François d'Aguilon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François d'Aguilon (aussi Aiguillon ou en latin Aguilonius) (Bruxelles, 15 janvier 1567 - Tournai, 20 mars 1617) était un prêtre jésuite brabançon d'origine espagnole, mathématicien, physicien, maître en optique et architecte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

D'Aguilon étudia les lettres et la philosophie aux collège de Douai et Paris avant de devenir jésuite en 1586. Il termina la philosophie (1587-89) et enseigna les lettres à Douai avant de faire sa théologie à Salamanque en Espagne (1592-96). Il fut ordonné prêtre à Ypres en 1596. Il professa la théologie à Anvers où il fut recteur.

Mathématicien[modifier | modifier le code]

C'est en mathématique et optique cependant qu'il donna toute sa mesure. D'abord professeur de mathématique à Douai il fut transféré en 1598 à Anvers, dont il transforma le collège en pépinière d'hommes de sciences, tels les géomètres André Tacquet, Jean-Charles della Faille et Théodore Moretus. Il en fut également le Recteur jusqu'en 1616.

Illustration de Rubens pour les "Opticorum libri sex philosophis juxta ac mathematicis utiles"

Son traité Opticorum Libri Sex philosophis juxta ac mathematicis utiles, publié en 1613 (et illustré par Pierre-Paul Rubens lui-même), fit avancer considérablement les connaissances en optique et eut une très grande influence sur les physiciens de l'époque. C'est dans ce traité qu'apparait pour la première fois le terme projection stéréographique.

Comme architecte il collabora aux projets des églises jésuites de Tournai et Mons. Il fut le maître d'œuvre de la plus belle église jésuite de style baroque aux Pays-Bas, l'église de la maison professe des jésuites (maintenant église Saint Charles Borromée) dont l'achèvement, après sa mort, fut confié à Pierre Huyssens, un frère jésuite et architecte de profession, et la décoration intérieure à Pierre-Paul Rubens.

Œuvre principale[modifier | modifier le code]

  • Opticorum libri sex philosophis iuxta ac mathematicis utiles, Anvers, 1613.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • A. Quetelet, Histoire des sciences mathématiques chez les belges, Bruxelles, 1864.
  • J.H. Plantenga, L'architecture religieuse du Brabant au XVVe siècle, La Haye, 1926.
  • A. Ziggelaar, François de Aguilon S.J. (1567-1617), Scientist and Architect, Rome 1983.