Frédéric Labadie-Lagrave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labadie et Lagrave (homonymie).

Frédéric Labadie-Lagrave (1844 – 1917) était un médecin français, auteur ou traducteur de plusieurs ouvrages de médecine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Nérac, Lot-et-Garonne[1], Labadie-Lagrave étudie la médecine à Paris. Encore interne durant la Guerre franco-allemande de 1870, il sauve un gros convoi et est décoré à Metz. Il devient médecin en 1873. En 1879 il est médecin des hôpitaux à Paris, pratiquant entre autres à l'Hôpital de la Charité.

Il écrit avec Germain Sée (1818–1896) Médecine clinique ; on lui doit notamment des pages sur l'urologie, sur les maladies du foie, des reins et des voies biliaires. Il recueille les leçons de Sée sur le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques et les fait publier.

Il est l'auteur, avec Félix Legueu (1863–1939), d'un Traité médico-chirurgical de gynécologie qui fait époque.

Il collabore au Nouveau dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques de Sigismond Jaccoud (par exemple les articles goutte, hydrophobie, méninges, nerfs).

De l'anglais, Labadie-Lagrave traduit le Traité des maladies du système nerveux de W. A. Hammond, premier ouvrage américain de neurologie ; de l'allemand, le Traité pratique des maladies des reins de S. Rosenstein et De la température dans les maladies de K. A. Wunderlich, qui a été un tournant dans l'histoire de la prise de température en médecine.

Il prend sa retraite en 1909.

Publications[modifier | modifier le code]

Listes de publications[modifier | modifier le code]

Publications choisies[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]