Fragmentation urbaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fragmentation urbaine est un phénomène urbain relativement récent[1].

L'identité sociale portée par la ville, objet spatial, éclaterait pour laisser place à des fragments urbains sans cohérence d'ensemble. Cette perte d'un sens global, du "tout organique" de la ville, apparaît liée à l'accroissement de la précarité et des écarts sociaux causé par le passage à une économie post-fordiste[2] et à la métropolisation.

Selon Françoise Navez-Bouchanine, la fragmentation - et l'absence de référence à la société globale qu'elle induit de la part de groupes éclatés - s'exprime à différents niveaux : social, économique, culturel, politique et administratif.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Navez-Bouchanine (dir.), 2002, La Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L'Harmattan, coll. "Villes et Entreprises"
  2. E. Dorier-Apprill, P. Gervais-Lambony, 2007, Vies Citadines, Paris, Belin.