François-Rolland Elluin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François-Rolland Elluin, né à Abbeville le 5 mai 1745 et mort à Paris vers 1810, est un graveur français, connu notoirement pour ses illustrations d'ouvrages érotiques.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

Fils de marchand, il s'installe à Paris, où il demeure chez son parent le graveur Jacques Firmin Beauvarlet dont il devient l'élève[1]. Il y produit quelques estampes dites « sérieuses » d'après François Boucher, Luca Giordano, Jean-Baptiste Greuze, puis, introduit dans les milieux galants, il fait de nombreux portraits d'acteurs et d'actrices. Il s'associe ensuite avec le marchand-libraire Hubert Martin Cazin et le vignettiste Antoine Borel pour se consacrer à la gravure de sujets licencieux.

Elluin réalise ainsi des séries d'illustrations pour La Tentation de Saint Antoine de Michel-Jean Sedaine, l'Histoire de Dom Bougre de Jean-Charles Gervaise de Latouche, L'Arétin français de François-Félix Nogaret, Félicia, ou Mes fredaines d'Andréa de Nerciat, Parapilla de Charles Borde, La Foutro-manie de Gabriel Sénac de Meilhan, L'Académie des dames de Nicolas Chorier, La Fille de joie, ou Mémoires de Miss Fanny de John Cleland, ainsi que pour Cantiques et pots-pourris et Thérèse philosophe.

« On ne peut refuser aux ouvrages illustrés par Borel et Elluin une certaine valeur », écrivent Roger Portalis et Henri Beraldi, tout en estimant que « la touche d'Elluin est lourde, sans entrain ». Ces deux historiens de l'art jugent par ailleurs ses portraits « sans grande habileté ni valeur artistique » et concluent : « Elluin, en somme, sauf dans quelques-unes de ses vignettes érotiques auxquelles il s'est particulièrement appliqué, comme à un ouvrage qui lui plaisait, n'a été qu'un graveur fort ordinaire[2]. »

Deux portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Trois illustrations d'ouvrages érotiques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Cent vignettes érotiques pour illustrer sept romans libertins du dix-huitième siècle, de Borel, gravées par Elluin, préface par Alain Clerval, R. Borderie, Nyons, 1978

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éléments biographiques d'après Roger Portalis et Henri Beraldi, Les Graveurs du dix-huitième siècle, vol. II, 1881, p. 118-124.
  2. Ibid.