Fractional Orbital Bombardment System

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tir d'une fusée Dnepr développée à partir d'un R-36.

Fractional Orbital Bombardment System (FOBS, système de bombardement orbital fractionné) est le nom donné par les États-Unis à un programme soviétique de missile balistique intercontinental développé dans les années 1960 qui, après le lancement, va se placer sur une orbite terrestre basse jusqu'au moment de l'attaque. Il n'y a pas de limite de portée et la cible est impossible à retracer à partir de la trajectoire.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il a été conçu pour que sa charge utile emploie une orbite polaire pour passer par l'hémisphère sud et frappe les États-Unis par le sud tandis que les défenses de NORAD sont tournées au nord.

Historique[modifier | modifier le code]

En avril 1962, le gouvernement soviétique décide de développer la deuxième génération de missile balistique intercontinental avec comme objectif de pallier les insuffisances des missiles de première génération, les R-16 (SS-7 Saddler) et R-9 (SS-8 Sasin). La réalisation de quatre types de missile est planifiée dont ce projet.

Le bureau d'études SKB-586 de Mikhail Yanguel développe à l'origine le R-38 qui est abandonné par la suite pour que les ingénieurs de Yanguel puissent se concentrer sur la conception du missile lourd R-36 (SS-9 Scarp)[1],[2].

Ce programme d'armement employé par les forces des fusées stratégiques soviétiques utilise le missile R-36-0 / 8K69 / R-36orb (code OTAN : SS-9 Mod 3 SCARP ou SS-9 FOBS) avec une ogive d'une masse de 1 700 kg ayant une puissance, selon les sources, de 2,3 à environ 5 mégatonnes[3].

Les premiers tirs d'essai ont lieu en décembre 1965 et il rentre en service opérationnel le 19 novembre 1968. Le programme à a été interrompu par les accords SALT II et il retiré en janvier 1983. Dans les années 1960, un programme de duperie a lieu en vue de faire croire que l'engin utilisé serait le OKB-1 8K713/GR-1 / Code OTAN SS-10 Scrag FOBS.

Il comporte 12 missiles en 1970 et 18 à partir de 1971, une source le déclare rayé des listes dés 1980[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. Podvig (Hrsg.): Russian Strategic Nuclear Forces. MIT Press, 2004, (ISBN 978-0-262-16202-9).
  2. (en) S. J. Zaloga: The Kremlin's Nuclear Sword - The Rise and Fall of Russia's Strategic Nuclear Forces, 1945-2000. Smithsonian Institution Press, 2001, (ISBN 1-58834-007-4).
  3. (en) Miroslav Gyűrösi, « The Soviet Fractional Orbital Bombardment System Program », sur Air Power Australia,‎ janvier 2010 (consulté le 2 janvier 2014)
  4. (en) Pavel Podvig, « The Window of Vulnerability That Wasn’t - Soviet Military Buildup in the 1970s », sur Russian strategic nuclear forces,‎ 27 juin 2008 (consulté le 1er février 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]