François Haut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Haut

Naissance (56 ans)
Nationalité Drapeau : France Française
Pays de résidence France
Diplôme
Doctorat en droit
Profession universitaire, consultant
Activité principale criminologie
Autres activités
Ancien conseiller du ministre des finances sur l'économie criminelle
Formation
Droit, criminologie

François Haut est un juriste français spécialisé en criminologie[1]. Il dirige le département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines, de l'institut de criminologie de Paris au sein de l'Université Paris II Panthéon-Assas.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien membre du mouvement Occident[2], il sera de ceux qui choisirent de continuer à l'extrême droite[réf. souhaitée] quand le mouvement est dissout en 1968, avant de rejoindre l'UDF. François Haut a également été chargé des questions juridiques à la Fédération française de tir.

Universitaire, il enseigne la criminologie ainsi que les Menaces Criminelles Contemporaines. L'évocation de son appartenance au Front national est reprise en 2011 par Mathieu Rigouste[3].

Université[modifier | modifier le code]

Docteur en droit, maître de conférence, il enseigne la criminologie ainsi que les menaces criminelles contemporaines dans le Master 2 sécurité et défense à l'université Panthéon-Assas (Paris II). Il dirige le DRMCC (département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines), à l’Institut de criminologie de l’université Paris II. Il intervient dans de nombreux pays au titre de la coopération universitaire et policière. C'est un proche de Frédéric Debove, Alain Bauer, Christophe Naudin et de Xavier Raufer.

François Haut est spécialiste des bandes criminelles organisées[4], et notamment des bandes criminelles carcérales ou motocyclistes, de types Hells Angels et Bandidos.

Sénat[modifier | modifier le code]

En 2009, François Haut est entendu comme expert auprès du rapporteur de la proposition de loi sur les violences en bande de 2010[5].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Le chaos balkanique, avec Xavier Raufer, 1992
  • Les Bandes criminelles, coll. Criminalité internationale, PUF, Paris, 2001.
  • « The asymetric Character of the Evolving Chemical, Biological and Nuclear (CNB) Threat », in Globalisation and the New Terror, dirigé par David Martin-Jones, Edward Elgar Publishing Ldt, Cheltenham (UK)-Northampton, MA, USA, 2004.
  • « Une menace méconnue : les bandes criminelles carcérales », in Une certaine idée du Droit, mélanges offerts à André Decocq, Litec, Paris, 2004, (ISBN 2-7110-0455-4).
  • « Organised Crime groups directed from Prisons », in Istanbul Conference on Democracy & Global Security, Police Nationale turque, OCNU Press, Istanbul, 2006 (ISBN 975-585-575-0).
  • (Avec Henri Hope), « Les violences urbaines de novembre 2005 : une affaire de bandes ? », Cahiers de la Sécurité, no 1, INHES, juillet-septembre 2007.
  • « Terrorism and diasporas in France », in The radicalization of Diasporas and terroirsm, Rand, National Security research division & CSS, Washington-DDC-Zurich, 2007 (ISBN 978-0-8330-4047-3).
  • « The nature of Today's Terrorism and organized crime: a French Perspective », in National Counter-Terrorism Strategies, dirigé par Robert Orttung et Andrey Makarychev, publié avec le concours programme de l'OTAN « Security through Science », IOS Press, Amst.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.u-paris2.fr/1196691777162/0/fiche___annuaireksup/
  2. Fred Charpier, "Génération Occident", Seuil, 2007.
  3. Les marchand de peur. La bande à Bauer et l'idéologie sécuritaire. p.57, Libertalia, Paris, 2011. Le second chapitre de cet ouvrage s'intitule : « François Haut et le département "Menace criminelles contemporaines". Appareil idéologique de marché et réseaux d'influence.»
  4. « La bande, réalité de la criminalité française », Le Figaro, 16 octobre 2008.
  5. Cf. François Pillet, Rapport n° 85 (2009-2010) sur la proposition de loi renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées d’une mission de service public, 4 novembre 2009.