François II des Deux-Siciles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François II.
François II
Francesco II
Portrait de Francois II des Deux-Siciles
Portrait de Francois II des Deux-Siciles
Titre
Roi des Deux-Siciles
22 mai 185913 février 1861
(&&&&&&&&&&&&06331 an, 8 mois et 21 jours)
Président du Conseil Ferdinando Troya
Carlo Filangieri
Antonio Statella di Cassaro
Antonio Spinelli di Scalea
Prédécesseur Ferdinand II
Successeur Disparition du Royaume
Prince héritier des Deux-Siciles
6 janvier 183622 mai 1859
Prédécesseur Ferdinand de Bourbon-Siciles
Successeur Alphonse de Bourbon-Siciles
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon-Siciles
Nom de naissance François d'Assises Marie
Léopold de Bourbon-Siciles
Date de naissance 6 janvier 1836
Lieu de naissance Naples (Deux-Siciles)
Date de décès 27 décembre 1894 (à 58 ans)
Lieu de décès Arco (Italie)
Père Ferdinand II des Deux-Siciles
Mère Marie-Christine de Savoie
Conjoint Marie-Sophie de Bavière

François II des Deux-Siciles
Rois des Deux-Siciles

François II des Deux-Siciles (Francesco II delle Due Sicilie, en italien), né François d'Assises Marie Léopold de Bourbon-Siciles le 6 janvier 1836 à Naples (Deux-Siciles) et mort le 27 décembre 1894 à Arco (Italie), est le dernier roi du Royaume des Deux-Siciles, entre 1859 et 1861.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

François II des Deux-Siciles est le fils du roi Ferdinand II et de sa première épouse, Marie-Christine de Savoie, fille du roi de Sardaigne, morte en le mettant au monde. Il est donc élevé par l'archiduchesse Marie-Thérèse de Habsbourg-Lorraine-Teschen (née Marie-Thérèse d'Autriche). Il reçoit de sa belle-mère et de son père une éducation fortement religieuse, dispensée par des pères jésuites.

Il épouse à Bari le 3 février 1859 Marie Sophie de Bavière, sœur de l'impératrice d’Autriche, qui s’avéra une épouse forte et courageuse pendant les vicissitudes du court règne de son mari. Le couple n'aura qu'une fille, Christine Pia Marie Anne Isabelle Nathalie Elise (Rome, 24 décembre 1869-Rome, 28 mars 1870), qui mourra au berceau.

Règne et chute du royaume[modifier | modifier le code]

La chute du royaume des Deux-Siciles fut accueillie favorablement en France, comme le montre cette illustration du Messager boiteux de 1861, représentant le bombardement de Palerme.

François II monte sur le trône à la mort prématurée de son père, à l'âge de 23 ans. Il gouverne sous la férule de sa très autoritaire et très conservatrice belle-mère. Quelques mois plus tard à peine, le royaume est envahi par les garibaldiens d'abord, puis par l’armée de la maison de Savoie, et enfin, annexé au nouveau royaume d'Italie le 17 décembre 1860 après un référendum controversé.

Exil[modifier | modifier le code]

Réfugié dans la forteresse de Gaète où son épouse est l'âme de la résistance, François II est contraint de capituler le 13 février 1861. Après l'échec de l'expédition du général Borjes et de la résistance du peuple lucanien conduite par les aventuriers Carmine Crocco et Ninco Nanco, le couple se retire à Rome sous la protection du pape Pie IX. Il est enterré en l'église du Saint-Esprit des Napolitains de Rome. Ce n'est qu'en 1984 qu'il fut inhumé en la basilique Santa Chiara de Naples, nécropole des rois des Deux-Siciles.

Évocation littéraire[modifier | modifier le code]

« Le Roi, il le connaissait bien, du moins celui qui était mort depuis peu [Ferdinand II] ; le Roi actuel [François II] n'était qu'un séminariste habillé en général. Et, à vrai dire, il ne valait pas grand chose. »

— Réflexion prêtée au prince Salina par Lampedusa dans Le Guépard[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Pier Giusto Jaeger, Francesco II di Borbone: l'ultimo re di Napoli, Milan, Mondadori, 1982
  • (it) Nico Perrone, L’inventore del trasformismo. Liborio Romano, strumento di Cavour per la conquista di Napoli, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2009 (ISBN 978-88-498-2496-4)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Traduction de Jean-Paul Manganaro ; p. 16, Points Seuil, juin 2007.