniers et exécuté le vingt setiesme jour d'octobre, l'an mil V soixante douze (signé Ma loy) »

Il laissa deux fils, François et Gaspard. C'est un sien parent qui hérita en partie de la seigneurie de Ruère: Marc de Briquemault, chevalier, capitaine au service du roi de Hollande

En 1577, par souci d'apaisement le roi Henri III réhabilitera par acte authentique la mémoire de François de Beauvais de Briquemault. Son petit-fils Jean ne gardera que le patronyme de Briquemault et aura dix enfants de son épouse Lucrèce de Bernay

Il fait partie des brillants capitaines huguenots avec Gabriel de Lorges, comte de Montgommery.

Armoiries[modifier | modifier le code]

« De gueules à trois fasces d'or à la bande d'hermine brochant sur le tout »

Seigneuries[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • Prégrimault[Lequel ?] qui deviendra Briquemault, puis à partir de 1559 des terres inféodées par Coligny : Le Colombier (ancien château de Bennes), la Quitaillerie, ainsi que le bourg de Sainte-Geneviève-des-Bois. Le chateau qui devait être rasé ne perdit que deux tours. Il est situé sur une île de 10 hectares entouré par les bras du Loing
  • Dannemarie
  • Saint-Andeux avec une forêt de 500 arpents, La Mothe-de-Joux ou Cuzy, avec justice, qui mouvait en partie de Ruère, le reste étant tenu en roture, Ferrières, Rouvray, en partie, Joux-lès-Rouvray, fief en toute justice, dans la mouvance du roi, appartenait aux barons de Ruère. Il fait aveu pour la moitié le 10 juillet 1561, au nom de Renée de Jaucourt, son épouse[3]
  • Saint-Germain-de-Modéon, fief en toute justice consistant en près, terres, bois de 440 hectares avec les droits seigneuriaux du temps, qu'il acheta aux moines de l'Abbaye Saint-Jean-de-Réome à Moutiers-Saint-Jean en 1562 à François de Beauvais de Briquemault pour 4 000 £, dont il s'acquitta de 900 £ au comptant et dut garder le reste jusqu'au remploi, en soldant 8 %. Il en fit aveu le 12 janvier 1563 et Pré Martin en Auxois[4].
  • Ruère
  • Saint-Léger-de-Foucheret en partie

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand, Nevers, 1865; 3e éd. Guénégaud, Paris, 1965, 3 vol., t.I, p.185, t.III, pp.211-212-213-295-297-312-313/640.p.
  • David El Kenz, Les bûchers du roi, la culture protestante des martyrs (1523-1572), éd. Champ Vallon, 1997, 276.p.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Gravure sur bois de François de Beauvais, sg de Briquemault, parue dans Théodore de Bèze (1519-1605): Les Icones, bois gravé identique pour les éditions de 1580, 1581 et 1673 à Genève, édité également dans le catalogue de la Herzog August Bibliothek de Wolfenbüttel et reproduite dans Théodore de Bèze et les ateliers de Laon par Irena Dorota Backers, éd. Droz, 2007, pp. 77 à 83/578.p.

Documents[modifier | modifier le code]

  • Dépêche secrète à Briquemault et Montgommery au sujet des mesures à prendre en vue du siège de Rouen par l'armée catholique, signée de Louis de Boubon le 24 septembre 1562, écrite sur toile conservée archives de France dans l'armoire de fer cote d'origine: J 969/3 cote: AE/II/666[5]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Courtépée, tome VI ; Annuaire de la Nièvre, 1847 ; Brantôme ; Pierrot, Histoire de France, t. V, p.248. Cités par Jacques-François Baudiau, dans: Le Morvand, Nevers, 1865 ; 3e édition. Guénégaud, Paris, 1965, t.I, p.185.
  2. Archives municipales de la Mairie de Toulouse
  3. Jean-Baptiste Peincedé (1741-1820), t.IX, p. 244 et 256.
  4. Dijon, Recueil des fiefs de l'Auxois, t.IX, p.268.
  5. (fr)« Notice no 03928 », base Archim, ministère français de la Culture