François Louis Ganshof

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Marie Arthur Louis Ganshof, (Bruges 14 mars 1895 - Woluwe-Saint-Pierre 26 juillet 1980), qui signait souvent comme François L. Ganshof, était un professeur d'université et historien belge, spécialiste du Moyen Âge et d'histoire du droit.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Louis Ganshof était le petit-fils de François Ganshof (1842-1915), originaire de Werden (Allemagne), qui s'était établi à Bruges, était l'administrateur-délégué de la Banque de la Flandre Occidentale, et avait épousé Wilhelmine Birken (1835-1918), originaire de Krefeld (Allemagne). Il était le fils d'Arthur Ganshof (1867-1929), avocat auprès du Barreau de Bruges et commandant des 'Chasseurs éclaireurs' (Garde Civile). Sa mère était Louise Van der Meersch (1873-1947), qui dans la maison de maître qu'ils habitaient tenait un salon littéraire accueillant de grands noms de la littérature française et de la littérature belge d'expression française. Il était le frère du ministre Walter Ganshof van der Meersch (1900-1993) et de l'officier de carrière Georges Ganshof van der Meersch (1898-1973), qui aux Jeux Olympiques de 1936 participa aux finales du jumping. Au contraire de ses frères il ne fit pas usage de la possibilité obtenue pour ses fils par leur père d'adjoindre le nom de leur mère à leur patronyme ; François Ganshof avait en effet déjà réalisé plusieurs études dans son domaine de spécialisation et craignait dès lors de créer la confusion.

Au cours de son adolescence Ganshof se convertit au protestantisme et demeura fidèle à ce choix. Il devint membre du Consistoire de l'église protestante à Bruxelles (1937-1947) et fut actif au sein de la Faculté de Théologie protestante à Bruxelles.

Après ses humanités à l'Athénée royal de Bruges, Ganshof s'inscrivit à l'université de Gand en 1913. Engagé volontaire dès 1914, il termina son engagement en 1919 avec le grade de sous-lieutenant. Cette même année il fut attaché à la délégation belge aux négociations de paix à Versailles.

En 1920 il épousa Nell Kirkpatrick, originaire de Closeburn (Écosse), fille de l'avocat John Kirkpatrick et d'Henriette Rolin-Jaequemyns, fille de Gustave Rolin-Jaequemyns. Ils eurent trois filles et un fils.

Historien[modifier | modifier le code]

En 1921, bénéficiant de la procédure rapide accordée aux anciens combattants, il fut promu docteur en philosophie et lettres (histoire). L'année suivante il obtint le diplôme de docteur en droit. Il poursuivit avec une année d'études à la Sorbonne.

En 1923 il devint chargé de cours à l'université de Gand, y donnant ses cours tant en français qu'en néerlandais. En 1930 il succéda au professeur Henri Pirenne qui, en raison de la néerlandisation de l'université, quitta Gand. Ganshof poursuivit sa carrière de professeur ordinaire, jusqu'à l'éméritat en 1961.

Il fut président de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Ganshof participa à la Campagne des 18 jours en mai 1940. Il reprit ensuite ses cours à l'université.

En septembre 1944 son frère Walthère le chargea d'une mission d'inspection des camps pour personnes accusées d'incivisme. Dès le 14 septembre il se trouvait dans sa ville natale qui venait d'être libérée, afin d'examiner de quelle manière l'incarcération des suspects s'effectuait. Il signait ses rapports avec le grade de capitaine-commandant et quitta définitivement l'armée avec le grade de major.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

François Ganshof a publié plus de 150 livres et articles scientifiques, parmi lesquels:

  • Etude sur l'administration de la justice dans la région bourguinonne de la fin du 10e au début du 13e siècle, Paris, 1921
  • La juridiction du seigneur sur son vassal à l'époque carolingienne, Bruxelles, 1922
  • L'attelage antique, S.l., 1926
  • Étude sur les ministeriales en Flandre et en Lotharingie, Bruxelles, 1926
  • La colonisation franque et le règne agraire en basse Belgique, Paris, 1928
  • Etude sur le faussement de jugement dans le droit flamand des 12e et 13e siècles, Merksplas, 1935
  • Marco Polo's reizen, Anvers, 1936
  • Brugge als wereldhaven, Anvers, 1939
  • Les transformations de l'organisation judiciaire dans le comté de Flandre jusqu'à l'avénement de la maison de Bourgogne, Bruxelles, 1939
  • Over stadsontwikkeling tussen Loire en Rijn gedurende de Middeleeuwen (1941, version française en 1943) considéré par les historiens comme 'manuel irremplaçable' en matière de développement urbain.
  • La Flandre sous les premiers comtes (1943) en Vlaanderen onder de eerste graven (1944)
  • Qu'est-ce que la féodalité ?, Bruxelles, 1944. Ce livre est considéré comme l'œuvre maîtresse de Ganshof, produit de plus de vingt années d'études. Après sa publication en français, des traductions parurent en anglais, allemand, portugais, espagnol et japonais. Une nouvelle version revue et corrigée est parue en 1982 (Paris, Taillandier, 300 p.).
  • Geschiedenis van de middeleeuwsche instellingen: instellingen van West-Europa, Gand, 1946-47
  • Medieval agrarian society in its prime: France, The Low Countries and Western Germany, Wetteren, 1947
  • La fin du règne de Charlemagne, Zürich, 1948
  • The imperial coronation of Charlemagne, Glasgow, 1949
  • Het statuut van de vreemdeling in het Frankische Rijk, Bruxelles, 1956
  • De internationale betrekkingen van het Frankisch Rijk onder de Merowingen, Bruxelles, 1960
  • De internationale betrekkingen van het Frankisch Rijk onder de Karolingen, Bruxelles, 1963
  • Het Judicium crucis in het Frankisch recht, Bruxelles, 1963
  • Le droit urbain en Flandre au début de la première phase de son histoire, 1127, Bruxelles, 1965
  • Charlemagne: sa personnalité, son héritage, 1965
  • Een kijk op de verhoudingen tussen normatieve beschikkingen en levend recht in het Karolingische Rijk, Brussel, 1965
  • The impact of Charlemagne on the institutions of the Frankish realm, 1965
  • Een kijk op het regeringsbeleid van Lodewijk de Vrome tijdens de jaren 814 tot 830, Bruxelles, 1967
  • Contribution à l'étude de l'application du droit romain et des capitulaires dans la monarchie franque sous les Carolingiens, 1969
  • The Carolingians and the Frankish monarchy: studies in Carolingian history, Londres, 1971
  • Aantekeningen over het grondbezit van de Sint-Bertijnsabdij en in het bijzonder over haar domein te Poperinge tijdens de 9de eeuw, Bruxelles, 1972
  • Bekentenis en foltering in het Frankisch recht, Amsterdam, 1969

Appréciation[modifier | modifier le code]

Par les historiens de son temps, Ganshof était considéré comme l'un des éminents connaisseurs de la structure juridique de la féodalité médiévale. Spécialiste de l'époque carolingienne, il publia sur nombre d'aspects du gouvernement de Charlemagne.

En général, sa grande érudition était considérée comme "inégalée", et on louait la grande rigueur avec laquelle il produisait ses études, ne laissant aucune place aux hypothèses ou suppositions.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Albert VAN DER MEERSCH,Généalogie de la famille van der Meersch, dans: Tablettes des Flandres, Tome 8, Brugge, 1960, p.9-122
  • Raoul C. VAN CAENEGEM, In memoriam François Louis Ganshof, dans: Jaarboek van de Koninklijke Vlaamse Academie voor wetenschappen, letteren en schone kunsten, Brussel, 1980, blz. 231-251
  • Joseph MARECHAL, In memoriam François Ganshof, dans: Handelingen van het Genootschap voor Geschiedenis te Brugge, 1981, blz. 135-136.
  • Raoul C. VAN CAENEGEM, François Louis Ganshof, dans: Nationaal Biografisch Woordenboek, Deel 12, Brussel, 1987, col. 263-273.
  • Adriaan VERHULST, François Louis Ganshof, dans: Nouvelle Biographie Nationale, Tome 6, Brussel, 1999, blz. 171-174.
  • Raoul C. VAN CAENEGEM, Legal historians I have known: a personal memoir, dans: Rechtsgeschichte, Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für europäische Rechtsgeschichte, 2010, blz. 253-299.