François Colin de Blamont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colin.

François Colin de BlamontFrançois Collin de Blamont

alt=Description de l'image defaut.svg.
Surnom Chevalier de Blamont
Naissance 22 novembre 1690
Décès 14 février 1760 (à 69 ans)
Versailles
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Activité principale Compositeur
Activités annexes Théoricien, chef d'orchestre
Collaborations avec Louis Fuzelier ; Louis-Charles-Michel de Bonneval ; Jean-Baptiste Rousseau ; Fontenelle
Formation Chanteur, musicien
Maîtres Nicolas Colin, Michel Richard de Lalande
Élèves Bernard de Bury

François Colin de Blamont est un compositeur français de l'époque baroque, né à Versailles le 22 novembre 1690 et mort dans la même ville le 14 février 1760.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jeanne Collette, et de Nicolas Colin, ordinaire de la musique du roi, qui lui donne sa première éducation musicale, François Colin est admis à l’âge de dix-sept ans, dans la musique de la chapelle du roi et, parallèlement, dans la musique privée de la duchesse du Maine.

Au milieu des années 1710, François Colin compose des airs, mais surtout une cantate intitulée Circé, sur un poème de Jean-Baptiste Rousseau : il est aussitôt remarqué par Michel-Richard de Lalande, qui lui offre sa protection et parfait son enseignement. Il fréquenta les salons en vue de l'époque, notamment ceux de la duchesse du Maine, et fut des fêtes des Grandes Nuits de Sceaux, données au Château de Sceaux dans le cercle des Chevaliers de la Mouche à Miel. On le sait également proche de la comtesse de Fontaine, du prince de Conti et du Régent.

En 1719, il acquiert de Jean-Baptiste Lulli fils sa charge de surintendant de la musique de la Chambre du roi, et se retrouve, avec André Cardinal Destouches, surintendant en survivance, charge qu'il occupera pleinement à partir du sacre du roi et de sa majorité en 1722-23. À cette date, les deux compositeurs sont encore sous la coupe de Michel-Richard de Lalande, qui orchestre à sa manière sa succession. François Colin ajoute alors à son nom celui de Blamont, qu'il récupère sans doute d'un oncle militaire dans les armées de Louis XIV. À la même époque, son frère Hyacinthe, peintre, élève de Hyacinthe Rigaud (son parrain) et futur recteur de l'Académie royale de peinture, prend le pseudonyme de Hyacinthe Colin de Vermont.

Colin de Blamont devient immédiatement célèbre lorsqu'il fait représenter, le 13 juillet 1723, à l’Académie royale de musique à Paris, le ballet héroïque Les Fêtes grecques et romaines, premier ouvrage de ce genre à mi-chemin entre l'opéra-ballet et la tragédie lyrique. Le succès des Fêtes grecques se maintiendra au fil de nombreuses reprises tout au long du XVIIIe siècle (1733, 1734, 1741, 1753, 1762, 1770). De cette même année date également la parution du Premier Livre de cantates françaises, très remarqué, suivi de deux autres en 1729. Parmi les différents titres, Didon et La Toilette de Vénus se distinguent tout particulièrement et furent jouées à plusieurs reprises au Concert Spirituel à compter de 1727. En 1725, le surintendant compose un divertissement pour le mariage de Louis XV, intitulé Le Retour des Dieux sur la Terre, qui sera suivi de nombreux autres ouvrages de ce genre (Les Présents des Dieux en 1727, L'Impromptu du Labyrinthe en 1728, Le Caprice d'Erato en 1729 etc.).

À la pastorale Endymion du 17 mai 1731, que le public accueillit froidement, succédèrent Les Caractères de l’amour, ballet représenté d’abord à la cour, en 1736, puis à l’Académie royale de musique le 15 avril 1738, avec un grand succès, et repris encore en 1749.

À Versailles, Colin de Blamont est principalement l'artisan des plaisirs quotidiens de Marie Leczinska et de ses enfants, férus de musique : il organise, avec Destouches, les Concerts de la reine dans ses appartements, mais aussi à Fontainebleau, Compiègne ou Marly au gré des voyages de la cour. Sa tâche redoublera à partir de 1747 avec l'arrivée de la Dauphine Marie-Josèphe de Saxe, elle aussi passionnée de musique. Colin de Blamont participe aux évènements extraordinaires par de pompeux ouvrages de circonstance, tel le Ballet du Parnasse exécuté dans la cour de marbre pour la naissance du Dauphin en 1729, ou la tragédie lyrique Jupiter vainqueur des Titans jouée sur le théâtre du Manège de la Grande Ecurie pour les noces de ce même prince en 1745. Enfin, il clôt sa carrière de compositeur lyrique avec un ballet héroïque donné sur le Théâtre des Petits-Appartements de la marquise de Pompadour en 1750.

Bernard de Bury, son élève, lui dédie, en 1737, son unique livre de clavecin, alors qu’il n’avait que dix-sept ans, et épouse plus tard la nièce de son maître. Jean-Baptiste Cardonne, autre élève de Colin de Blamont, lui fera honneur par les motets qu'il donnera à entendre lors des messes du roi.

Colin de Blamont s'est notamment illustré au cours de la querelle dite "des Te Deum", qui opposa les sous-maîtres de la Chapelle et les surintendants de la Chambre, les uns et les autres estimant de leur droit de diriger les exécutions officielles de l'hymne à la chapelle. Colin de Blamont entra en conflit violent avec Bernier, puis Campra et Blanchard à ce sujet. C'est sans doute dans ce cadre qu'il composa son propre Te Deum, qui fut joué à Versailles, mais aussi dans d'autres paroisses et au Concert Spirituel, entre 1726 et 1758. Une version remaniée en 1745 montre le compositeur soucieux de conserver son oeuvre au goût du jour.

Outre ses compositions musicales, qui comprennent aussi des motets (parus en 1732) et des airs (parus en 5 livres entre 1729 et 1755), Colin de Blamont a publié un ouvrage d’esthétique, l’Essai sur les gouts anciens et modernes de la musique française, ouvrage répondant aux attaques de Jean-Jacques Rousseau, qu’il publia en 1754, au moment où le conflit entre la musique française et la musique italienne occupait le centre de toutes les discussions (la "Querelle des Bouffons"). Dans cet opuscule, Colin de Blamont vante notamment les mérites de Rameau, mais tente surtout de réconcilier les manières italiennes et françaises.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Catalogue[modifier | modifier le code]

Le catalogue des œuvres de Colin de Blamont a été réalisé par Benoît Dratwicki[1]. Les œuvres, classées par type, sont désignées par les lettres FCB suivies d'un nombre de 3 chiffres.

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Benoît Dratwicki, « François Colin de Blamont à la Cour de Sceaux : le jeu des influences et des rencontres », actes du colloque La duchesse du Maine (1676-1753) : une mécène à la croisée des arts et des siècles, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 2004, pp. 109-116. Benoît Dratwicki, "Les cantates françaises de François Colin de Blamont : détournement du genre et corruption du goût à la cour de Louis XV ?", mémoire de Maîtrise sous la direction de Georgie Durosoir, Université de Paris IV-Sorbonne, 1999, 387 p. Benoît Dratwicki, "Mise en perspective sociale, institutionnelle et politique de l’œuvre de François Colin de Blamont", mémoire de DEA sous la direction de Georgie Durosoir, Université de Paris IV-Sorbonne, 2000, 102 p. Benoît Dratwicki, "Les Fêtes Grecques et Romaines : histoire d’un ballet historique (1723-1770)", mémoire de la classe de culture musicale sous la direction de Brigitte François-Sappey, Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, 2001, 143 p.

PARTITIONS : François Colin de Blamont, Attende anima aeterna, Versailles : Éditions du Centre de musique baroque de Versailles, 2008 (éd. de Benoît Dratwicki). François Colin de Blamont, Exaltabo te Deus et Regina caeli, Versailles : Éditions du Centre de musique baroque de Versailles, 2008 (éd. de Benoît Dratwicki). François Colin de Blamont, Diligam te Domine, Versailles : Éditions du Centre de musique baroque de Versailles, 2008 (éd. de Benoît Dratwicki). François Colin de Blamont, Les Regrets des Beaux-Arts, Versailles : Éditions du Centre de musique baroque de Versailles, 2009 (éd. de Benoît Dratwicki). François Colin de Blamont, Le Départ de la Renommée, Versailles : Éditions du Centre de musique baroque de Versailles, 2009 (éd. de Benoît Dratwicki).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue de l'œuvre de François Colin de Blamont, Base de données PHILIDOR du Centre de Musique Baroque de Versailles, Versailles, 2007. Disponible sur internet et au Centre de Musique Baroque de Versailles

Liens externes[modifier | modifier le code]