Frédéric de Trenck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couverture de ses mémoires

Frédéric, baron de Trenck, né le 16 février 1726 à Kœnigsberg, mort le 25 juillet 1794 à Paris, servit d'abord dans l'armée prussienne.

Il était le cousin de Franz de Trenck.

Doté de tous les avantages extérieurs, il fut aimé de la princesse Anne Amélie de Prusse, sœur de Frédéric II ; leur liaison ayant été découverte. Le roi l'enferma dans une étroite prison (1745).

Il parvint à s'évader, se réfugia à Moscou, où il se fit aimer d'une princesse russe ; puis à Vienne, où il recueillit l'héritage de son cousin, après avoir abjuré le luthéranisme.

Étant rentré en Prusse pour affaires de famille (1753), il tomba entre les mains du roi qui le retint pendant dix ans prisonnier à Magdebourg.

Il put néanmoins épouser la princesse après la mort du roi en 1786. Celle-ci, qui l'avait attendu plus de quarante ans, s'éteignit peu après.

Il vint en France au commencement de la Révolution et fut arrêté sous la Terreur comme émissaire secret du roi de Prusse. Bien qu'il se fût déclaré partisan du nouveau régime, il périt sur l'échafaud deux jours avant la chute de Robespierre et la fin de la Terreur.

Il a publié de nombreux écrits et des Mémoires sur sa vie, qui offrent un vif intérêt. Ils ont été traduits en français par lui-même, Paris, 1788-1789, 3 volumes (le 3e contient les Mémoires de son oncle).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Trenck, film allemand de 1932.
  • Les aventures du baron von der Trenck série télé allemande.
  • Le téléfilm en deux parties Trenck — Zwei Herzen gegen dir Krone, avec Ben Becker et Alexandra Maria Lara[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.