Frédéric III du Palatinat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric III du Palatinat
Frédéric III le Pieux
Frédéric III le Pieux
Titre
Comte palatin du Rhin, électeur
1559 – 1576
Prédécesseur Othon-Henri
Successeur Louis VI du Palatinat
duc de Simmern
1557 – 1576
Prédécesseur Jean II de Simmern
Successeur Louis VI du Palatinat
Biographie
Dynastie Maison de Wittelsbach
Date de naissance 14 février 1515
Lieu de naissance Cologne
Date de décès 26 octobre 1576
Lieu de décès Heidelberg
Père Jean II de Simmern (1492-1557)
Mère Béatrice de Bade (1492-1535)
Fratrie Georges de Simmern-Sponheim (1518–1569), Richard de Simmern-Sponheim (1521–1598)
Conjoint Marie de Brandebourg
Enfant(s) Louis, Élisabeth (1530-1594), Jean Casimir (1543-1592), Dorothée-Suzanne (1544-1592), Anne-Elisabeth de Wittelsbach (1549-1609), Cunégonde-Jacobée
Entourage Tilemann Hesshus
Religion calvinisme

Frédéric III du Palatinat Frédéric III du Palatinat
Comte palatin du Rhin

Frédéric III le Pieux, Électeur palatin du Rhin (14 février 151526 octobre 1576), était un seigneur souverain de la maison de Wittelsbach, de la branche Palatinat-Simmern-Sponheim. Fils de Jean II de Simmern et arrière petit fils d'Étienne de Bavière, il hérita le Palatinat de l'électeur palatin Otto-Henri (Ottheinrich) mort sans enfants en 1559. Converti au calvinisme et très pieux, il fit du calvinisme la religion officielle de ses États. C'est sous sa surveillance que fut élaboré le Catéchisme de Heidelberg. Son soutien au calvinisme permit à cette branche religieuse de prendre pied dans le Saint-Empire romain germanique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut éduqué dans la foi catholique la plus stricte à la cour de son père et à Cologne ; mais, influencé par son épouse, la pieuse princesse Marie de Brandebourg, qu'il avait épousée en 1537, il se convertit à la Réforme en 1546 et la professa publiquement. Il succéda à son père Jean II comme duc de Simmern le 18 mai 1557, et devint électeur le 12 février 1559 à la mort d'Otto Henri. Sous le règne de son prédécesseur, des luthériens stricts comme Tilemann Hesshusen, des mélanchthoniens et des calvinistes avaient pris place dans le Palatinat. Au cours de l'été 1559, de violentes controverses les opposèrent. Des thèses sur la Sainte-Cène, amorcées par le diacre Heidelberg Klebitz, provoquèrent une aigre controverse entre lui et Hesshusen.

Après l'échec des efforts de médiation, Frédéric les déposa tous les deux le 16 septembre. Pour se faire une idée claire de la controverse, Frédéric passa des jours et des nuits à étudier des questions de théologie, ce qui l'amena de plus en plus au point de vue réformé. Un débat qui eut lieu en juin 1560, entre les théologiens saxons Stössel et Mörlin et ceux de Heidelberg Boquin, Erast et Einhorn, augmentèrent l'aversion de Frédéric pour les fanatiques luthériens. Après la Convention de Naumburg (janvier 1561) Frédéric adopta complètement les dogmes réformés.

En mars 1561, il appela à Heidelberg Emmanuel Tremellius, et en septembre le célèbre Zacharias Ursinus. L'Église tout entière fut alors transformée. Caspar Olevian était là depuis janvier 1560. Les images des saints, les vêtements sacerdotaux, les fonts baptismaux, et d'autres « œuvres de l'idolâtrie», et jusqu'aux orgues, furent impitoyablement enlevés des églises. Dans la célébration de la Sainte-Cène, on introduisit la fraction du pain. Les revenus des monastères et les fondations furent confisqués et utilisés pour les œuvres de l'Église évangélique ou les aumônes. Le Catéchisme de Heidelberg élaboré par un groupe de théologiens sous la direction de Zacharias Ursinus[1] constitua dès lors la norme pour la doctrine et l'instruction de la jeunesse.

L'ordonnance de l'Église du 15 novembre 1563 et le consistoire de 1564 conclurent les changements. L'opposition des ministres qui penchaient pour le luthéranisme fut réprimée en exigeant leur démission. Parmi les luthériens, les mesures prises par Frédéric provoquèrent une grande agitation. Le colloque religieux qui se tint à Maulbronn en avril 1564 augmenta cette animosité. En 1565 l'empereur Maximilien ordonna d'annuler les changements effectués. À l'unanimité la diète qui se tint à Augsbourg en 1566 également exigea elle aussi leur abolition. Frédéric déclara toutefois lors d'une session de la diète le 14 mai qu'il s'agissait d'une question sur laquelle Dieu seul pouvait trancher, et que si elle avait l'intention d'engager des poursuites contre lui, il trouverait un réconfort dans les promesses de son Sauveur. Le décret n'eut pas de suite.

Après avoir achevé le travail de réforme dans le Palatinat rhénan Frédéric tenta de le continuer dans le Haut-Palatinat, mais là, il se heurta au zèle des luthériens. Il poursuivit son travail de réforme sur le Rhin par l'introduction en 1570 d'une discipline ecclésiastique stricte. Frédéric prononça la peine de mort contre l'antitrinitarien Johannes Silvanus en se fondant sur un avis signé par Olevianus, Ursinus, et Boquin le 23 décembre 1572.

En 1562, il donna Frankenthal comme refuge aux évangéliques chassés des Pays-Bas. En 1567 et de nouveau en 1576 il envoya en France son fils Jean-Casimir qui pensait comme lui[style à revoir] pour apporter son aide aux huguenots. En 1569, il aida également le comte Wolfgang de Deux-Ponts en Palatinat qui se rendait en France. Ses dernières années furent attristées par des afflictions domestiques. Comme son fils aîné Louis était un luthérien strict, il ne pouvait espérer qu'après sa mort son travail serait poursuivi dans le même esprit.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épousa en 1537 Marie de Brandebourg-Kulmbach, fille du Margrave de Brandebourg-Kulmbach, Casimir de Brandebourg-Kulmbach. De ce mariage, il eut:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fred H. Klooster, « The Priority of Ursinus in the Composition of the Heidelberg Catechism », dans Derk Visser, Controversy and Conciliation: The Reformation of the Palatinate 1559-1583, Penn.: Pickwick, Allison Park,‎ 1986, 73-100 p. (ISBN 9780915138739)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]