François-Joseph de La Rochefoucauld-Bayers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Rochefoucauld.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de La Rochefoucauld.
François-Joseph
de La Rochefoucauld-Bayers
Image illustrative de l'article François-Joseph de La Rochefoucauld-Bayers
Biographie
Naissance 28 février 1736[1]
Angoulême
drapeau de l'Angoumois Angoumois
Décès 2 septembre 1792 (à 56 ans)
Paris
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 22 juin 1772
Évêque-comte de Beauvais
(et pair de France)
177221 février 1791/1792
Précédent Étienne-René Potier de Gesvres Jean-Baptiste Massieu
(Évêque constitutionnel de l'Oise)
Suivant
Autres fonctions
Fonction laïque
Député aux États généraux de 1789

Orn ext évêque comte et pair.svg
Blason La RochefoucauldAncien.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le Bienheureux François-Joseph de La Rochefoucauld-Bayers (Angoulême (paroisse de Saint-Jean), 28 février 1736[1],[2]Paris, 2 septembre 1792), est un prélat et homme politique français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une branche cadette de la maison de La Rochefoucauld, François-Joseph de La Rochefoucauld-Bayers était, lors de la Révolution française, évêque de Beauvais (depuis 1772).

Le 13 mars 1789, il fut élu, par le bailliage de Clermont-en-Beauvaisis, député du clergé aux États généraux. Défenseur des privilèges de son ordre et partisan de l'Ancien Régime, il opina contre le vote par tête et adressa à l'Assemblée la déclaration suivante :

« Le député de l'ordre du clergé au bailliage de Clermont-en-Beauvoisis, chargé impérativement par ses cahier et instructions de conserver la distinction des trois ordres, et l'opinion par ordre séparée, déclare ne pouvoir prendre aucune part aux délibérations de la présente Assemblée et fait toute protestation et réserve jusqu'à ce qu'il ait de nouveaux pouvoirs de ses commettants. »

— À Versailles, ce 20 juin 1789.
François-Joseph,
Évêque de Beauvais.

Chabot l'ayant dénoncé à l'Assemblée législative comme faisant partie d'un comité anti-révolutionnaire, il se rendit avec son frère son frère Pierre-Louis de La Rochefoucauld (1744-1792), évêque de Saintes, chez leur sœur, abbesse de Notre-Dame de Soissons. Mais ils furent découverts; arrêtés sur la route de Paris, ils furent enfermés à la prison des Carmes, et périrent dans le massacre de prisons, le 2 septembre 1792 : quand vient son tour de mourir, on ne le trouva pas ; on le chercha fiévreusement : il était étendu dans l'église sur un matelas, la cuisse cassée par une balle. Il a le temps de s'écrier :

« Je veux bien mourir, mais au moins, aidez-moi. »

Il est béatifié (ainsi que son frère) comme martyr en 1926.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roglo 2012.
  2. Le 7 août 1727 d'après le Dictionnaire des parlementaires ou le 28 avril 1736 selon le site (en) Catholic Hierarchy.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.