François Joseph d'Estienne de Chaussegros de Léry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaussegros de Léry et Léry.
François Joseph d'Estienne de Chaussegros de Léry
Naissance 11 septembre 1754
Québec
Décès 5 septembre 1824 (à 69 ans)
Chartrettes (Seine-et-Marne)
Origine Drapeau de la France France
Arme génie
Grade général de division
Années de service 1774
Distinctions baron de l'Empire
Grand-croix de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile : 31e colonne.

François Joseph d’Estienne de Chaussegros de Léry, né le 11 septembre 1754 à Québec et mort le 5 septembre 1824 à Chartrettes, est un général français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Formé à l'École royale du génie de Mézières, dont il sort en 1777, il s'occupe jusqu'en 1781 des travaux du port de Brest[1]. Il combat aux Antilles et en Amérique et participe à la deuxième bataille d'Ouessant[1].

Il sert à l'armée de Sambre et Meuse comme sous-directeur des fortifications en 1795[1], puis est promu général de brigade le 4 août 1799. Après avoir commandé le génie de l'aile gauche de l'armée du Rhin sous Moreau en 1800,il passe à l'armée des Grisons[1]. À la fin de 1803, il est en poste en Batavie[2], et au printemps 1804, il est aide de camp de l'Empereur[3].

Général de division en 1805, il combat à la bataille de Friedland[4] puis sert en Espagne. Il commande en 1810 le génie de l'armée du Midi[5], et commande en cette qualité le génie lors du premier siège de Badajoz[6] puis lors de la bataille d'Albuera le 16 mai 1811[7]. À la fin de 1812, le général Léry prend le commandement du génie de toutes les armées présentes en Espagne[8].

Le général Léry assure la défense de Soissons pendant la campagne de France, puis est responsable des fortifications de Lyon pendant les Cent-Jours[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Officier de la Légion d'honneur le 11 septembre 1803, commandeur le 14 juin 1804, il est fait grand-officier le 25 décembre 1805[9]. Lors de la Première Restauration, il est fait grand-cordon de l'ordre royal de la Légion d'honneur le 27 décembre 1814[9].

Il est fait baron de l'Empire le 4 janvier 1811[10].

Noms gravés sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 31e et 32e colonnes.

Il fait partie des 660 personnalités à avoir son nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile.

Famille[modifier | modifier le code]

François Joseph d'Estienne de Chaussegros de Léry est descendant d'une famille d'ingénieurs militaires installés au Canada dans les premiers temps de la colonisation française[11]. À la fin de la guerre de Sept Ans, son père vient plaider la cause des québécquois auprès du roi de France puis retourne au Canada se mettre au service de son nouveau souverain après le traité de Paris. Il laisse cependant François Joseph entrer à l'École de Mézières[1].

À la révolution, son frère, lui aussi au service de la France, choisit d'émigrer et rejoint l'armée des Princes[1]. Après s'être retiré du service en 1797, il devient précepteur et s'occupe de deux fils du Tsar[1].

Au printemps 1801, François Joseph épouse Marguerite Cécile Kellermann, fille du général François-Christophe Kellermann, futur maréchal d'Empire, et sœur du général François-Étienne Kellermann[12]. L'unique enfant de cet union nait en 1804 et se prénomme Napoléon François Christophe Gustave[13].

Archives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]