François Audigier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Audigier est un historien français.

Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay/Saint-Cloud, agrégé d'histoire, il a préparé sa thèse comme allocataire moniteur normalien (AMN) de l'université de Nancy-II, puis comme ATER à Bordeaux III. Il a été par la suite PRAG à l'Institut universitaire de formation des maîtres de Polynésie française. Après sa soutenance, en 1999, il enseigne dans le secondaire (lycée Mangin en Moselle) puis devient maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Nancy-II. Il a enseigné également en tant que maître de conférences à l'IEP de Paris.

Il est spécialiste du gaullisme, et plus particulièrement des jeunesses gaullistes (organisation de jeunesse du RPF, Union des jeunes pour le progrès (UJP), Union nationale interuniversitaire (UNI). Il a écrit plusieurs articles sur l'évolution politique de l'outre-mer. Il a rédigé un ouvrage sur le Service d'action civique (SAC, le sulfureux service d'ordre gaulliste des années 1960 et 1970) et s'intéresse depuis quelques années aux thèmes de la violence politique et de l'influence politique. Il défend la thèse de l'existence dans les années 68 d'un "gaullisme d'ordre" construit en réaction aux événements de mai et engagé contre la "subversion marxiste" dans les cercles du pouvoir mais aussi au sein de la société civile. Il s'intéresse au renouvellement de l'histoire des partis politiques en abordant ces derniers au travers d'angles neufs (apprentissage, génération, réseaux, communication). Il a codirigé plusieurs numéros de revues universitaires (Vingtième Siècle, Parlement, Histoire@Politique). Il travaille régulièrement en collaboration avec le Musée de l'Image d'Epinal.

Au sein de l'Université de Lorraine, il codirige avec François Cochet l'axe 2 (Politique et conflits) du CRULH (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d'Histoire). Il a fait partie de l'ANR Gaulhore (Gaullisme, hommes et réseaux), pilotée par Bernard Lachaise, et a codirigé deux séminaires (Fondation Charles de Gaulle et IHTP-CHSP) sur le personnel gaulliste et les partis politiques. Ancien membre du jury de l'agrégation interne d'histoire, il participe au jury de l'ENS. En décembre 2013, il a soutenu à Bordeaux 3 une HDR parrainée par Bernard Lachaise et intitulée "Une contribution à l'histoire du gaullisme militant de la IVème et Vème République", avec comme mémoire inédit une étude sur "La violence politique et sa gestion militante en France, une étude de cas: les services d'ordre gaullistes de 1947 à 1968, du modèle militaire au modèle policier".

Publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Bernard Lachaise et Sébastien Laurent, "les gaullistes, hommes et réseaux", Nouveau Monde éditions, 2013.
  • Avec David Colon et Frédéric Fogacci, "Les partis politiques, nouveaux regards. Une contribution au renouvellement de l'histoire des partis", Peter Lang, 2012.
  • Avec François Cochet, Bernard Lachaise et Maurice Vaïsse, "Pierre Messmer, au croisement du militaire, du colonial et du politique", Riveneuve éditions, 2012.
  • Avec Pascal Girard, "Se battre pour ses idées, la violence militante en France, des années 1920 aux années 1970", Riveneuve éditions, 2011.
  • Avec Frédéric Schwindt, "Gaullisme et gaullistes dans la France de l'Est sous la IVème République", Presses universitaires de Rennes, 2009.
  • L'Union des jeunes pour le progrès, une école de formation politique, thèse de doctorat en histoire dirigée par Gilles Le Béguec, université de Paris-X-Nanterre ; version éditée : Génération gaulliste. L'Union des jeunes pour le progrès, une école de formation politique, Presses universitaires de Nancy, 2005
  • Histoire du S.A.C. La part d'ombre du gaullisme, éd. Stock, 2003
  • Contribution à Jean-Marc Regnault (dir.), François Mitterrand et les territoires français du Pacifique (1981-1988). Mutations, drames et recompositions, Enjeux internationaux et franco-français, éd. Les Indes savantes, 2003 (préface de Serge Berstein)
  • François Mitterrand, éd. Nouveau monde, les petits illustrés, 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]