François Guérin d'Etoquigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Florimond François Guérin d'Étoquigny
Naissance 28 avril 1762
Dieppe
Décès 28 avril 1831 (à 69 ans)
Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade lieutenant-Général
Années de service 17921830
Commandement 10e Chasseurs à Cheval
23eChasseurs à Cheval
Distinctions Légion d'honneur

René-Florimond-François Guérin d'Étoquigny, vicomte d'Étoquigny, né à Dieppe le 28 avril 1762, mort le 28 avril 1831 à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre en service en 1792 à l'état-major de l'armée du Midi, il devient en 1795 colonel des hussards des Alpes, et il conduit ce régiment à l'armée d'Italie. Il est destitué à la fin de cette campagne pour ses opinions, mais il est renvoyé bientôt à l'armée d'Italie comme colonel du 10e régiment des chasseurs à cheval, pendant la campagne de 1796 à 1797. Il réussit à maintenir parmi ses soldats une discipline qui les empêche de suivre le mouvement insurrectionnel du reste de l'armée, et valle à Guérin les éloges du Directoire.

Colonel du 23e chasseurs à la conquête du royaume de Naples, il prend à l'ennemi dix pièces de canon, et se distingue à la journée de la Trebia. Nommé général de brigade sur le champ de bataille, il est chargé de l'arrière-garde pendant la retraite de Toscane.

Après le coup d'État du 18 brumaire, il commande l'arrière-garde à l'armée des Grisons et obtient des éloges de Macdonald. Il sert ensuite à l'armée de Hollande, en Italie, fit la campagne de 1809 à la tête de la 1re division de dragons ; est nommé, à la paix, gouverneur général de la Styrie et de la Carinthie, et en 1810, il commande la cavalerie à l'armée de Portugal.

Mécontent de quelques injustices commises à son égard, il donne ensuite sa démission et se retire dans ses foyers.

Les Bourbons, à leur rentrée, l'attachèrent à leur service. Après le 20 mars, il est appelé chez le roi et en reçoit une mission pour l'étranger dont le but est demeuré un mystère. Il ne rentre en France qu'après la bataille de Waterloo.

Commandant de divers départements, il est fait lieutenant-général à l'occasion du baptême du duc de Bordeaux.

Nommé inspecteur général de gendarmerie le 3 juillet 1821, il prend sa retraite en 1830.

Source[modifier | modifier le code]