François Hainl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Hainl
dit George

Description de cette image, également commentée ci-après

François Georges Hainl
par Achille Lemot

Naissance 16 novembre 1807
Issoire, Drapeau français France
Décès 2 juin 1873 (à 65 ans)
Paris, Drapeau français France
Activité principale chef d'orchestre, violoncelliste, compositeur
Collaborations Opéra de Paris,
Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Louis Norblin, Olive-Charlier Vaslin

François Hainl dit George ou Georges (Issoire, 16 novembre 1807Paris, 2 juin 1873) est un chef d'orchestre, violoncelliste et compositeur français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père qui était cordonnier et violoniste amateur, lui a donné ses premières leçons. Hainl a progressé si vite au violoncelle et travaillé si fort qu'il a été bientôt en mesure de se joindre à l'orchestre du Grand-Théâtre de Lyon. Cependant, souhaitant compléter ses études, il entre au Conservatoire de Paris en 1829 dans la classe de Louis Norblin, et prend des leçons auprès de Olive-Charlier Vaslin. Il a remporté un premier prix en 1830. Il a entrepris des tournées en France, en Belgique et au Pays-Bas. Il joue dans de nombreux orchestres, celui du Théâtre Italien, ceux de Bordeaux et de Lyon (1839), de Lille et de Bruxelles (1840). En 1840, il est nommé chef de l'Orchestre du Grand-Théâtre de Lyon, où il dirige jusqu'en 1863.

Le 23 septembre 1863, il remplace Louis Dietsch comme chef d'orchestre de l'Opéra, poste qu'il va garder jusqu'à sa mort. Pendant les dix années qu'il a passées à l'Opéra, il a monté Le docteur Magnus, Roland à Roncevaux d'Auguste Mermet, L'Africaine, Don Carlos, La fiancée de Corinthe, Hamlet, Érostrate d'Ernest Reyer, La coupe du roi de Thulé d'Eugène Diaz et l'adaptation de Faust à l'Opéra, et les ballets la Maschera de Paolo Giorza (it), Néméa de Léon Minkus, le Roi d' Yvetot de Théodore Labarre, la Source de Delibes et Minkus, Coppélia de Léo Delibes et Gretna-Green[1].

Le 21 décembre 1863, il a été nommé chef d'orchestre de l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire où il est resté jusqu'au 12 mai 1872[2]. François George-Hainl a donné 116 concerts, le premier le 10 janvier 1864. Lors des concerts du Conservatoire, à côté du répertoire de l'époque, il a introduit de la musique comme le Salve regina de Roland de Lassus, des extraits de Armide de Lully, les Psaumes 42 et 98 de Felix Mendelssohn, des concertos pour piano de Beethoven, Anton Rubinstein et Saint-Saëns (avec le compositeur en soliste dans le second), la Symphonie « le Printemps » et l'ouverture Manfred de Robert Schumann, des chœurs d'opéras de Richard Wagner et des concertos pour violon de Jules Garcin et Victorin de Joncières (joués par Jules Danbé). Il a également dirigé le concert en mémoire de Meyerbeer[3] et les concerts de l'Exposition universelle de 1867.

Il a composé quelques œuvres pour son instrument, le violoncelle. En 1852, il a écrit une monographie : « De la musique à Lyon depuis 1713 jusqu'en 1852 ».

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (69e division)[4].

François Georges Hainl

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël-Marie Fauquet (direction) (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la Musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ 2003, 1405 p. (ISBN 2-213-59316-7), p. 555
  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 2 : H-O, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06787-8), p. 1631

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fétis F-J. Biographie universelle des musiciens. Paris, 1878.
  2. Dandelot A. La Société des Concerts du Conservatoire 1828-1897, 5e édition. G Havard Fils, Paris, 1898.
  3. Kern Holoman D. Société des Concerts du Conservatoire, consulté le 8 février 2014.
  4. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier,‎ 1908 (lire en ligne), p. 187

Liens externes[modifier | modifier le code]