François-Armand Cholet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cholet (homonymie).
François-Armand Cholet
Fonctions
Drapeau français République française
Député de Rhône-et-Loire au Conseil des Cinq-Cents
15 octobre 179526 décembre 1799
Drapeau de l'Empire français Empire français
Membre du Sénat conservateur
4 nivôse an VIIIavril 1814
Royaume de France Royaume de France
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Membre de la Chambre des pairs
4 juin 18144 novembre 1826
Successeur Jules de Cholet
(À titre héréditaire)
Biographie
Date de naissance 8 juillet 1747
Lieu de naissance Bordeaux (Guyenne)
Date de décès 4 novembre 1826 (à 79 ans)
Lieu de décès Paris

François-Armand Cholet
Liste des membres du Conseil des Cinq-Cents
Liste des membres du sénat conservateur

François-Armand, Comte Cholet (8 juillet 1747 - Bordeaux (Guyenne) ✝ 4 novembre 1826 - Paris) est un homme politique français des XVIIIe et XIXe siècles.

Biographie[modifier | modifier le code]

François-Armand, Comte Cholet était le fils de sieur Guy Cholet, ancien consul et président-trésorier du bureau des finances de la ville de Bordeaux et « de demoiselle Angélique Ribail ».

Procureur du roi à l'amirauté de Guyenne avant la Révolution française, officier municipal de Bordeaux (19 mars 1790), il devint administrateur du département de la Gironde le 16 juillet suivant, et fut élu[1] le 24 vendémiaire an IV, député de ce département au Conseil des Cinq-Cents.

Conseil des Cinq-Cents[modifier | modifier le code]

Il s'opposa (16 novembre 1796) au rétablissement de la loterie, défendit les « naufragés de Calais » (permettant ainsi de sauver le duc de Choiseul et le marquis de Vibraye qui faisaient partie des condamnés), et fit rapporter la loi du 21 floréal an IV qui avait exilé de Paris 198 conventionnels. En juillet 1797, il vota le maintien des ventes des presbytères, mais demanda la suspension des ventes non encore effectuées ; le 21 août, il se prononça contre la violation du secret des lettres, et combattit la motion d'interdire aux ex-nobles les emplois publics.

Réélu[2] au même Conseil, le 27 germinal an VII, il devint, le 2 fructidor, secrétaire de l'Assemblée, protesta contre la formule de « haine à l'anarchie » contenue dans le nouveau serment imposé à l'armée, de montra favorable au coup d'État du 18 brumaire, et fit partie de la commission intermédiaire Page d'aide sur l'homonymie nommée pour réviser la Constitution (19 brumaire an VIII).

Sénat conservateur et Chambre des pairs[modifier | modifier le code]

Membre du Sénat conservateur, à sa création (4 nivôse an VIII), commandant de la Légion d'honneur (25 prairial an XII), il fut créé comte de l'Empire, le 24 avril 1808, vota la déchéance de l'Empereur (avril 1814), et fut nommé pair de France par Louis XVIII (4 juin 1814).

Tenu à l'écart pendant les Cent-Jours, il reprit sa place dans la Chambre haute à la seconde Restauration, vota, avec 17 pairs, pour la déportation dans le procès du maréchal Ney (la peine de mort fut votée à 139 voix), et siégea, jusqu'à sa mort, dans la majorité ministérielle.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Cholet épousa, en 1784, Catherine Eléonore (1764-1825), fille de Joseph Caze, professeur de médecine à l'université de Bordeaux, dont il eut :

  • Laure ( ✝ 30 juillet 1845), marié le 2 février 1808 avec Charles-Victor Prévost d'Arlincourt (1788-1856), dont postérité ;
  • Jeanne (5 octobre 1791 - Talence ✝ 9 avril 1865 - Paris), mariée en 1810 avec Alyre de Bletterie (1770-1832), sous-lieutenant, sous-intendant militaire, dont postérité ;
  • Virginie (1795 ✝ 2 janvier 1860 - Paris), mariée le 26 avril 1819 avec Jean-Baptiste Deniset ;
  • Jules de Cholet (1798-1884)
  • Jeanne Amélie (12 juin 1801 - Paris ✝ 10 mars 1862 - Paris ), mariée, le 20 juin 1821 à Paris (Saint-Louis d'Antin), avec Claude Turiaf de La Porte 1790-1869.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext comte sénateur de l'Empire ComLH.svg
Blason François-Armand Cholet (1747-1826).svg
Armes du comte Cholet et de l'Empire

D'or, chargé d'un pin de sinople, terrassé de même ; un lion léopardé de sable brochant sur le pin ; au chef retrait de gueules chargé de trois étoiles d'argent ; franc-quartier de comte-sénateur.[3]

  • Livrées : les couleurs nuancé de sable, or et gueules[3].
Orn ext comte et pair ComLH.svg
Blason fam fr Cholet.svg
Armes du comte Cholet, pair de France

D'or au pin de sinople terrassé du même, au lion léopardé de sable brochant, au chef retrait de gueules chargé de trois étoiles d’argent.[4],[5],[4],[6]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir 
« Chollet et non Cholet (François-Auguste, comte) », dans A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. II,‎ 1844 [détail de l’édition] (notice BnF no FRBNF37273876), p. 267  ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par 371 voix sur 424 votants.
  2. Par 246 voix sur 424 votants.
  3. a, b et c « BB/29/974 page 10. », Titre de comte accordé à François, Armand Cholet. Bayonne (24 avril 1808)., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)
  4. a, b, c et d « François-Armand Cholet », sur roglo.eu (consulté le 29 juin 2011)
  5. a et b François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org,‎ 27 septembre 2005 (consulté le 18 juin 2011)
  6. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]