Fréquentation cinématographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La fréquentation cinématographique est la relation sociale entretenue entre un groupe d'individus et le cinéma. Elle concerne la consommation de films dans les salles et sa fréquence. Elle se traduit par des entrées au box-office et son analyse est intimement liée à la sociologie du cinéma.

La fréquentation cinématographique fait l'objet d'analyses régulières par le Centre national de la cinématographie (CNC).

Évolution de la fréquentation dans les pays développés[modifier | modifier le code]

Vers 1950, le cinéma connait une forte audience en salle. Mais il y a une forte hétérogénéité selon les pays. La consommation par habitant est très forte en Angleterre et forte aux États-Unis, en Italie et au Japon. L'évolution de la fréquentation va être similaire jusqu'à la fin des années 1960. Ainsi, au rythme de la pénétration de la télévision dans les foyers, la fréquentation a diminué. Elle a donc commencé à décliner dès la fin de la deuxième guerre mondiale aux États-Unis et légèrement après en Angleterre alors qu'il a fallu attendre le milieu des années 1950 au Japon et en France et les années 1960 en Italie et en Espagne. Si elle va continuer à décliner en Allemagne, au Japon et surtout en Espagne, en Angleterre et en Italie, elle se stabilisera en France et aux États-Unis. On notera dans la plupart des pays une forte reprise de la fréquentation à la fin des années 1990 et au début des années 2000 (la plus forte en Angleterre et plus modérée en Italie).

Nombre de films vus par habitant[1],[2] :

Pays 1950 1955 1965 1975 1985 1995 2005 2010
Drapeau de la France France 8,9 9,1 5,3 3,5 3,2 2,3 2,9 3,2
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
(RFA)
10,2 15,1 5,1 2,3 1,8 1,5 1,5 1,6
Drapeau de l'Italie Italie 14,2 16,7 12,5 8,9 2,2 1,6 1,8 2,0
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 29 26 6,7 2,1 1,3 2,0 2,7 2,6
Drapeau des États-Unis États-Unis 20,5 14,2 6,6 4,6 5,1 4,8 4,7 4,1
Drapeau du Japon Japon 13,9 13,6 3,9 1,7 1,2 1,0 0,9 1,4

En règle générale en Europe, on constate une corrélation entre le pouvoir d'achat et la fréquentation. Pour autant, cette relation est loin d'être parfaite. Ainsi, l'Irlande se caractérise par une fréquentation parmi les plus élevées du monde. Si dans les pays d'Europe de l'Ouest, la fréquentation annuelle est en moyenne autour de 2 par spectateur, elle est encore moitié moindre dans l'Europe de l'Est et reste même très faible en Bulgarie et surtout en Roumanie. Le taux de croissance de la fréquentation s'avère néanmoins plus élevé dans les pays de l'Est et un rattrapage lent mais régulier est observé.

Fréquentation dans les autres pays européens[3] :

Pays Fréquentation 2012 Nb d'habitant[4] Taux de fréquentation
Drapeau de l'Autriche Autriche 16,4 8,4 1,9
Drapeau de la Belgique Belgique 21,9 11,1 2,0
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 4,1 7,4 0,5
Drapeau de Chypre Chypre 0,8 1,1 0,7
Drapeau de la République tchèque République tchèque 11,2 10,1 1,1
Drapeau du Danemark Danemark 13,6 5,6 2,4
Drapeau de l'Estonie Estonie 2,6 1,2 2,1
Drapeau de l'Espagne Espagne 94,2 47,2 2,0
Drapeau de la Finlande Finlande 8,4 5,4 1,5
Drapeau de la Grèce Grèce 10,1 10,8 0,9
Drapeau de la Croatie Croatie 4,1 4,2 1,0
Drapeau de la Hongrie Hongrie 9,5 9,9 0,9
Drapeau de l'Islande Islande 1,4 0,3 4,6
Drapeau de l'Irlande Irlande 15,4 4,7 3,2
Drapeau de la Lituanie Lituanie 3,0 2,9 1,0
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 1,3 0,5 2,6
Drapeau de la Lettonie Lettonie 2,3 2,2 1,0
Drapeau de Malte Malte 0,7 0,4 1,7
Drapeau de la Norvège Norvège 12,1 5 2,4
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 30,6 16,8 1,8
Drapeau de la Pologne Pologne 38,5 38,5 1,0
Roumanie Roumanie 8,3 21,4 0,4
Drapeau de la Russie Russie 157,0 143,3 1,1
Drapeau de la Suisse Suisse 15,5 8 1,9
Drapeau de la Suède Suède 18,4 9,6 1,9
Drapeau de la Slovénie Slovénie 2,7 2,0 1,3
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 3,4 5,4 0,6
Drapeau de la Turquie Turquie 43,9 76,4 0,6

Évolution de la fréquentation aux États-Unis et au Canada[modifier | modifier le code]

L'Amérique du Nord (États-Unis et Canada) constitue le plus grand marché cinématographique au monde en termes de recettes[5].

Nombre de films vus par habitant[6] :

Pays 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Drapeau des États-Unis États-Unis et Drapeau du Canada Canada 5,2 4,9 4,8 4,4 4,4 4,4 4,2 4,3 4,1 3,9

Évolution de la fréquentation en France[modifier | modifier le code]

Après une période où le cinéma a cherché son modèle d'exploitation à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, l'industrie cinématographique s'est organisée avec la construction de salles dédiées au sein d'établissements démesurés (en 1920, il y a 11 salles de plus de 2000 places à Paris). Le cinéma s'impose alors comme un lieu de consommation culturelle de masse. Contrairement au théâtre, la salle de cinéma abandonne toute stratification sociale avec un espace commun. La fréquentation du cinéma, qui concerne un public plus large que le théâtre et l'opéra (car moins coûteux), explose et les spectateurs reviennent régulièrement.

L'avènement du parlant permet au cinéma français de reprendre sa place prépondérante dans les années 1930 après l'avoir abandonné au cinéma américain qui domine les années 1920 face à une industrie en crise.

Cette hausse tendancielle de la fréquentation dure jusqu'à la fin des années 1950. En 1933, le cinéma représente 60 % des recettes des spectacles à Paris contre un tiers 10 ans plus tôt[7]. 1930 est une date importante car pour la première fois, le cinéma représente la majorité des recettes du monde du spectacle. Paradoxalement, la fréquentation est plus fortement affectée par la crise des années 1930 que par la seconde guerre mondiale. Contrairement, à ce qu'on observe aux États-Unis, la fréquentation chute à partir de 1931 (après une hausse de pourtant de 33 et 16 % en 1930 et 1931[8]) et de nombreuses salles ferment.

L'exploitation doit s'adapter en baissant les prix, en offrant des double-programmes et des actualités. En 1945, il y a, à nouveau, 357 millions de spectateurs en France[9]. Les spectateurs préfèrent les films français et ses stars. C'est le développement de la télévision qui conduit certains à rester chez eux et à moins fréquenter les salles. De même, la voiture amène des changements de modes de vie. La chute de la fréquentation est compensée par la hausse du prix des billets qui accroit encore l'abandon des salles par les classes populaires. Ainsi, entre 1960 et 1990, le prix d'une place à-t-il été multiplié par 17 alors que les prix ont en moyenne été multipliés par seulement 7 sur la période[10].

La fréquentation connait une phase de stabilité dans les années 1970 et au début des années 1980 car l'influence de l'équipement des ménages en téléviseur s'amoindrit[11], ceux qui s'équipent étant soit déjà des téléspectateurs qui ont adapté leur consommation (les jeunes), soit des ménages moins consommateurs de films. La jeune génération est devenue une génération habituée aux films, notamment grâce à la télévision qui popularise le cinéma par son effet démultiplicateur de l'audience des œuvres cinématographiques. Néanmoins, la baisse reprend avec la création et la multiplication des chaînes de télévision privées qui offrent une grande quantité de films en produit d'appel.

Dans les années 1990, le développement des multiplexes permet un nouveau mode de consommation du cinéma. En créant des établissements modernes, plus attractifs et plus accessibles (la plupart sont situés dans des zones commerciales de périphérie), les exploitants de salle de cinéma inversent la tendance : la fréquentation repart à la hausse[12]. Les multiplexes permettent de toucher une population plus large (34,8 millions de français sont allés au cinéma en 2005 contre 30,8 millions en 1997[13]), et accueillent désormais près de 60% des spectateurs français[14].

À la fin des années 1990, le lancement de formules d'abonnement illimitées permet de stimuler la fréquentation des spectateurs assidus, avec un effet positif sur la fréquentation, par l'accroissement du taux d'occupation des fauteuils des cinémas concernés[15].

Les années 2000 voient peser une nouvelle menace sur les cinémas : le piratage. En effet, il n'est désormais plus nécessaire d'attendre la sortie d'un film en vidéo (VHS ou DVD) pour le regarder chez soi, grâce à des internautes filmant l'écran de cinéma durant toute la durée du film avec une caméra numérique, et mettant le film en ligne sur les réseaux peer to peer. Ces films sont ensuite encodés de manière à pouvoir tenir sur un CD de 700 Mo, et ainsi pouvoir les lire sur des lecteurs DivX peu onéreux. Cependant, la qualité visuelle et sonore des vidéos étant souvent très mauvaise, l'expérience de visionnage en est fortement affectée, et de fait, le piratage a eu peu d'influence sur les entrées en France, ces dernières franchissant même la barre des 200 millions d'entrées en 2009.

Le statut de loisir collectif du cinéma[16] semble finalement être un solide rempart contre les autres formes de diffusion des films.

Année Nb d'entrées (millions)[17] Nb d'entrées par habitant[18] Nb de films distribués Nb de films millionnaires[19] Part des films français
1909 10[20] 0,2
1925 110[21] 2,7 ND[22] 20 %[23]
1935 70 %[24]
1938 452,5 10,8 40 / 45 %[25]
1939 373,3 8,9 40 / 45 % [25]
1940 255,6 6,2
1941 ND[26]
1942 281,5 7,1 85 %[24]
1943 304,5 7,6 85 %[27]
1944 245,4 6,3 85 %[24]
1945 402,0 9,0 131 50 55 %
1946 369,0 9,2 196 121 46,2 %
1947 423,7 10,4 375 146 43,5 %[28]
1948 402,0 9,8 412 141 44,1 %
1949 387,7 9,3 421 148 42,4 %
1950 370,7 8,9 401 150 45,1 %
1951 372,8 8,9 426 152 47,2 %
1952 359,6 8,5 390 125 48,7 %
1953 370,6 8,7 437 133 47,0 %
1954 382,8 8,9 384 137 46,8 %
1955 394,8 9,1 356 155 46,7 %
1956 398,8 9,1 376 153 48,0 %
1957 411,6 9,3 393 132 50,0 %
1958 371,0 8,3 368 110 48,6 %
1959 353,7 7,9 377 122 49,5 %
1960 354,6 7,8 398 97 51,2 %
1961 328,3 7,2 363 91 51,2 %
1962 311,7 6,7 379 84 50,9 %
1963 291,2 6,1 357 69 48,9 %
1964 275,8 5,7 378 62 48,8 %
1965 259,1 5,3 389 55 52,5 %
1966 234,2 4,8 392 49 51,0 %
1967 211,5 4,3 384 37 52,1 %
1968 203,2 4,1 409 49 50,0 %
1969 183,9 3,7 408 43 46,3 %
1970 184,4 3,6 388 40 49,0 %
1971 177,0 3,5 422 41 53,0 %
1972 184,4 3,6 452 42 53,5 %
1973 176,0 3,4 521 38 58,5 %
1974 179,4 3,4 376 41 53,9 %
1975 181,7 3,5 501 41 50,4 %
1976 177,3 3,4 470 34 51,1 %
1977 170,3 3,2 477 30 46,5 %
1978 178,5 3,4 385 41 46,1 %
1979 178,1 3,3 466 30 50,1 %
1980 175,4 3,3 454 36 47,1 %
1981 189,2 3,5 438 41 49,7 %
1982 201,9 3,7 356 43 53,4 %
1983 198,9 3,6 388 49 46,8 %
1984 190,9 3,5 363 46 49,3 %
1985 175,1 3,2 336 41 44,5 %
1986 168,1 3,0 372 37 43,7 %
1987 136,9 2,5 363 30 36,1 %
1988 124,7 2,2 406 25 39,1 %
1989 120,9 2,1 358 28 34,3 %
1990 121,9 2,2 324 30 37,5 %
1991 117,5 2,1 361 30 30,6 %
1992 116,0 2,0 326 29 35,0 %
1993 132,7 2,3 346 32 35,1 %
1994 124,4 2,2 357 32 28,3 %
1995 130,2 2,3 350 35 35,2 %
1996 136,7 2,4 366 32 37,5 %
1997 149,3 2,6 397 39 34,8 %
1998 170,6 2,9 442 39 27,8 %
1999 153,6 2,7 531 41 32,8 %
2000 165,8 2,8 539 38 28,5 %
2001 187,5 3,2 534 48 41,2 %
2002 184,4 3,1 488 44 34,9 %
2003 173,5 2,9 524 47 34,9 %
2004 195,8 3,2 560 51 38,5 %
2005 175,6 2,9 550 46 36,6 %
2006 188,8 3,1 599 45 44,6 %
2007 178,5 2,8 582 42 36,5 %
2008 190,3 3,0 576 48 45,4 %
2009 201,6 3,1 588 54 36,8 %
2010 207,1[29] 3,2 579 54 35,8 %
2011 217,2[29] 3,3 594 54 40,9 %
2012 203,6[29] 3,1 615 55 40,3 %
2013 193,6[29] 2,9 654 55 33,3 %
Année Nb d'entrées (millions) Nb d'entrées par habitant Nb de films distribués Nb de films millionnaires Part des films français

Le paradoxe de l'évolution de la fréquentation cinématographique[modifier | modifier le code]

Alors que la fréquentation a tendanciellement baissé depuis 40 ans, la demande en films n'a cessé de progresser avec la multiplication des chaines de télévision, notamment spécialisées sur le cinéma, la vidéo puis du DVD, ainsi que des nouvelles formes de diffusion (mobile, vod ...). En conséquence, on parle de crise du cinéma de façon continue alors que l'argent n'a jamais été aussi abondant pour la production de films. Même les recettes en salles ont progressé, y compris pendant la période 1965/1985, grâce à l'augmentation du prix du billet.

Par ailleurs, les télévisions ont commencé à moins s'intéresser aux films dans les années 2000[30] car elles les jugeaient comme des produits non exclusifs du fait de leur passage en salles, en vidéo et sur les télévisions payantes. Pourtant, le spectateur au contraire se montrait plus intéressé par les films au point que la fréquentation repartait à la hausse.

Une préférence pour le cinéma américain[modifier | modifier le code]

Si l'on constate aujourd'hui que la part des films américains dans la fréquentation cinématographique française est prépondérante, il n'en a pas toujours été ainsi jusqu'au milieu des années 1980. Au contraire même, le cinéma français est resté majoritaire au box-office avec une part de marché supérieure ou proche de 50 % jusqu'à cette date (avec des pointes à 58 % en 1973). Au début des années 1980, le box-office français faisait même figure d'exception en Europe où le cinéma américain était devenu prépondérant, ayant réduit les ambitions internationales des cinémas anglais, allemand et italien.

Pourtant depuis 1987, la part du cinéma français s'établit désormais entre 35 et 40%, laissant le cinéma américain dépasser les 50 % (Depuis la fin des années 1980, le cinéma français n'a dépassé le cinéma américain qu'en 2008 grâce au succès de Bienvenue chez les Ch’tis qui a pesé pour plus de 10 points de part de marché cette année-là).

Plusieurs explications se combinent pour l'expliquer :

  • Le cinéma français reste généralement préféré par les plus de 35 ans mais le public des jeunes s'est accru à partir des années 1950 et a pris en France une importance plus grande après mai 68, ce qui a été surtout bénéfique aux productions américaines. En effet, l'allongement de la durée des études, couplé à l'amélioration du pouvoir d'achat des ménages, a permis l'essor d'un nouveau public jeune et solvable. Or, ce public trouve dans le rêve américain et ses figures légendaires une vision idéalisée qui contraste avec la société française qu'on lui présente et que le cinéma français de l'après nouvelle vague met en scène (les films de Philippe Labro, Claude Sautet, Yves Boisset, Claude Chabrol ...).
  • l'anti-américanisme perd de sa puissance avec le reflux de l'influence des idées communistes dans la société française. La langue anglaise n'est plus totalement perçue comme une langue d'un autre pays, mais elle devient une langue internationale. Ce mouvement a été d'autant plus fort que parallèlement le cinéma américain s'est enrichi de l'apport de cinéastes immigrés souvent européens.
  • la télévision française privée qui se développe à partir de 1984 (Canal+, La 5 et TV6) doit respecter des quotas de diffusion de films français - au moins la moitié - qui banalise ce type d'œuvres et le public trouve naturellement moins légitime de se déplacer en salles et de payer pour ce qu'il peut si facilement voir de chez lui gratuitement.
  • la qualité des salles qui s'est améliorée devient un lieu qui privilégie les films à grand spectacle qui restent essentiellement l'apanage du cinéma américain avec ses effets spéciaux et ses budgets importants visibles à l'écran (d'ailleurs les films français qui proposeront un spectacle ambitieux, souvent basé sur une œuvre littéraire, rencontreront le public)
  • la puissance du cinéma américain, fruit de la première puissance économique mondiale, se base sur des sociétés de production, de distribution et d'exploitation particulièrement performantes (les majors américaines). Il en ressort une capacité à faire des films de qualité, variés, adaptés aux tendances de l'évolution des sociétés occidentales avec un marketing dont les résultats sont testés régulièrement.
  • Le marché américain permet de produire plus de 500 films par an dont seulement les plus prometteurs qui auront été testés sur le marché américain seront distribués en Europe et donc en France. Ne parviennent que les 150 qui ont le plus gros potentiel. Ainsi, un film américain dispose-t-il d'un budget en espace publicitaire deux fois plus important que pour un film français (670 000 euros contre 360 000 euros en 2005[31]). Il parait alors logique que leur taux de succès soit élevé.
  • Enfin, tous ces effets sont cumulatifs. D'une part, le spectateur français s'est habitué aux films de culture américaine. D'autre part, la satisfaction à un type de film crée une envie de revivre une expérience similaire, phénomène que les studios américains exploitent en proposant régulièrement des suites à leurs succès.

Ce phénomène se retrouve dans la plupart des pays développés. Parallèlement, des cinémas comme l'Inde, culturellement plus éloignés, résiste avec un cinéma national qui représente 90 % des entrées[32].

Saisonnalité de la fréquentation cinématographique[modifier | modifier le code]

De nos jours, à Londres

Le box-office est lié à trois types de saisonnalité :

  • La fréquentation est en effet plus forte le jour de sortie des films compte tenu du caractère événementiel de cette journée et du marketing renforcé ce jour là (campagne d'affichage, critiques, bandes-annonces à la télévision ...). Afin de profiter d'un événement lié au film (projection à Cannes) ou d'un jour férié (Spiderman 3 a battu les records du 1er jour en sortant un mardi 1er mai), le jour de sortie peut être déca lé. La volonté des studios de faire des sorties mondiales (pour créer un évènement mondial et éviter le piratage) les amène à organiser les sorties en même temps dans la plupart des pays pour les grosses sorties.
  • la disponibilité du public est évidemment un critère essentiel. le week-end et les jours fériés en raison de la disponibilité du grand public en général et le mercredi en raison de la disponibilité du public des lycéens. Le lundi, jour "chomé" pour une partie du public travaillant le samedi bénéficie également d'une prime.
  • les promotions tarifaires périodiques stimulent la fréquentation. Le printemps du cinéma rassemble ainsi 3 millions de spectateurs en trois jours en mars et la fête du cinéma 4 millions en trois jours autour du 21 juin. Dans les années 1980, le lundi bénéficiait également d'une prime en raison d'un tarif réduit pour tous ce jour là (en 1985, le lundi représentait 19 % des entrées de la semaine contre 10 % dans les années 2000 où ces conditions tarifaires ont disparu).
Jour Part dans la semaine (2013)[29]
Lundi 9,6 %
Mardi 11,6 %
Mercredi 12,4 %
Jeudi 10,5 %
Vendredi 13,1 %
Samedi 21,8 %
Dimanche 21,0 %
Total 100 %

De plus, la fréquentation dépend de facteurs exogènes :

  • la météo. Le public hésite à aller en salles s'il fait beau. Ce constat est néanmoins de moins en moins vérifié depuis quelques années, le public hésitant moins à aller au cinéma en été sous l'effet d'une offre qui s'est étoffé et d'une amélioration de la climatisation des salles (entre 1994 et 2000, le nombre de spectateurs en juillet/août a augmenté régulièrement de 8 % par an contre une hausse moyenne de 5 % sur l'année entière[33]. Aux États-Unis, la fréquentation est déjà historiquement forte l'été car les salles sont devenus un refuge face à la chaleur grâce à des salles climatisées depuis longtemps.
  • les événements concurrents. Une coupe du monde ou un débat présidentiel ont une influence notable sur la fréquentation d'une soirée ou d'une semaine. Ainsi, pendant la coupe du monde 2006 en Allemagne, le box-office a-t-il connu ses pires semaines de l'année, y compris lors de la fête du cinéma - du 25 au 27 juin 2006 - où le mardi a enregistré une baisse de 30 % par rapport à la journée correspondante 2005. Les éléments externes peuvent néanmoins être favorables comme les grêves d'enseignants, très bénéfiques au cinéma.

Par ailleurs, il y a une saisonnalité endogène aux films projetés car l'économie cinématographique demeure une industrie d'offre : le public se déplace pour un film plus que pour la sortie. Ainsi, il arrive fréquemment que la fréquentation augmente de plus de 50 % d'une semaine sur l'autre ou par rapport à l'année précédente sans éléments extérieurs lorsqu'un film grand public rencontre le succès. Le succès du film se construit alors sur la capacité à faire déplacer le public et non sur sa capacité à pousser le public à arbitrer en sa faveur au détriment des autres films proposés. En 1998, la fréquentation cinématographique de l'année a augmenté du fait d'un seul film : Titanic. Non seulement, il a amené un public qui ne se déplace que très rarement en salles, mais il a aussi augmenté l'envie de cinéma dans les semaines qui ont suivi.

Mois Part dans l'année (2013)[29]
Janvier 7,5 %
Février 7,4 %
Mars 9,9 %
Avril 8,6 %
Mai 8,9 %
Juin 7,1 %
Juillet 7,0 %
Août 7,7 %
Septembre 5,3 %
Octobre 9,2 %
Novembre 9,5 %
Décembre 11,9 %
Total 100 %

On constate que les mois d'automne et hiver avec des vacances sont les plus porteurs (plus de 8 % des entrées de l'année). À l'inverse, septembre souffre de la rentrée des classes, du temps d'été qui se prolonge et, peut-être d'après certains observateurs[34], de la perspective du paiement des impôts.

Détail de l'évolution dans plusieurs pays[modifier | modifier le code]

Évolution de la fréquentation en millions d'entrées[3],[35],[36],[37],[38],[39],[40],[41],[42],[43],[44],[45]
Année Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau de l’Union européenne Europe Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau du Japon Japon Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la République populaire de Chine Chine Drapeau de l'Inde Inde Drapeau du Brésil Brésil Drapeau du Mexique Mexique Monde Monde
1946 1635 4700
1955 819 767 1182 2070 869
1965 663 320 326 420 1288 373
1975 513 213 116 255 1328 174 75 490 275,4 220
1980 241 143,8 101 176 1020 164,4 56,6 164,8
1981 215 141,3 82 173,7 1055 149,5 44,4 127,6
1982 195 124,5 64 156 692 1165 155,3 42,7 4700 127,9[46]
1983 163 125,3 66 141 659 1173 170,4 60 4700 106,5
1984 131 112,1 60 119 713 1190 150,5 43,9 89,9[47] 363[48]
1985 123 104,2 70 104 674 1056 155,1 48 91,3
1986 125 105,2 73 84 658 1017 160,8 47,2 4000 127,6
1987 113 108,1 75 80 641 1089 143,9 48,6 4000 120[49]
1988 93 108,9 76 70 593 1085 144,8 52,2 110 302[48]
1989 95 101,2 97 78 605 1133 143,6 55,3 115 246[48]
1990 93 102,5 98 78 595 1189 146 54 4700 95 197
1991 88,6 120 100,3 79,1 605 1141 138,3 52 95,1 170
1992 83,6 105,9 103,6 83,3 587 1173 125,6 47 4800 75 134
1993 92,2 130,5 113,2 87,7 666 1244 130,7 36 5250 70 87
1994 98,3 132,8 124 89,1 677 1292 123 47,5 75 69
1995 90,7 124,5 114,9 94,6 662 1263 127 45,1 75,4 130 3380[50] 85 65 6361
1996 96,5 132,9 132,8 104,3 708 1339 119,6 42,2 49,8 140 3380[50] 62 75 6576
1997 102,8 143,1 139,3 105 764 1388 140,7 47,5 55 125 3580 86,8 95 6782
1998 118,5 148,9 135,4 112,1 821 1438 153,1 50,2 50 121 2860 70 104[51] 6294
1999 103,5 149 139,1 131,3 811 1440 144,7 54,7 39,5 2970 70 120[52] 6386
2000 104,2 152,5 142,5 135,3 844 1385 135,4 64,6 42,8[53] 72 130
2001 113,3 177,9 155,9 146,8 929 1437 163,3 89,4[54] 60[53] 135 76,0 139
2002 115,6 163,9 175,9 140,7 1002 1570 160,8 105,1[54] 65[53] 140 2860 90,8[55] 152
2003 110,5 149 167,3 137,5 959 1520 162,3 119,5[54] 61,2[53] 3420 105,0 137
2004 116,3 156,7 171,3 143,9 1016 1500 170,1 135,2[54] 76,6[53] 137,5 3591 117,4 163
2005 105,6 127,3 164,7 127,6 901 1380 160,5 145,5 83,6 157,2 3770 93,6 163 7372
2006 106,1 136,7 156,6 121,6 934 1395 164,3 153,4 91,8 176,2 3997 90,2 165 7761
2007 116,4 125,4 162,4 116,9 923 1399 163,2 158,8 105 195,8 3290 89,3 175 7073
2008 111,6 129,4 164,2 107,8 928 1341 160,5 150,8 118 209,8 3251 89,1 182 7033
2009 111,7 146,3 173,5 110 982 1415 169,3 157 132 263,8 2917 112,7 178 6961
2010 120,6 126,6 169,2 101,6 965 1342 174,4 149,2 155,9 290 2706 134,9 189,6 6664
2011 112,1 129,6 171,6 98,3 969 1284 144,7 159,8 152,6 370 2940 143,9 204,9 6984
2012 100,1 135,1 172,5 94,2 947 1362 155,2 194,9[54] 157 473[56] 148,9[57] 226[58]
2013 106,7 129,7 165,5 79 908 1344 155,9 213,3[54] 173,5 566[59] 149,5[60] 257,3[61]
Année Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de l'Espagne Espagne Drapeau de l’Union européenne Europe Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau du Japon Japon Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Drapeau de la Russie Russie Drapeau de la République populaire de Chine Chine Drapeau de l'Inde Inde Drapeau du Brésil Brésil Drapeau du Mexique Mexique Monde Monde

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : CNC (cité par René Bonell dans La 25e image (Ed. Gallimard)- Les chiffres de la France en 1985 et 1995 ont été ajustés à partir des données calculées dans le tableau supra, car ils étaient en décalage, fortement pour 1995, avec la réalité (respectivement 3,4 et 3,0 cités par René Bonell dans son tableau pour 1985 et 1995)
  2. Senat.fr ; rapport du sénat, tableau en bas de la page 1950-1985 Consulté le 23 février 2014.
  3. a et b Obs.coe.int ; rapport 2014 Consulté le 23 février 2014.
  4. Article Statistiques sur l'Union européenne
  5. Nouvelobs.com ; la Chine deuxième derrière les États-Unis Consulté le 23 février 2014.
  6. Motion Picture Association of America - Theatrical Market Statistics
  7. Le cinéma en France - Fabrice Montebello (2005 - Armand Colin cinéma)
  8. cité dans le Rapport d'information n° 308 des sénateurs Michele Thiollère et Jack Ralite
  9. De 1945 à 1955 : source Ciné-passions (Éditions Dixit) - Simon Simsi - Le Rapport d'information n° 308 des sénateurs Michele Thiollère et Jack Ralite cite le chiffre de 400 millions de spectateurs qui est également cité par La revue du cinéma n364 (septembre 1981). Il semble que ce chiffre de 400 millions soit l'ancienne estimation qui a longtemps prévalu avant la recherche menée sous la direction de Simon Simsi par Mme Catherine Levé
  10. Rapport d'information n° 308 des sénateurs Michele Thiollère et Jack Ralite
  11. les deux tiers des ménages ont un téléviseur en 1970
  12. Lesechos.fr ; "Une enquête du CNC réhabilite les multiphexes" consulté en 2014.
  13. cnc.fr Bilan 2006 public cinéma consulté en 2010.
  14. Next.liberation.fr ; "Les multiplexes ne cessent de gagner du terrain" consulté en 2014.
  15. Leparisien.fr ; "UGC fait salle comble" consulté en 2014.
  16. Commeaucinema.com ; "Le cinéma affirme son statut de loisir collectif" consulté en 2014.
  17. Cnc.fr fréquentations des salles : pièce jointe consulté le 26 mai 2012
  18. Ajusté avec les données INSEE : Évolution de la population jusqu'en 2012
  19. Films ayant dépassés les 1 millions d'entrées en France, d'après -Ciné-passsions de Simon Simsi aux éditions Dixit (1945-2010), Imprimé en février 2012, chiffres Officiels du CNC et Jpbox-office.com pour les années depuis 2010 (reprises non comprises, excepté les reprises en 3D et les éditions spéciales).
  20. Les dernières séances - Claude Forest (1998 - CNRS Éditions)
  21. L'argent du cinéma - Claude Forest (2002 - Ed. Belin Sup)
  22. On dénombre 122 films français produits cette année-là d'après George Sadoul et repris dans La revue du cinéma n°364 (septembre 1981), mais à l'époque, un grand nombre de films étaient des courts métrages.
  23. la part du cinéma américain est de 77 % selon Guback Thomas dans Hollywood International market (cité par Tino Balio dans The American Film Industry - University of Washington Press - 1985)
  24. a, b et c Catallaxia.org le cinéma français, Chronique d'une liaison dangereuse consulté le 27 mai 2012
  25. a et b Georges Sadoul - Histoire du cinéma mondial page 339 (Flammarion - 1949) - La revue du cinéma n364 (septembre 1981) - page 65 - cite le chiffre de 40/45 % avant la guerre des recettes pour les films français, 85 % sous l'occupation et 55 % (42 % à Paris) en 1945
  26. Site Catallaxia, le cinéma français : Les spectateurs français boudaient les productions de l’industrie nazie. Après un certain succès de curiosité au départ, rapidement le nombre des entrées chutât.
  27. Georges Sadoul - Histoire du cinéma mondial page 339 (Flammarion - 1949)
  28. Georges Sadoul cite 38 % des recettes salles dans Histoire du cinéma mondial page 339 (Flammarion - 1949)
  29. a, b, c, d, e et f Cnc.fr ; "Publications - bilan 2013" Consulté le 9 juin 2014.
  30. TF1 a abandonné en 2006 le rendez-vous hebdomadaire du film du dimanche soir
  31. Source TNS Media Intelligence cité dans le Bilan 2005 du CNC
  32. Senat.fr ; rapport "L'Inde aux deux visages" consulté le 26 février 2014.
  33. Bulletin CNC info n°281
  34. Le marketing du cinéma - Jean-François Camilleri (2006 - Dixit)
  35. Obs.coe.int ; document "Le marché mondial du film" Consulté le 23 février 2014.
  36. prep-cncfr.seevia.com ; CNC info n°283 Bilan 2001 Consulté le 23 février 2014.
  37. Books.google.fr ; box-office de cinq pays européens, et cumul européen page 62 Consulté le 23 février 2014.
  38. [PDF]Insee.fr ; dossier pdf série longue depuis 1998 à 2011 Consulté le 23 février 2014.
  39. [PDF]Uis.unesco.org ; dossier Unesco 2013 page 18 Consulté le 24 février 2014.
  40. Insidekino.de ; cumuls annuels pour l'Allemagne rangée "besucher" Consulté le 23 février 2014.
  41. Uis.unesco.org ; table Unesco 2005-2011 Consulté le 24 février 2014.
  42. Eiren.org ; Statistics Consulté le 15 mars 2014.
  43. (en)Screenville.blogspot.fr ; Monde Cinéma statistiques Consulté le 26 février 2014.
  44. (en)Sreenaustralia.gov.au ; Statistics admissions Consulté le 15 mars 2014.
  45. (en)Boxofficemojo.com ; Yearly Consulté le 15 mars 2014.
  46. Oca.ancine.gov.br ; Espectadores Films Brasil Consulté le 15 mars 2014.
  47. Oca.ancine.gov.br ; Espectadores Brasil Consulté le 15 mars 2014.
  48. a, b et c Cineclubdecaen.com ; analyse cinéma mexicain Consulté le 24 février 2014.
  49. Ie.ufrj.br ; seminarios pdf Consulté le 15 mars 2014.
  50. a et b nationmaster.com ; Histoire 1995-1999 Consulté le 27 février 2014.
  51. Difusioncultural.uam.mx ; revista mai 2000 Consulté le 21 mars 2014.
  52. Imcine.gob.mx ; asistentes a ver cine en mexico Consulté le 21 mars 2014.
  53. a, b, c, d et e Unifrance.org ; "évolution du paysage cinématographique Russe" Consulté le 23 février 2014.
  54. a, b, c, d, e et f [PDF]Koreanfilm.or.kr ; "publication cinéma coréen 2013 pdf" Consulté le 24 février 2014.
  55. Filmeb.com ; publico Consulté le 15 mars 2014.
  56. Challenges.fr ; les chinois admiratifs du modèle francais Consulté le 24 février 2014.
  57. Filmeb.com.br ; publico Consulté le 15 mars 2014.
  58. Eleconomista.com.mx ; mexico industria cine Consulté le 15 mars 2014.
  59. Lenouveleconomiste.fr ; succès et insuccès du cinéma chinois Consulté le 24 février 2014.
  60. Inaglobal.fr ; "Les chiffres en trompe-l’œil du cinéma brésilien" Consulté le 25 février 2014.
  61. Elfinanciero.com ; cine mexicano record Consulté le 15 mars 2014.