François-André Isambert (1792-1857)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François-André Isambert

Description de cette image, également commentée ci-après

François-André Isambert.

Nom de naissance François-André Isambert
Autres noms Isambert
Activités Juriste, homme politique
Naissance
Aunay-sous-Auneau
Décès
Flag of France.svg Paris (France)

François-André Isambert ( à Aunay-sous-Auneau - à Paris) est un avocat aux Conseils du Roi, au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, directeur du Bulletin des loi, conseiller à la Cour de cassation, député de l'Eure-et-Loir puis de la Vendée de 1830 à 1848, représentant du peuple à l'Assemblée Constituante de 1848, vice-doyen de la Cour de cassation, auteur d'une oeuvre monumentale en vingt-huit volumes intitulée Recueil général des anciennes lois françaises depuis 420 jusqu'à la Révolution de 1789", il est un des fondateurs de la Société Française pour l'Abolition de l'esclavage, sa lutte incessante en faveur de l'abolition de l'esclavage le place au plus haut rang dans la hiérarchie des abolitionnistes français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Licencié en droit, il travaille chez un avoué, puis chez Maître Augustin-François Potron, notaire à Paris, 10 rue Vivienne, en qualité de premier clerc, nommé par ordonnance royale de Louis XVIII en date du 10 avril 1818 avocat aux Conseils du Roi et à la Cour de cassation, directeur du Bulletin des lois, conseiller à la cour de cassation, il est député d'Eure-et-Loir puis de la Vendée de 1830 à 1848. Il est envoyé à l'Assemblée constituante de 1848 par les électeurs d'Eure-et-Loir. Avec Cormenin, il est à l'origine de la rédaction du décret du 5 mars 1848 instituant le suffrage universel masculin [1].

François-André Isambert repose au cimetière de Montmartre à Paris (11e section).

Tombe de François Isambert au Cimetière du Montmartre

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Recueil complet des lois et ordonnances à compter du 1er avril 1814 (Par. 1820-30, 17 Vols.)
  • 1821 : François-André Isambert, Alfred Jourdan[2], Decrusy[3].- Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, contenant la notice des principaux monumens des Mérovingiens, des Carlovingiens et des Capétiens, et le texte des ordonnances, édits, déclarations, lettres patentes, règlemens… de la troisième race, qui ne sont pas abrogés, ou qui peuvent servir, soit à l’interprétation, soit à l’histoire du droit public et privé…, par MM. Jourdan, Decrusy, Isambert…, Paris, Belin-Leprieur, Plon, 1821-1833, 29 vol., dont 1 de tables. Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l'an 420 jusqu'à la révolution de 1789, Belin-Leprieur, 1826[4].
  • Annales politiques et diplomatiques (ibid. 1823, 5 Vols.; 2. Ed. 1826)
  • Essai historique sur l'étude du droit naturel, du droit public et du droit des gens (ibid. 1826)
  • Code électoral et municipal (2. Ed., ibid. 1831, 3 Vols.)
  • État religieux de la France et de l'Europe (avec Arthur O'Connor et Charles Lasteyrie, ibid. 1843-1844)
  • Histoire de Justinien (ibid. 1856, 2 Vols.)
  • Anecdota (ibid. 1856), traduction de Procope
  • Pandectes françaises (Par. 1834, 2 Vols.).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :