François Maynard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Maynard

Description de cette image, également commentée ci-après

François Maynard

Activités Poète
secrétaire de Marguerite de Navarre
président au présidial d'Aurillac
conseiller d'état
membre de l'Académie française
Naissance 21 novembre 1582
Toulouse, France
Décès 28 décembre 1646 (à 64 ans)
Aurillac, France
Langue d'écriture Français
Mouvement baroque
Genres sonnet, épigramme, ode, chanson, élégie, stance

Œuvres principales

  • Philandre (stances, 1619).
  • Priapées (chansons à boire).
  • Œuvres, (poèmes, 1646).
  • Lettres, (correspondance, 1655).

François Maynard (ou Mainard ou Menard ou Meinard), né à Toulouse le 21 novembre 1582 et mort à Aurillac le 28 décembre 1646, est un poète français, membre de l'Académie française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 21 novembre 1582 à Toulouse où son père Géraud de Maynard était conseiller au parlement. Il devient avocat puis secrétaire de Marguerite de Valois dont il fréquenta le cercle littéraire de l'hôtel de Sens.

En 1606-1607, il rencontre le poète François de Malherbe, dont il devient l'élève et conquiert vite une réputation que consacre sa participation aux Délices de la poésie françoise de 1615.

Il épouse le 10 novembre 1611 Gailharde de Boyer (-1643), devient président au présidial d'Aurillac (1611-1628) où son hôtel peut toujours être visité et séjourne habituellement dans son domaine de Saint-Céré, mais fait de fréquents séjours à Paris où il fréquente l'hôtel de Rambouillet. Il a pour amis des poètes tels que Honorat de Bueil de Racan, Philippe Desportes, Mathurin Régnier, Théophile de Viau, Marc-Antoine Girard de Saint-Amant, Guillaume Colletet et Flotte.

Il devient conseiller d'État et fut chargé de quelques missions diplomatiques. Assez en faveur auprès de quelques grands personnages qui devinrent ses protecteurs, Cramail, François de Bassompierre et Henri II de Montmorency. Il est dédaigné par le cardinal de Richelieu même s'il cherche sa protection. Il est tout de même anobli en 1644.

Paul Pellisson donne son nom parmi les premiers académiciens, avant le 13 mars 1634 mais il semble ressortir d’une lettre de Maynard à Flotte qu’il ne fit partie de l’Académie que plus tard : « Je vois bien que sur la fin de vos jours vous serez déclaré auteur et canonisé par messieurs de l’Académie. Si j’ai quelque jour l’honneur d’y entrer, je leur en ferai la proposition ». Il semble même qu’il fut un de ceux qui attaquèrent l’Académie naissante, si l’on en juge par ce passage d’une autre lettre à Flotte : « Je serai bien aise que vous supprimiez l’épigramme de l’Académie, si vous croyez qu’il y ait quelque chose qui puisse être désagréable aux puissances supérieures ». Quelle que soit l’époque à laquelle il y fut admis, il est certain qu’il fréquenta peu l’Académie où il avait au quatrième siège et fut dispensé de la résidence.

Après la mort de Richelieu, il se retire à Saint-Céré, où il aime à recevoir les visites de jeunes poètes tel Jean de La Fontaine et Paul Pellisson. En 1646, conscient de la valeur de son œuvre et peut-être mû par un pressentiment : « Je, François Mainard, misérable pécheur, averti par la commune condition des hommes et par l'âge de soixante ans, me prépare à quitter la vie... ». Il fait publier un volume de ses poésies. Il mourut alors le 28 décembre 1646 à Aurillac et fut inhumé dans l’église de Saint-Céré où est placé une plaque.

Hôtel de François Maynard à Aurillac

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il pratiqua tous les genres de poésie de cette époque: sonnets, épigrammes, odes, chansons, élégies, stances, etc. Ses vers harmonieux ont une mélancolie rêveuse, allant parfois jusqu'à la tristesse (« À La Belle Vieille », « En attendant la mort », « Alcippe, reviens dans nos bois… », etc.). Il réussit le mieux dans l'épigramme et perfectionna la versification des stances dont il établit la règle, dans les stances de dix vers, de la suspension après le 4e et le 7e vers, et, dans celles de six, du repos du milieu. Il fut un poète sérieux proche des jésuites, même s'il écrivit également des poèmes libertins, voire blasphématoires ainsi que des chansons à boire.

Avis sur son oeuvre[modifier | modifier le code]

  • « C’est de ses vers qu’il a tiré sa plus grande gloire, comme il le prétendait bien aussi ; et véritablement il faut avouer qu’ils ont une facilité, une clarté, une élégance et un certain tour que peu de personnes sont capables d’imiter. » (Paul Pellisson).
  • « Esprit sur tout autre éclatant, / Tes doctes vers qui valent tant, / À faire ne te coûtent guères : / Au lieu que nos Rimeurs vulgaires / Se mettent pour en faire un peu / La cervelle et la tête en feu... » (Paul Scarron)
  • « On peut le compter parmi ceux qui ont annoncé le siècle de Louis XIV. Il reste de lui un assez grand nombre de vers heureux. » (Voltaire).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • le Philandre, poème en cinq chants, en stances de six vers de huit syllabes publié en 1619 pour lequel les juges des Jeux Floraux de Toulouse lui décernèrent une Minerve en argent qu’ils ne lui donnèrent pas.
  • Priapées, recueil de textes libres.
  • les Œuvres, recueil de ses poèmes publiées en 1646. Texte en ligne
  • les Lettres, recueil de sa correspondance publiée en 1655.

Sources et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :