Fra' Moriale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fra' Moriale , Giovanni Moriale d'Albarno, (en français: Jean Montréal du Bar) (Narbonne,v. 1303 - Rome, 1354) était un mercenaire français et condottiere actif en Italie au XIVe siècle .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Narbonne, Jean Montréal du Bar est devenu membre de l'Ordre militaire de Chevaliers Hospitaliers, mieux connu maintenant comme les Chevaliers de Malte. Il est arrivé en Italie autour de 1345, et s'est battu pour Louis Ier de Hongrie lors des les guerres de succession pour le royaume de Naples.

En 1349, il rejoint Werner von Urslingen dans la Grande Compagnia. Il a longtemps été à la solde des États pontificaux.

En 1352, Galeotto Malatesta l'a assiégé à Aversa où Moriale avait amassé un trésor important suite à ses années de pillages. Forcé de se rendre, il fut autorisé à sortir vivant, en échange de toute sa fortune.

Pendant la Campagna della Marca (1353), les exactions de sa compagnie ont été tellement effrayantes que l'évêque de Camerino, pendant une homélie le compara à l'Antichrist[1].

Après la mort de von Urslingen (1354), il refonde la Grande Compagnia avec des mercenaires allemands, italiens et provençaux.

Avec son cousin, Bertrand de La Motte, il a combattu en Toscane et en Romagne dans l'espoir de constituer un État pour lui-même.

Il quitte la Grande Compagnia pour secourir ses frères, Annebald et Breton, eux aussi condottières qui étaient en conflit avec la Cola di Rienzo pour une question d'argent. Ayant proféré des injures et des menaces envers Cola di Rienzo, il est arrêté avec ses frères et condamné à mort.

Il a été décapité sur la place du Capitole le 29 août 1354 et enterré dans la Basilique Santa Maria in Aracoeli.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Daniele Bartoli, Torto Il diritto del e il si può non, Rome - Varese,‎ 1668
  • (it) Ercole Ricotti, Storia delle compagnie di ventura in Italia, Ercole, Athena,‎ 1929
  • (it) Gabriele Petromilli, Framoriale, l'Anticristo della Marca, Edizioni M.I.R,‎ 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Gabriele Petromilli, Framoriale, l'Anticristo della Marca, Edizioni M.I.R,‎ 2009