François Quesnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Quesnel

Naissance 1543 ou 1544
Édimbourg (ou Paris ?)
Décès 1616 ou 1619 ?
Paris
Nationalité Française
Activités Peintre, dessinateur
Mécènes Henri III de France, Jacques V d’Écosse
Le sacre de Louis XIII par Fr. Quesnel, dessin préparatoire à une estampe de Pierre Firens (BnF, Département des Estampes et de la Photographie, Réserve B-6e-boîte in-folio)

François Quesnel (né à Édimbourg (ou Paris ?) vers 1543, mort à Paris en 1616 ou 1619), est un peintre et dessinateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François est le fils du peintre Pierre Quesnel. Ce dernier, protégé par Marie de Guise puis son époux Jacques V d'Écosse s'installe à la Cour d'Écosse, au palais de Holyrood et y épouse Madeleine Digby. François naît à Édimbourg en 1543 ou 1544. Ses deux frères cadets, Nicolas Quesnel et Jacques Quesnel sont également peintres, de même que son beau-frère Jean Fouace[1].

François Quesnel est certainement formé par son père, rentré en France quelques années après sa naissance. La première mention dans les comptes des Bâtiments du roi se situe en 1571 pour « avoir faict huit portraictz tant pour les pièces que le roy veut donner à son entrée à Paris ». On le retrouve en 1572 pour des modèles de pièces de monnaie et en 1573 pour avoir dessiné « plusieurs portraits d'habitz, selon la mode moderne »[1]. D'après Michel de Marolles, il est aussi l'auteur du premier plan de Paris, dédié au roi et gravé par Pierre Vallet en douze planches, en 1609[1].

Portrait de Henri III, Paris, Musée du Louvre.

Il épouse Charlotte Richandeau (il en a quatre enfants) et, à la mort de cette dernière, se remarie (1584) avec la fille d'un greffier au grenier à sel de Château-Thierry, nommée Marguerite Le Masson. Il en a dix autres enfants dont deux peintres, Nicolas et Augustin, et le libraire Jacques Quesnel, lui-même père de Pasquier Quesnel[1].

L'œuvre de François Quesnel comprend un grand nombre de portraits (huile et crayon) et de scènes de Cour, dont certains ont été gravés, notamment par Thomas de Leu, Michel Lasne ou Pierre Firens[1]. Il a également peint des retables et dessiné des cartons de tapisserie[1].

Il a été l'ami de Nostradamus, qui le cite dans ses lettres. Il est le grand-père de Pasquier Quesnel et le contemporain du caricaturiste et portraitiste français Nicolas Lagneau.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]