François Arnaud (homme d'église)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnaud et François Arnaud.

François Arnaud, abbé de Grandchamp[1], est un bibliothécaire, journaliste, académicien et homme d’Église français né à Aubignan près de Carpentras, en 1721 - mort à Paris, le 2 décembre 1784[2]).

Biographie[modifier | modifier le code]

François Arnaud s'instruit au collège des Jésuites à Carpentras et apprend la musique encouragé par un père violoniste.

Il arrive à Paris vers 1750. il devient bibliothécaire auprès du duc Louis de Würtemberg, lieutenant-général des armées du roi.Il dirige le Journal étranger de janvier 1760 à septembre 1762 et La Gazette de France de 1762 à 1771 avec Jean Baptiste Antoine Suard. Ses contributions personnelles dans ces journaux constituent l'essentiel de sa production littéraire[3].

Ses relations, entre autres dans les salons de madame Necker et de Julie de Lespinasse, lui ouvrent les portes de l'académie des inscriptions et belles-lettres en 1762, puis de l'Académie française le 11 avril 1771 (fauteuil 15). Les Mémoires qu'il y adresse portent surtout sur l'Antiquité grecque.

Dans la querelle des Gluckistes et des Piccinnistes, il prit le parti de Glück.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avec un « d » dans la notice de l'Académie française mais sans « d » dans la nécrologie du Journal de Paris.
  2. Voir sa nécrologie dans le Journal de Paris, 13 décembre 1784, no 348, p. 1472-1473.
  3. C'est ce qu'il indique dans son discours de réception à l'Académie française.

Liens externes[modifier | modifier le code]