François Christophe Edmond Kellermann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Christophe Edmond Kellermann, 3e duc de Valmy et de l'Empire (1835), est un diplomate et homme politique français né à Paris le 14 mars 1802 et mort dans la même ville le 2 octobre 1868.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du général François Étienne Kellermann (1770-1835), 2e duc de Valmy et de l'Empire, François Christophe Edmond Kellermann est élève au collège Sainte-Barbe avant d'étudier le droit à Heidelberg.

En 1824, par l'entremise de François-René de Chateaubriand, alors ministre des Affaires étrangères, il est attaché à l'ambassade de France à Constantinople. En 1827, il est chargé d'une mission diplomatique à Smyrne, suit l'expédition de Morée, avant d'être chargé d'un rapport sur la situation politique de la Grèce. Au mois d'avril 1829, il est accrédité comme chargé d'affaires à Capo d'Istria et devient secrétaire de légation. Rentré en France après les Trois Glorieuses, il est nommé chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères, puis premier secrétaire d'ambassade à Berne le 23 mars 1831.

En désaccord avec la politique du gouvernement, il démissionne de la diplomatie le 5 février 1833, malgré les objurgations de son père qui menace de le déshériter[1]. Il vit de sa plume en collaborant au Rénovateur et devient l'un des propriétaires du journal royaliste La Quotidienne. En 1838, il achète à Mme Kapeler le château de Stors (Val-d'Oise), où il entreprend d'importants travaux (remaniement du pignon nord du château, réfection de l'attique et aménagement du grand perron donnant sur l'Oise).

Le 2 janvier 1839, il est élu député par le deuxième collège de la Haute-Garonne (Toulouse)[2], en remplacement du duc de Fitz-James, décédé. Il fut réélu successivement aux élections générales du 2 mars 1839[3] et du 9 juillet 1842[4]. Il combat l'alliance anglaise[5], le droit de visite, le projet des fortifications de Paris, et réclame la liberté de l'enseignement. En 1843, il fait partie du pèlerinage de Belgrave Square auprès du comte de Chambord et est au nombre des cinq députés qui donnent leur démission pour protester contre l'emploi du mot « flétrissure » dans l'Adresse du 26 janvier 1844. Réélu le 2 mars 1844 à une forte majorité, il revoit le comte de Chambord à Venise en 1845. Il ne se représente pas aux élections générales de 1846 et se consacre à la littérature politique.

Il se livre à diverses opérations spéculatives sous le Second Empire. En 1853, il est nommé membre de la Commission des embellissements de Paris et chargé d'étudier la question de la rive gauche[6]. Le baron Haussmann le décrit comme « un gentilhomme de très bonnes manières et d'un esprit cultivé, sans la moindre aptitude pour l'administration »[7]. On le retrouve à la tête de la société qui a obtenu en 1853 la concession de la ligne de chemin de fer de Saint-Rambert-en-Bugey à Grenoble et qui sollicite l'autorisation de la prolonger jusqu'à la frontière avec le Piémont. Toutefois la situation financière de la société ainsi que des présomptions de spéculation conduisent au refus des pouvoirs publics. En 1861, le duc de Valmy, criblé de dettes, revend son domaine de Stors à Pierre Casimir Cheuvreux.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (30e division)[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Question d'Orient, 1840
  • Note sur le droit de visite, 1841
  • Coup d'œil sur les rapports de la France avec l'Europe, 1844
  • Moyens de combattre le socialisme, dans le journal La Patrie, 1849
  • De la force du droit et du droit de la force, 1850
  • Histoire de la campagne de 1800, d'après les mémoires manuscrits laissés par son père, 1854
  • Le génie des peuples dans les arts, 1867

Résidences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Robert, Edgar Bourloton, Gaston Cougny, Op. cit., p. 453
  2. 234 voix sur 454 votants et 575 inscrits contre 209 à M. Bastoulh
  3. 274 voix sur 502 votants
  4. 322 voix sur 494 votants et 598 inscrits contre 168 à M. d'Aldeguier
  5. V. Politique extérieure de la France sous la monarchie de Juillet
  6. V. Pierre Casselle, « Les travaux de la Commission des embellissements de Paris en 1853 : pouvait-on transformer la capitale sans Haussmann ? », Bibliothèque de l'École des chartes, 1997, vol. 155, pp. 645-689
  7. Baron Haussmann, Mémoires, tome II, p. 55
  8. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents,‎ 2006 (ISBN 978-2914611480), p. 443

Sources[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Robert, Edgar Bourloton, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Bourloton, Paris, 1891, tome III, p. 453-454

Voir aussi[modifier | modifier le code]