François Ouimet (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Ouimet (politique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François Ouimet.

François Ouimet (Montréal, - ) est un homme politique québécois et l'actuel député libéral de la circonscription de Marquette à l'Assemblée nationale du Québec. Il a été élu pour la première fois à l'élection de 1994.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayant étudié en littérature, Ouimet s'est dirigé vers le droit après avoir complété une maîtrise en littérature à l'Université de Montréal (1984). Il s'intéressa particulièrement à la comparaison des caractères distincts entre les œuvres littéraires francophones et anglophones du Canada. En 1988, il compléta un baccalauréat en droit à l'Université McGill à Montréal[1].

François Ouimet travailla d'abord au sein de l'entreprise privée en étant avocat au cabinet Adessky, Poulin, de 1990 à 1994. C'est à la suite de cet emploi qu'il décida de se plonger dans la politique provinciale.

François Ouimet est marié et père de trois enfants.

Son passage à la CECM[modifier | modifier le code]

Il sera à la même époque président de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) de 1991 à 1994[2]. À ce poste, il affirmera lors de son élection comme président, qu'il allait lutté contre l'instauration des commissions scolaires linguistiques[3]. Toutefois, François Ouimet provoquera un coup de théâtre en lorsque, lors du vote sur le positionnement de la CECM sur les commissions scolaires linguistiques, il appuya l'opposition, démissionnant du même coup de sa formation politique, le Regroupement scolaire confessionnel[4].

Article détaillé : Réforme Marois.

Il démissionna finalement de son poste le suite aux pressions de l'opposition au conseil des commissaires de la CECM face à son double rôle de candidat libéral et président de la commission scolaire[5].

Vie politique[modifier | modifier le code]

Succédant en 1994 à Claude Dauphin comme député de Marquette, François Ouimet se fit élire facilement aux trois élections suivantes. À l'élection de 2003, il obtient sa plus forte majorité en emportant la victoire par 13 560 voix sur son plus proche adversaire.

Durant ses années dans l'opposition (de 1994 à 2003), il a occupé divers postes de porte-paroles dont celui de la justice et de la métropole. Il a été nommé en 2003 membre de la commission spéciale en vue de l'étude de l'avant-projet de loi remplaçant la Loi électorale. Il s'est présenté contre trois autres députés libéraux en 2003 au poste de président de l'Assemblée nationale participant ainsi à la première course de l'histoire pour ce poste entre députés d'une même formation politique[6]. Au terme de la « campagne », Michel Bissonnet avait été élu.

Il est actuellement adjoint parlementaire de la ministre de le Justice, Kathleen Weil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Bonhomme, « François Ouimet », La Presse,‎ 22 juin 1991, B1.
  2. La CECM a été aboli en 1998 suite à la réforme Marois pour faire place à la Commission scolaire de Montréal.
  3. Jean-Pierre Bonhomme, « Un avocat de 32 ans est nommé président de la CECM », La Presse,‎ 20 juin 1991, A3.
  4. Michèle Ouimet, « Le président de la CECM fait volte-face: oui aux commissions linguistiques », La Presse,‎ 2 juin 1994, A1.
  5. Denis Lessard, « François Ouimet démissionne finalement de la CECM », La Presse,‎ 26 août 1994, B4.
  6. Tommy Chouinard, « L'autre élection », Le Devoir,‎ 3 juin 2003, A4.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par François Ouimet Suivi par
Claude Dauphin
Libéral
Député de Marquette
Libéral
Assemblée nationale du Québec
1994-(actuellement)
(actuellement en poste)