François Michel de Rozière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Michel de Rozière, né le 29 septembre 1775 à Melun (Seine-et-Marne), décédé le 4 novembre 1842 à Melun, est un Ingénieur du corps des mines.

Carrière[modifier | modifier le code]

Membre de la Commission des Sciences et des Arts lors de la campagne d'Égypte, il parcourt la vallée du Nil dans tous les sens, à la recherche de pierres en tout genre. En janvier 1799, il explore la région du Fayoum[1]. Le départ prématuré de Dolomieu en mars 1799, fit de lui le minéralogiste principal.

En décembre, il participe à la reconnaissance de l'itinéraire Le Caire-Suez. Puis en novembre 1800 avec l'ingénieur mécanicien Coutelle, il est autorisé à accompagner la grande caravane de Tor, forte de mille huit cents chameaux, qui doit se rendre au Sinaï. Il ajoute à ses travaux scientifiques l'observation d'une population en marche dans le désert, pensant que l'état physique du pays doit renseigner sur les modes de vie dans l'Antiquité. C'est dans cet état d'esprit qu'il ajoute à son colossal travail sur les minéraux, une étude très fouillée du système métrique des anciens Égyptiens[2]. Il travaille au volume 2 bis de la Description de l'Égypte, dont il est avec Alire Raffeneau-Delile le principal contributeur. Comme il n'existe pas encore de système consensuel de description et de classification des minéraux, il pallie la difficulté en apportant un soin tout particulier à l'établissement des 15 planches minéralogiques en couleurs qui illustrent l'ouvrage.

De retour en France, il va poursuivre une activité professionnelle comme ingénieur en chef en 1810, puis professeur à l'École des mineurs de Saint-Étienne en 1819 et ingénieur en chef des mines à Nevers en 1828.

Chevalier de la légion d'honneur et admis à la retraite en 1832.

Revenu à Paris, il est accablé d'infirmités à la suite d'une chute de cheval survenue vers 1813[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Michel de Rozière, « Discours sur la représentation des roches de l'Égypte et de l'Arabie par la gravure, et son utilité dans les arts et dans la géologie, pp. 41-48 », dans Description de l'Égypte. Histoire naturelle, vol. II ;
  • François-Michel de Rozière, « De la constitution physique de l'Égypte et de ses rapports avec les anciennes institutions de cette contrée », dans Description de l'Égypte. Histoire naturelle, vol. II, pp. 407-682 ;
  • François-Michel de Rozière, « Explication des planches de minéralogie », dans Description de l'Égypte. Histoire naturelle, vol. II, pp.683-725 ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Solé, Les savants de Bonaparte, Paris, Seuil, 1998,p. 106
  2. Robert Solé, Les savants de Bonaparte, Paris, Seuil, 1998,p. 107
  3. Edouard de Villiers du Terrage, Journal et souvenirs sur l'expédition d'Égypte, mis en ordre et publiés par le baron Marc de Villiers du Terrage, Paris, E. Plon, Nourrit, 1899, et L'expédition d'Égypte 1798-1801, Journal et souvenirs d'un jeune savant, Paris, Cosmopole, 2001 et 2003, p. 381