Framework (logiciel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir framework
Framework
Développeurs Forefront et Ashton-Tate
Première version juillet 1984
Environnement DOS
Type Suite bureautique
Politique de distribution vendu dans le commerce

Framework est une suite bureautique commercialisée par Ashton-Tate entre 1984 et 1991. Il offre à la fois les possibilités d'un traitement de texte, d'un gestionnaire de fichiers, d'un tableur et d'un outil de manipulation de graphiques et de bases de données, ainsi qu'un outil de télécommunications et un langage de programmation[1],[2].

En 1985, Framework fonctionne sur les ordinateurs IBM PC équipés du système d'exploitation PC-DOS ou MS-DOS et met en œuvre une interface graphique. Son prix catalogue en 1985 est de 700 $[2]. Son principal concurrent est Lotus Symphony[1],[2].

Une innovation de Framework était dans la structure de ses fichiers : un fichier framework pouvait contenir une structure arborescente -telle une table des matières- ou prenaient place les éléments provenant de tous les modules de la suite bureautique : feuilles de calcul, textes, graphiques de gestion, fichiers de données, et des macro FRED. On pouvait ainsi réunir divers éléments relatifs à un même sujet mais de types différents dans un même fichier. Ce qui semble inégalé aujourd'hui.

Framework fut naturellement concurrencé par d'autres suites bureautiques, fonctionnellement moins riches, mais disposant de moyens marketing beaucoup plus importants : Symphony (édité par Lotus), ou Microsoft Works.

Dès l'origine, Framework publia ses numéros de versions en chiffres romains : le logiciel devint Framework II, III, et IV, jusqu'au décès de George Tate, PDG d'Ashton Tate.

La compagnie fut alors rachetée en 1991 par Borland, qui revendit Framework à "Selections & Functions, Inc.". Depuis 20 ans, Selections and Functions Inc. fait évoluer Framework, en préservant la compatibilité avec les versions d'origine.

Framework, qui a été porté sous toutes les versions de Windows, existe en plus de 20 langues. En 2008, Selections and Functions Inc a lancé la version IX. La version X est annoncée pour 2009.

Histoire[modifier | modifier le code]

Framework a été créé par Robert M. Carr de la société Forefront en juillet 1984. Un an après son lancement, Forefront est rachetée par la société Ashton-Tate[3]. Celle-ci espère que Framework se vendra aussi bien sinon mieux que son produit phare DBase[1],[4]. Ashton-Tate remporte un succès avec la commercialisation de Framework[3] et, en septembre 1985, met sur le marché Framework II[4].

En 1984 Framework était sponsorisé par le constructeur automobile Lotus[5]. Il était réputé être la meilleure suite bureautique, et Ashton-Tate, son producteur, était un des leaders du domaine (avec Microsoft et Lotus Software). Ce type de logiciel n'a cependant pas connu le succès espéré et à disparu dans les années 1990[6].

Bien que largement soutenu par les magazines d'informatique, Framework n'a jamais été très populaire auprès des consommateurs[7].

En 1991, Ashton-Tate, leader du marché des logiciels de gestion de base de données et rachetée par son concurrent Borland et Framework est alors retiré de leur catalogue au profit de son concurrent Quattro-Pro[7].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Framework offre les fonctionnalités de tableur, de manipulation de bases de données, de télécommunication, de traitement de texte. Il comporte une fonction de publipostage et de correction d'orthographe. Permet la création d'esquisses et de diagrammes, et comporte un langage de programmation[2].

Inspiration du Xerox Star et du Apple Lisa, Framework met en œuvre une interface graphique - DOS avec lequel il est utilisé, n'en offre pas[1]. Le traitement de texte de Framework comporte un dictionnaire et un vérificateur d'orthographe. Il permet la création automatique de lettres et d'étiquettes par publipostage à partir d'une lettre-type et d'une base de données[2].

Le module de bases de données permet de consulter le contenu des fichiers du logiciel DBase - du même éditeur, et de l'utiliser pour créer des lettres-type avec l'aide du module de traitement de texte[2]. Le module de communication de Framework permet d'envoyer ou de recevoir des fichiers et des messages, et d'effectuer des appels téléphone[2]. Framework était réputé facile à apprendre, la version II l'était encore plus que la précédente[2].

Les cadres (anglais frame) sont une notion centrale de Framework[1], qui permet de travailler avec plusieurs cadres en même temps. Un cadre peut contenir un autre cadre. Les changements effectués sur un des cadres peuvent être automatiquement répercutés sur les autres cadres. Par exemple la modification des chiffres utilisés pour créer un graphique camembert provoquera automatiquement la modification du graphique. Framework offrait des fonctionnalités introuvables chez ses concurrents[1]. À partir d'un cadre de Framework il était possible d'exécuter des commandes DOS. Framework met en œuvre un langage de programmation, qui permet d'effectuer des calculs complexes tels que ceux des domaines des assurances ou de l'industrie[1].

Sa fonction d'esquisse crée les grandes lignes d'une structure dans laquelle l'utilisateur peut alors placer un paragraphe de texte, un tableau issu du tableur ou une image issue de l'outil de graphique. Chaque esquisse peut être une présentation de gestion de projet, comportant une analyse de coût, des notices et des projections[1].

Framework était vendu avec une volumineuse documentation - une pile de brochures de 3 cm d'épaisseur. Il y avait un livre Getting Started (traduction: prêt au départ). Quick reference guide (référence rapide), Learning Framework et Using Framework II (apprendre, et utiliser Framework)[2].

Ashton-Tate, son éditeur, publie également plusieurs livres à son sujet: Framework - An introduction, Framework - On-the-job applications, Framework - An introduction to programming, Framework - A programmer's reference et Framework - A developper's handbook[8].

Le dispositif de protection contre la copie de Framework faisait des inscriptions cachées sur le disque dur ou est installé Framework ainsi que sur la disquette qui a servi à l'installation. Ce mécanisme empêche deux installations successives de Framework, ce qui causait des problèmes techniques en cas de panne, ou en cas de sauvegarde et récupération du disque dur[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en)InfoWorld, Vol. 6 - no 16, 16 avril 1984,(ISSN 0199-6649)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en)InfoWorld, Vol. 7 - no 49, 9 décembre 1985,(ISSN 0199-6649)
  3. a et b (en)InfoWorld, Vol. 7 - no 25, 24 juin 1985, (ISSN 0199-6649)
  4. a et b (en)Roy A. Allan, A History of the Personal Computer: The People and the Technology, Allan Publishing - 2001,(ISBN 9780968910801)
  5. (en)InfoWorld, Vol. 7 - no 21, 27 mai 1985,(ISSN 0199-6649)
  6. (en)Merrill R. (Rick) Chapman, In Search of Stupidity: Over Twenty Years of High Tech Marketing Disasters, Apress - 2006,(ISBN 9781590597217)
  7. a et b (en)John L. Daly, Pricing for Profitability: Activity-Based Pricing for Competitive Advantage, John Wiley & Sons - 2001,(ISBN 9780471415350)
  8. (en)PC Mag, Vol. 3 - no 21, 30 oct. 1984,(ISSN 0888-8507)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]