François-Régis Bastide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastide.

François-Régis Bastide, né le 1er juillet 1926 à Biarritz, mort à Paris le 17 avril 1996, est un écrivain, diplomate, éditeur et animateur de radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il grandit à Biarritz dans une famille aimante. Son père Édouard est médecin, et joueur émérite d'orgue. Sa mère Suzanne, issue d'une famille de banquiers, joue du violon. François-Régis est l'aîné de sa fratrie. Son éducation est faite par des précepteurs, à domicile, dans une très jolie villa du centre ville. Il travaille la musique, particulièrement le piano où il excelle.

Pendant ses études musicales, il écrit, adolescent, une Messe pour le Général Koenig. La guerre éclate. Il n'a pas dix-huit ans quand il s'engage, en 1944, dans la 2e division blindée du Général Leclerc, avec laquelle il entre en Allemagne.

La musique et les lettres le passionnent. Son premier roman, Lettres de Bavière est publié en 1947. Pour son roman Les Adieux, il reçoit le prix Femina. Il entre en 1956 comme conseiller littéraire aux Éditions du Seuil - où il crée la collection musicale Solfèges et fait paraître Le dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (Prix Goncourt) -, en 1968 au comité de lecture de la Comédie-Française et en 1976 au jury du Prix Médicis. Il publie de nombreux auteurs dont Katherine Pancol et Anny Duperey.

Homme de radio, il dirige les émissions musicales de Radio-Sarrebruck à la fin de la guerre. En France, il anime l'émission littéraire Une Idée pour une autre puis fonde le 13 novembre 1955, avec Michel Polac, sur le chaîne de radio PARIS IV, dans le Club d'Essai "Laboratoire" de le R.T.F., l'émission hebdomadaire de France-Inter Le Masque et la Plume, "magazine public des lettres et du théâtre", qu'il anime seul de 1971 à 1981.

Il a écrit une vingtaine d'ouvrages, dont onze romans, trois essais, deux livres pour enfants et une pièce de théâtre.

Homme de gauche, il fut conseiller municipal de Biarritz de 1977 à 1982. Il fut très proche de Michel Rocard. Au début de son premier mandat présidentiel, François Mitterrand l'a nommé ambassadeur de France au Danemark. Il fut ensuite en poste en Autriche, puis à l'UNESCO. En 1995 il a soutenu Lionel Jospin à l'élection présidentielle.

Il a fait quelques apparitions au cinéma, notamment dans Je t'aime, je t'aime d'Alain Resnais ou La Banquière et Lacenaire de Francis Girod.

Il s'est marié à trois reprises. En 1948, il a épousé l'artiste peintre suédoise Monica Sjöholm (1923) avec laquelle il a écrit les deux ouvrages pour enfants qu'elle a illustrés. Ils ont eu deux enfants, Anika (1953) et Thomas (1954). Il a épousé plus tard Jacqueline Huguenin, sœur de l'écrivain Jean-René Huguenin, dont il a eu une fille, Emmanuelle, puis en 1991, Béatrice Clerc.

En 1990 François Mitterrand l'a fait chevalier de l'Ordre National du Mérite, dans la même promotion que Jean-Noël Jeanneney.

Grand fumeur, il est décédé le 17 avril 1996 d'un cancer du poumon. Il est enterré au cimetière de La Garde-Freinet (Var). Il a laissé dans les mémoires le souvenir d'un homme élégant et cultivé.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Romans et nouvelles[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Livres pour enfant[modifier | modifier le code]

  • Joachim Quelque Chose, illustré par Monica Bastide, Hatier, 1959
  • Alexis dans la Forêt-Foly, illustré par Monica Bastide, Casterman, 1970

Scénariste[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]