Frédéric III d'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frédéric III.
Frédéric III
L'empereur Fréderic III d'Allemagne.
L'empereur Fréderic III d'Allemagne.
Titre
Empereur allemand

(&&&&&&&&&&&&&0983 mois et 6 jours)
Chancelier Otto von Bismarck
Prédécesseur Guillaume Ier
Successeur Guillaume II
Roi de Prusse
Prédécesseur Guillaume Ier
Successeur Guillaume II
Biographie
Dynastie Maison de Hohenzollern
Nom de naissance Friedrich Wilhelm Nikolaus Karl von Hohenzollern
Date de naissance
Lieu de naissance Potsdam (Prusse)
Date de décès (à 56 ans)
Lieu de décès Potsdam (Empire allemand)
Père Guillaume Ier d'Allemagne
Mère Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach
Conjoint Victoria du Royaume-Uni
Enfant(s) Guillaume II d'Allemagne
Charlotte de Prusse
Henri de Prusse
Sigismond de Prusse
Victoria de Prusse
Waldemar de Prusse
Sophie de Prusse
Marguerite de Prusse

Frédéric III d'Allemagne
Rois de Prusse
Empereurs allemand

Frédéric III d’Allemagne (en allemand : Friedrich III von Deutschland), de son nom complet Frédéric Guillaume Nicolas Charles de Hohenzollern, roi de Prusse et empereur allemand, est né le à Potsdam, en Prusse, et décédé le dans cette même ville. Régnant du au 15 juin de la même année, il est le huitième roi de Prusse et le deuxième kaiser allemand.

Issu de la très conservatrice maison de Hohenzollern, Frédéric acquiert cependant, en grandissant, des idées libérales, qui lui viennent en partie de sa mère, Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach. Après des études mêlant à la fois formation militaire et arts libéraux, le jeune homme épouse, en 1858, la princesse royale Victoria du Royaume-Uni, qui le conforte dans ses idées progressistes. Peu à peu, le prince s’éloigne de son père, le roi Guillaume Ier de Prusse, et surtout du chef de son gouvernement, le ministre-président de Prusse Otto von Bismarck. Bien qu’héritier du trône, le prince est alors écarté des affaires politiques et cantonné à un rôle essentiellement représentatif.

Choqué par la politique bismarckienne « du sang et du fer », Frédéric n’en est pas moins désireux d’unifier l’Allemagne et d’en faire une grande nation en Europe. Plutôt opposé à la guerre, il s’illustre tout de même dans les conflits déclenchés par son pays dans les années 1860-1870 : guerre des Duchés (1864), guerre austro-prussienne (1866) et guerre franco-allemande (1870). Mais, malgré ses gloires militaires, le Kronprinz continue à être éloigné du pouvoir par son père. D’ailleurs, la proclamation de l’Empire allemand en 1871 ne s’accompagne, pour lui, d’aucune promotion politique.

Resté 27 ans héritier du trône, Frédéric succède finalement à son père comme roi de Prusse et empereur allemand le . Mais il est alors atteint d’un cancer du larynx avancé et il meurt après seulement 99 jours de règne, ce qui l’empêche de mener à bien les réformes dont il avait rêvé. Aujourd’hui encore, l’empereur Frédéric III est une personnalité controversée chez les historiens : tandis que certains considèrent qu’il aurait pu empêcher le déclenchement de la Première Guerre mondiale en faisant de l’Allemagne une démocratie libérale, d’autres pensent qu’il n’aurait pu réformer en profondeur son pays et doutent même qu’il en aurait eu la volonté.

Famille[modifier | modifier le code]

L'empereur Guillaume Ier d'Allemagne, 1884.

Frédéric[N 1] est le fils de l'empereur allemand Guillaume Ier (1797-1888) et de son épouse la princesse Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach (1811-1890).

Par son père, Frédéric est donc le petit-fils du roi Frédéric-Guillaume III de Prusse (1770-1840) et de son épouse la fameuse princesse Louise de Mecklembourg-Strelitz (1776-1810), tandis que, par sa mère, il descend du grand-duc Frédéric-Charles de Saxe-Weimar-Eisenach (1783-1853) et de sa femme la grande-duchesse Maria Pavlovna de Russie (1786-1859).

Le prince a une sœur, la princesse Louise de Prusse, née sept ans après lui, qui porte le prénom de sa fameuse grand-mère. Elle épouse le grand-duc Frédéric Ier de Bade en 1856 et donne naissance au grand-duc Frédéric II de Bade, à la reine Victoria de Suède et au prince Louis de Bade (1865-1888).

Le 25 janvier 1858, Frédéric-Guillaume épouse, à Londres, la princesse royale Victoria du Royaume-Uni (1840-1901), fille de la reine Victoria Ire du Royaume-Uni (1819-1901) et de son époux le prince consort Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (1819-1861).

Du mariage de Frédéric et de Victoria naissent huit enfants, parmi lesquels deux meurent avant l'adolescence :

Biographie[modifier | modifier le code]

Prince de Prusse[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

La duchesse Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach, mère de Frédéric-Guillaume.

Le prince Frédéric naît au Nouveau Palais de Potsdam, en Prusse, le 18 octobre 1831. Son père, le prince Guillaume de Prusse, est le deuxième fils du roi Frédéric-Guillaume III et le frère cadet du roi Frédéric-Guillaume IV. Ayant été élevé dans la stricte tradition militaire des Hohenzollern, il exerce la régence du royaume à partir de 1858. Au contraire, la mère de Frédéric-Guillaume, la princesse Augusta de Saxe-Weimar-Eisenach, a reçu une éducation beaucoup plus libérale et artistique que son époux. Elle est d'ailleurs bien connue, en Europe, pour ses idées progressistes. Le couple ne s'entend donc guère[1],[2],[3] et Frédéric et sa sœur, Louise, connaissent des enfances solitaires et difficiles[2],[4].

Malgré l'importance accordée par les Hohenzollern à la formation militaire, la princesse Augusta insiste pour que son fils reçoive également une éducation plus traditionnelle[4]. Élève brillant, le jeune garçon est particulièrement doué pour les langues étrangères et il parvient à maîtriser parfaitement l'anglais, le français et le latin. Frédéric, qui excelle également en gymnastique, étudie par ailleurs l'histoire, la géographie, la physique, la musique et la religion. En bon prince prussien, il devient finalement un cavalier accompli[5].

Initié très jeune aux choses militaires, Frédéric a dix ans lorsqu'il est nommé sous-lieutenant dans le Premier Régiment d'Infanterie de la Garde et décoré de l'ordre de l'Aigle noir. Une fois devenu adulte, sa famille espère qu'il s'implique davantage dans les affaires militaires[6] mais, à l'âge de dix-huit ans, il brise la tradition familiale en entrant à l'Université de Bonn. Ses années d'études universitaires et l'influence des personnalités les moins conservatrices de sa famille expliquent largement l'acquisition, par le prince Frédéric-Guillaume, d'idées très libérales[7].

L'impact des idées libérales sur l'Allemagne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Révolution de Mars.
Germania, représentation de la patrie allemande unifiée par Philipp Veit.

Frédéric grandit à une époque tumultueuse durant laquelle les idées libérales connaissent un fort engouement dans le monde germanique[8]. Le désir d'unifier l'Allemagne et d'y instaurer une monarchie constitutionnelle garantissant l'égalité de tous les citoyens devant la loi, la protection de la propriété privée et la reconnaissance des droits civiques se développe[9]. De fait, les libéraux souhaitent imposer à la Confédération germanique un gouvernement soumis à la volonté et à la représentation populaires[3].

En 1848, le jeune Frédéric a seize ans et le développement du sentiment national et des idées libérales en Allemagne aboutissent à l'éclatement d'une série de révolutions qui renversent différents monarques germaniques et européens. Dans les États allemands, le but des libéraux est de faire reconnaître les libertés fondamentales comme la liberté de réunion et la liberté de la presse ainsi que de créer un parlement et une constitution allemands[8],[10]. Mais, après quelques mois, les « révolutions de mars » sont balayées par les forces conservatrices. Pourtant, même s'ils échouent à maintenir en place leurs réformes, les libéraux restent très présents dans la vie politique allemande tout au long de la vie de Frédéric[11].

Un mariage arrangé mais heureux[modifier | modifier le code]

La famille royale britannique par Franz Xaver Winterhalter (1846).

Au XIXe siècle, les mariages princiers européens sont arrangés par les cours pour créer et renforcer les liens entre les États du continent. Dès 1851, la reine Victoria du Royaume-Uni et son époux, le prince Albert, font des projets pour marier leur fille aînée, la princesse royale Victoria qui vient d'avoir onze ans, à l'héritier du trône prussien, Frédéric. À l'époque, la famille royale de Grande-Bretagne est presque entièrement d'origine germanique : il y a très peu de sang anglais dans les veines de la reine Victoria et pas du tout dans celles de son époux[12].

La princesse royale Victoria du Royaume-Uni, épouse du prince Frédéric, par F. X. Winterhalter (1867).

Les souverains désirent donc maintenir leurs liens familiaux avec l'Allemagne. Le prince consort pense par ailleurs que l'entrée d'une princesse britannique dans la famille Hohenzollern pourrait permettre la libéralisation et la modernisation du royaume de Prusse. Le roi des Belges Léopold Ier, oncle de Victoria et d'Albert, intervient également pour favoriser le mariage de Frédéric avec la princesse royale. Pendant plusieurs années, il soutient ainsi l'idée du baron von Stockmar d'organiser une alliance entre la Grande-Bretagne et la Prusse[13]. À Berlin, la princesse Augusta est, elle aussi, très favorable à un mariage anglais pour son fils[14]. Cependant, son mari ne partage pas son avis et souhaiterait plutôt unir Frédéric à une grande-duchesse de Russie[12].

Les fiançailles de Frédéric et de Victoria sont annoncées en avril 1856[15] et leur mariage se déroule le 25 janvier 1858, à la Chapelle royale du Palais de Saint-James, à Londres. Bien qu'elle ait été arrangée, l'union des deux jeunes gens se révèle dès les premiers moments très heureuse. En effet, ayant reçu une éducation libérale, Victoria partage totalement les idées politiques de son époux[16],[17].

Relations avec son fils Guillaume[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guillaume II d'Allemagne.
Le jeune Guillaume de Prusse en 1874.

Très uni, le couple ne tarde pas à donner le jour à une nombreuse famille et son premier enfant, le prince Guillaume, voit le jour un an après son mariage, le . Mais l'accouchement se passe mal et le bébé naît avec un bras handicapé, probablement du fait d'une dangereuse présentation du siège ou bien alors d'une infirmité motrice cérébrale[18],[19].

En grandissant, Guillaume n'acquiert aucune des idées libérales de ses parents et sa mère le considèrent même comme un « complet Prussien »[20]. Leurs différences idéologiques creusent un profond fossé entre le prince et ses parents et leurs relations restent tendues tout au long de leurs vies[20],[21], d'autant que Bismarck fait tout son possible pour empirer la situation[N 2],[22].

Dédaignant les idées progressistes de ses parents et désirant les humilier publiquement, Guillaume II ne fait aucune référence à son père lorsqu'il lui succède sur le trône en 1888. Il déclare au contraire qu'il souhaite suivre la voie ouverte par son grand-père, Guillaume Ier[23]. Par la suite, le nouvel empereur conduit une politique très conservatrice qui mène le pays à la Première Guerre mondiale[2],[24].

Kronprinz de Prusse[modifier | modifier le code]

Héritier du trône de Prusse[modifier | modifier le code]

Lorsque Guillaume Ier monte sur le trône de Prusse le , Frédéric devient Kronprinz, autrement dit prince héritier. Déjà âgé de vingt-neuf ans, le jeune homme conserve ce titre pendant vingt-sept années. Au début de son règne, Guillaume Ier est considéré comme un souverain politiquement neutre. Frédéric et les libéraux allemands espèrent donc qu'avec lui s'ouvre une nouvelle ère politique. Cet espoir semble partagé par la population puisque, aux élections, les libéraux parviennent à augmenter le nombre de leurs sièges à la diète prussienne. Cependant, le roi Guillaume montre bientôt sa sensibilité conservatrice et s'oppose aux réformateurs[25].

Le Kronprinz en conversation avec des dignitaires allemands. Tableau d'Adolph von Menzel (1885).

Soldat dogmatique déjà âgé de soixante-quatre ans[26], Guillaume Ier entre donc rapidement en conflit avec le parlement prussien. Ainsi, dès septembre 1862, un affrontement entre le souverain et les députés à propos d'une réforme de l'armée manque de conduire au remplacement de Guillaume par Frédéric. De fait, le roi menace d'abdiquer si la diète refuse de lui accorder les crédits nécessaires à son plan de réorganisation de l'armée. Frédéric est horrifié par cette idée, et déclare à son père qu'une abdication « constituerait une menace pour la dynastie, le pays et la couronne »[27].

Guillaume change alors d'avis et nomme Otto von Bismarck Ministre-président de Prusse. Le choix de Bismarck, homme politique autoritaire et peu respectueux du parlement, comme chef du gouvernement conduit cependant à l'opposition du Kronprinz et du roi. Désireux d'unifier l'Allemagne par des moyens pacifiques et libéraux, Frédéric est rapidement isolé face à la politique du « sang et du fer ». Bientôt, le prince héritier est totalement exclu des affaires politiques par son père et cette situation perdure tout au long du règne de Guillaume Ier[7]. Soutenu par sa femme, le Kronprinz n'hésite pourtant pas à protester publiquement contre le gouvernement de son père. En 1863, il critique ainsi durement la restriction de la liberté de la presse décidée par Bismarck lors d'une réception officielle à Dantzig[28].

Bientôt dépourvus de toute réelle fonction officielle en Prusse, Frédéric et Victoria passent donc de longues périodes au Royaume-Uni. Contrairement à Guillaume Ier, la reine Victoria n'hésite pas à demander à son gendre de la représenter durant des cérémonies publiques[29].

De la guerre des Duchés à la guerre austro-prussienne[modifier | modifier le code]

Le comte Frédéric von Wrangel.

En 1863, éclate la deuxième guerre des Duchés qui oppose le Danemark à la Prusse et à l'Autriche à propos de la possession du Schleswig-Holstein. Nommé pour superviser le commandant suprême des armées de la Confédération germanique, le comte Frédéric von Wrangel, et son équipe, le kronprinz dénoue avec tact les tensions qui divisent les officiers. Les Prussiens et leurs alliés autrichiens défont les Danois et envahissent le sud du pays jusqu'au Jutland. Mais, après la guerre, ils passent deux ans à se disputer le leadership des États allemands[30].

L'opposition entre les deux anciens alliés aboutit à la guerre austro-prussienne. Opposé à un conflit avec Vienne, Frédéric accepte malgré tout le commandement d'une des trois armées prussiennes et prend le comte Leonhard von Blumenthal comme chef de son état-major. L'arrivée, au bon moment, des troupes du Kronprinz lors de la bataille de Sadowa, est décisive pour assurer la victoire aux Prussiens[30].

Après la bataille, Guillaume Ier décore son fils de l'ordre Pour le Mérite en récompense de son comportement sur le champ de bataille[31]. Quelques jours avant Sadowa, le Kronprinz a écrit à son épouse qu'il espère que cette guerre serait la dernière qu'il aurait à mener. Pourtant, au troisième jour de la confrontation, il demande par écrit à Victoria : « Qui sait si nous n'aurons pas à mener une troisième guerre pour conserver ce que nous avons gagné aujourd'hui ? »[32]

La guerre franco-prussienne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Guerre franco-allemande (1870).
The Illustrated London News du 20 août 1870 célèbre les victoires du Kronprinz durant la guerre franco-prussienne.

Quatre ans après la fin de la guerre austro-prussienne, éclate la guerre franco-prussienne de 1870 durant laquelle le Kronprinz commande la IIIe Armée allemande, composée de troupes originaires des États d'Allemagne du Sud[33],[34]. Durant ce nouveau conflit, Frédéric est loué pour son action contre les Français durant les batailles de Wœrth et de Wissembourg[34] mais c'est à Sedan et à Paris qu'il rencontre le plus de succès. Le respect avec lequel Frédéric traite alors les ennemis de son pays lui gagne d'ailleurs la reconnaissance des observateurs des pays neutres[35].

Évidemment, ses victoires militaires attirent également au prince l'amour de ses hommes. Après la bataille de Wœrth, un journaliste londonien est ainsi le témoin des nombreuses visites du Kronprinz aux soldats prussiens blessés et décrit l'affection et le respect avec lequel les militaires le traitent[36].

Pourtant, l'héritier du trône n'est pas un homme de guerre. Lors d'un entretien avec deux journalistes parisiens venus l'interroger, il déclare : « Je n'aime pas la guerre, messieurs. Si je dois régner, j'espère ne jamais avoir à la faire ». Ne s'y trompant pas, un autre journaliste français écrit à propos du prince : « Le Kronprinz a laissé quantité de preuves de sa bonté et de son humanité dans le pays contre lequel il a fait la guerre »[35]. Pour ses actes et son comportement, le London Times publie lui-aussi une louange à Frédéric en juillet 1871. Il écrit ainsi que « le Prince s'est gagné autant d'honneurs par sa noblesse de cœur que par ses prouesses durant cette guerre »[35].

Kronprinz d'Allemagne[modifier | modifier le code]

La Proclamation de l'Empire allemand dans la Galerie des Glaces de Versailles par Anton von Werner (1885). Bismarck se trouve au centre, en blanc. Le grand-duc de Bade, gendre de l'empereur, est aux côtés de Guillaume Ier et conduit les acclamations. Le Kronprinz Frédéric est derrière son père.

La proclamation du IIe Reich[modifier | modifier le code]

Article connexe : Unité allemande.

Le , jour anniversaire de l'accession des Hohenzollern à la dignité royale en 1701, les princes de la Confédération de l'Allemagne du Nord ainsi que ceux d'Allemagne du Sud (Bavière, Bade, Wurtemberg et Hesse-Darmstadt) proclament Guillaume Ier empereur dans la Galerie des Glaces du château de Versailles. Ils unissent alors symboliquement leurs États à l'intérieur d'un nouvel Empire allemand. Frédéric devient Kronprinz d'Allemagne et Otto von Bismarck chancelier impérial[37]. Par la suite, les États catholiques d'Allemagne du Sud, qui n'étaient liés à la Prusse que par une union douanière, sont officiellement incorporés à l'Allemagne unifiée par les traités de Versailles (26 février 1871) et de Francfort (10 mai 1871)[38] qui donne à la nouvelle Allemagne l'Alsace-Lorraine.

Un rôle officiel toujours limité[modifier | modifier le code]

Article connexe : Otto von Bismarck.
Le chancelier Otto von Bismarck, adversaire du Kronprinz et de son épouse (1875).

Toujours en conflit avec la politique et les actions de son père et de Bismarck, Frédéric se place ostensiblement aux côtés des libéraux allemands[39] et soutient notamment ceux-ci dans leur opposition à l'augmentation des crédits de l'armée[40]. Cependant, l'héritier du trône impérial n'est pas plus écouté que lorsqu'il était seulement Kronprinz de Prusse. Ses seules fonctions officielles sont celles de représentant de l'Allemagne et de son souverain lors des cérémonies, des mariages et des célébrations officielles comme le Jubilé de diamant de la reine Victoria de 1887[41].

Le prince Frédéric s'investit par ailleurs dans de nombreux travaux d'intérêt public, comme la fondation d'écoles ou d'églises dans la région de Bornstädt, près de Potsdam[42],[43]. Désireux d'aider son père à faire de Berlin un important centre culturel en Europe, l'héritier est nommé Protecteur des Musées publics. C'est d'ailleurs largement grâce à lui que la capitale allemande acquiert de nouvelles collections d'objets d'art et qu'est fondé le musée de Bode (connu sous le nom de « Musée du Kaiser Friedrich » jusqu'en 1956)[44].

Empereur allemand[modifier | modifier le code]

Un empereur attendu mais gravement malade[modifier | modifier le code]

Portrait de Frédéric par Heinrich von Angeli (1874).

Les forces progressistes allemandes attendent donc avec impatience l'arrivée de Frédéric sur le trône[40],[45]. Cependant, le très conservateur Guillaume Ier vit jusqu'à l'âge de quatre-vingt-dix ans et meurt seulement le . À cette époque, Frédéric a déjà cinquante-sept ans et il est atteint d'un cancer du larynx. Enfin devenu Kaiser, il regarde sa maladie avec consternation et se lamente de ne pas pouvoir servir davantage son pays[N 3],[46].

Malade, Frédéric III reçoit des conseils contradictoires de la part de ses médecins[47]. Ainsi, en Allemagne, le docteur Ernst von Bergmann désire lui enlever complètement le larynx tandis que son collègue, le docteur Rudolf Virchow, y est totalement opposé[48] car une telle opération n'a jamais été organisée sans aboutir au décès du patient[49],[N 4]. Le célèbre laryngologue britannique Morell Mackenzie, qui n'a pas reconnu le cancer de l'empereur, conseille quant à lui une simple cure en Italie, ce que Frédéric III et son épouse finissent par accepter[50].

Le , un mois avant la mort de Guillaume Ier, le docteur Bergmann enlève une canule au Kronprinz pour lui permettre de respirer[51] mais l'intervention chirurgicale lui fait perdre l'usage de la parole. Désormais incapable de s'exprimer verbalement, Frédéric doit se résoudre à utiliser l'écriture pour communiquer[52]. Malgré tout, le prince a eu de la chance pendant l'opération : le docteur Bergmann a en effet manqué de tuer l'héritier du trône en ratant l'incision de la trachée et en dirigeant la canule vers le mauvais endroit de la gorge. Frédéric a alors commencé à tousser et à saigner et Bergmann a donc dû placer son index dans la blessure pour l'élargir. Le saignement a fini par se calmer au bout de deux heures mais l'action du médecin a eu pour conséquence de créer un abcès dans le cou de son patient. Rapidement, du pus a fini par s'y emmagasiner, gênant considérablement l'empereur durant les derniers mois de sa vie[51]. Après l'opération qu'il a subie, le prince se plaint à son entourage d'avoir été maltraité par le médecin et cherche à savoir « pourquoi Bergmann a mis son doigt dans [sa] gorge »[51]. Quelques semaines plus tard, le docteur Evans pratique avec davantage de succès une nouvelle trachéotomie en fabriquant une canule à partir d'une fine médaille en argent[53].

« L'empereur des 99 jours »[modifier | modifier le code]

Malgré sa maladie, l'empereur Frédéric fait de son mieux pour remplir ses obligations officielles[N 5] et il n'oublie pas de récompenser ceux qui l'ont toujours soutenu. Immédiatement après l'annonce de son accession au trône, il décore ainsi son épouse, la princesse royale Victoria du Royaume-Uni, de l'ordre de l'Aigle noir, afin de l'honorer en tant qu'impératrice[54].

Au Kaiser-Friedrich-Mausoleum de Potsdam, le tombeau de l'empereur est surmonté d'un gisant le représentant.

Pendant son court règne, le souverain reçoit en visite officielle sa belle-mère, la reine Victoria du Royaume-Uni, et le roi Oscar II de Suède. Il assiste également au mariage de son fils, le prince Henri de Prusse, avec sa nièce, la princesse Irène de Hesse-Darmstadt. Mais Frédéric ne reste sur le trône que quatre-vingt-dix-neuf jours[55] et se révèle incapable de mener à bien les réformes qui lui tiennent à cœur depuis longtemps[56]. Ainsi, un édit qu'il a écrit bien avant d'être élevé à la dignité impériale et qui limite les pouvoirs du chancelier et du souverain n'est jamais appliqué[57]. Le 8 juin 1888, Frédéric force tout de même Robert von Puttkamer à démissionner de son poste de ministre de l'Intérieur du royaume de Prusse après que des preuves ont indiqué que celui-ci est intervenu dans les élections au Reichstag[58].

Conscient que sa mort approche, Frédéric se préoccupe surtout pour le sort de son pays. En mai 1888, il déclare ainsi : « Je ne peux pas mourir… Qu'arriverait-il à l'Allemagne ? »[59] Il s'éteint pourtant le 15 juin suivant et son fils aîné, le jeune Guillaume II, lui succède sur le trône. Frédéric est alors enterré dans un mausolée accolé à la Friedenskirche de Potsdam[60]. Après le décès de l'empereur, le Premier ministre britannique William Gladstone le qualifie de « Barberousse du libéralisme allemand »[61].

Controverse historiographique[modifier | modifier le code]

« La fin d'une vie courageuse » : le magazine américain Puck en deuil de l'empereur libéral Frédéric III.

Durant toute sa vie, Frédéric est convaincu qu'un gouvernement ne devrait pas agir contre la volonté de son peuple[28],[62]. Très libéral, il admire son beau-père, le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, et le régime parlementaire britannique. Avant d'accéder au trône, il a par ailleurs eu l'occasion de discuter longuement de ses idées concernant le gouvernement avec sa belle-mère, la reine Victoria et d'autres personnes [40],[63]. En accord avec son épouse, il a prévu de réformer l'Empire allemand en nommant à sa tête des ministres plus libéraux[64].

Une fois arrivés sur le trône, Frédéric et Victoria cherchent à limiter durablement le rôle du chancelier impérial[57] et à réorganiser le système politique allemand afin d'y ajouter plusieurs éléments du modèle libéral britannique. Beaucoup d'historiens, comme William Harbutt Dawson ou Erich Eyck, considèrent donc que la mort inopinée de Frédéric III a brisé le développement du mouvement libéral à l'intérieur de l'Empire[2]. Ils pensent en effet que s'il avait régné plus longtemps et eu une meilleure santé, Frédéric aurait fait de l'Allemagne une démocratie libérale et empêché sa militarisation à outrance[55],[65]. D'autres auteurs, comme Michael Balfour ou Michael Freund, vont plus loin en postulant qu'en régnant plus longtemps, Frédéric aurait empêché le déclenchement de la Première Guerre mondiale et, par ricochet, l'avènement du nazisme et la Deuxième Guerre mondiale[66],[67]. Plus prudent, l'historien Frank Tipton se contente de demander : « Que serait-il advenu si son père était mort plus tôt ou si lui-même avait vécu plus longtemps ? »[68].

Statue équestre du Kaiser Frédéric III par Louis Tuaillon, à Brême.

En revanche, d'autres chercheurs, tels que Wilhelm Mommsen ou Arthur Rosenberg, s'opposent à l'idée que l'empereur aurait pu libéraliser l'Allemagne[2]. Ils estiment en effet que Frédéric n'aurait jamais osé s'opposer à la fois à son père et à Bismarck pour changer l'histoire de son pays. Excellent soldat élevé dans la tradition militaire de sa famille[14], Frédéric s'est plié à la plupart des décisions politiques de son père et du chancelier. Pour Andreas Dorpalen, il est donc peu probable que l'empereur aurait changé de comportement s'il était resté plus longtemps sur le trône[63],[69], d'autant qu'il avait un caractère trop faible pour pouvoir amener de réels changements en Allemagne[70]. Arthur Rosenberg va plus loin, considérant que, malgré ses tendances libérales, Frédéric croyait fermement en Bismarck et dans son système[71]. Quant à James J. Sheehan, il suppose que le climat politique et le système des partis allemands étaient trop conservateurs à la fin du XIXe siècle pour que Frédéric ait pu les libéraliser en profondeur[72]. Finalement, Andreas Dorpalen ajoute que le libéralisme de Frédéric a été exagéré après sa mort pour laisser une image forte au mouvement libéral germanique[73]. Il considère par ailleurs que les erreurs commises par Guillaume II ont contribué à peindre son père sous une lumière plus favorable[24].

Frédéric III dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le mont Frédéric-Guillaume, au Canada.
Géographie

Le mont Frédéric-Guillaume (Mount Frederick William), dans la baie Jervis, en Colombie-Britannique, au Canada, a été nommé ainsi en l'honneur du Kronprinz Frédéric en 1860[74].

Monuments
Numismatique

Une pièce de 20 marks d'or à l'effigie de Frédéric III a été frappée en 1888[79].

Télévision

Le rôle de Frédéric est interprété par l'acteur Denis Lill dans la mini-série britannique La Chute des aigles (Fall of Eagles) produite par la BBC en 1974[80].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article renvoie aux ouvrages utilisés pour la rédaction de cet article et de sa version originale (en anglais).

Journal de Frédéric III[modifier | modifier le code]

  • (en) Emperor Frederick III, The War Diary of the Emperor Frederick III, (1870-1871), traduit et édité par Alfred Richard Allinson, Frederick A. Stokes Company, New-York, 1927[N 6].

Sur Frédéric III[modifier | modifier le code]

  • (en) Andreas Dorpalen, « Emperor Frederick III and the German Liberal Movement » dans The American Historical Review, volume 54, octobre 1948, p. 1-31. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Kurt Düwell et. alii, Drei deutsche Kaiser. Wilhelm I., Friedrich III., Wilhelm II. Ihr Leben und ihre Zeit, Ploetz, Freiburg, 1996 (ISBN 3876401925)
  • (en) Ladislas Farago et Andrew Sinclair, Royal Web: The Story of Princess Victoria and Frederick of Prussia, McGraw-Hill Book Company, New York, 1981 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Wilhelm Koehler, Das Drei-Kaiser-Album. Reprint der Originalausgabe von 1912, Melchior, Wolfenbüttel, 2007 (ISBN 3939791261)
  • (en) Patricia Kollander, Frederick III: Germany’s Liberal Emperor, Greenwood Publishing Group, Londres, 1995 (ISBN 9780313294839) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) J. McCullough, « An Imperial Tragedy: Frederick III and the Letters of the Empress » dans The Canadian Medical Association Journal, mars 1930, p. 403-409. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Hermann Mueller-Bohn, Kaiser Friedrich der gütige: Vaterländisches Ehrenbuch, Verlag Von Paul Kittel, Berlin, 1900. (OCLC 11475860) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Hans-Joachim Neumann, Friedrich III: Der 99-Tage-Kaiser, édition q, Berlin, 2006 (ISBN 3861246023)
  • (en) John Van der Kiste, Frederick III: German Emperor 1888, Alan Sutton Publishing, Gloucester, 1981 (ISBN 9780904387773) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Van der Kiste, Dearest Vicky, Darling Fritz: The Tragic Love Story of Queen Victoria's Eldest Daughter and the German Emperor, Sutton Publishing, 2001 (ISBN 0750925833)
  • (de) Ludwig Ziemssen, Friedrich, deutscher Kaiser und König von Preußen, Franz Lipperheide, Berlin, 1888 (ASIN B0018KRFG8)

Sur Frédéric III et sa famille[modifier | modifier le code]

  • (fr) Christian Baechler, Guillaume II le Kaiser, Fayard, 2003 (ISBN 2213615578)
  • (en) Michael Balfour, The Kaiser and his Times, Houghton Mifflin, Boston, 1964 (OCLC 807459) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Lamar Cecil, Wilhelm II: Prince and Emperor 1859-1900, University of North Carolina, Chapel Hill, 1989 (ISBN 9780807818282) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Catherine Clay, Le roi, l'empereur et le tsar : Les trois cousins quit ont entraîné le monde dans la guerre, Librairie Académique Perrin, traduction française, 2008 (ISBN 2262028559)
  • (en) Egon Corti, English Empress: A Study in the Relations Between Queen Victoria and Her Eldest Daughter, Empress Frederick of Germany, cassel, Londres, 1957 (OCLC 60222037) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Michael Freund, Das Drama der 99 Tage, Kiepenheuer & Witsch, Cologne, 1966. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Denis Judd, Eclipse of Kings: European Monarchies in the Twentieth Century, Stein and Day, New York, 1976 (ISBN 9780685701195)
  • (en) Giles MacDonogh, Last Kaiser: The Life of Wilhelm II, Macmillan, Londres, 2003 (ISBN 9780312305574) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) J. Alden Nichols, The Year of the Three Kaisers: Bismarck and the German Succession, 1887-88, University of Illinois Press, Chicago, 1987 (ISBN 9780252013072)
  • (en) Hannah Pakula, An Uncommon Woman - The Empress Frederick: Daughter of Queen Victoria, Wife of the Crown Prince of Prussia, Mother of Kaiser Wilhelm, Simon and Schuster, New York, 1995 (ISBN 9780684808185) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Röhl, Young Wilhelm: The Kaiser's Early Life, 1859-1888, Cambridge University Press, Cambridge, 1998 (ISBN 9780521497527) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Andrew Sinclair, The Other Victoria: The Princess Royal and the Grand Game of Europe, Weidenfeld and Nicholson, Londres, 1981 (ISBN 0 297 779887) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

  • (en) Ned Chalat, « Sir Morell Mackenzie Revisited » dans The Laryngoscope, volume 94, octobre 1984
  • (en) Harold James Dyos et Michael Wolff, The Victorian City, volume 1, Routledge, Londres, 1999 (ISBN 9780415193238)
  • (en) Edgar Feuchtwanger, Bismarck, Routledge, Londres, 2002 (ISBN 9780415216142) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Michael Howard, The Franco-Prussian War: The German Invasion of France, 1870-1871, Routledge, Londres, 2001 (ISBN 9780415266710) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Martin Kitchen, The Cambridge Illustrated History of Germany, Cambridge University Press, Cambridge, 1996 (ISBN 9780521453417) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Lord, Beacon Lights of History, volume X, Kessinger Publishing, Montana, 2004 (ISBN 9781419109201)
  • (en) Jan Palmowski, Urban Liberalism in Imperial Germany, Oxford University Press, Oxford, 1999 (ISBN 9780198207504) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Bernard Poloni et alii, L'Empire allemand de l'unité du Reich au départ de Bismarck, 1871-1890, Du Temps, 2002 (ISBN 2842742060)
  • (en) Arthur Rosenberg, The Birth of the German Republic 1871-1918, Oxford University Press, Oxford, 1931. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) James Sheehan, German Liberalism in the Nineteenth Century, University of Chicago Press, Chicago, 1978 (ISBN 9781573926065) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Jonathan Sperber, The European Revolutions, 1848-1851, Cambridge University Press, Cambridge, 1994 (ISBN 9780521386852) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Frank Tipton, A History of Modern Germany Since 1815, Continuum International Publishing Group, Londres, 2003 (ISBN 9780826449108) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Frederick III, German Emperor » (voir la liste des auteurs)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avant son avènement, il est plutôt connu sous le prénom Frédéric-Guillaume, qu'il tient de son oncle le roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse, à qui il était censé succéder.
  2. Ironiquement, le plan mis en place par Bismarck pour miner l'influence de Frédéric et de son épouse auprès de leur fils a conduit à la propre chute de l'homme politique prussien. En effet, lorsque le chancelier a compris que Guillaume II était sur le point de le démettre de ses fonctions, en 1890, il s'est rendu auprès de l'impératrice douairière pour qu'elle use, en sa faveur, de son influence sur son fils. Cependant, la souveraine lui a répondu qu'il avait lui-même détruit l'influence qu'elle avait pu avoir sur son fils et qu'elle ne pouvait donc pas l'utiliser pour le sauver. Michael Balfour, The Kaiser and his Times, Houghton Mifflin, 1964, p. 132
  3. Il déclare ainsi : « Penser que j'aurais eu une aussi horrible et dégoûtante maladie… J'avais tellement espéré pouvoir être utile à mon pays ». Cité par Hannah Pakula, op. cit., p. 448.
  4. Des années plus tard, Bergmann a essayé de prouver à ses étudiants qu'une telle opération était possible et qu'il aurait pu sauver la vie de Frédéric III s'il lui avait enlevé le larynx. Il a donc tenté l'opération sur un autre patient mais celui-ci est mort durant l'opération. Egon Corti, op. cit., p. 307–308. Hannah Pakula, op. cit., p. 504. John Van der Kiste, op. cit., p. 171.
  5. Dans une lettre à Lord Francis Napier, l'impératrice Victoria écrit, à propos de son époux : « L'Empereur est capable d'accomplir son travail et réalise beaucoup de choses, mais le fait de ne pas pouvoir parler le handicape évidemment énormément ». Cité par John Van der Kiste, op. cit., p. 196.
  6. Il s'agit là de la publication des journaux de guerre écrits par le Kronprinz durant le conflit franco-allemand de 1870.

Références[modifier | modifier le code]

  1. John Van der Kiste, Frederick III: German Emperor 1888, Alan Sutton, Gloucester, 1981, p. 10-11.
  2. a, b, c, d et e Andreas Dorpalen, « Emperor Frederick III and the German Liberal Movement » dans The American Historical Review vol. 54, octobre 1948, p. 2.
  3. a et b Patricia Kollander, Frederick III: Germany’s Liberal Emperor, Greenwood Publishing Group, Londres, 1995, p. 1.
  4. a et b John Van der Kiste, op. cit., p. 12.
  5. Hermann Mueller-Bohn, Kaiser Friedrich der gütige: Vaterländisches Ehrenbuch, Verlag Von Paul Kittel, Berlin, 1900, p. 44.
  6. Hermann Mueller-Bohn, op. cit., p. 14.
  7. a et b J. Nichols, The Year of the Three Kaisers: Bismarck and the German Succession, 1887-88, University of Illinois Press, Chicago, 1987, p. 7.
  8. a et b Jan Palmowski, Urban Liberalism in Imperial Germany, Oxford University Press, Oxford, 1999, p. 43.
  9. Jonathan Sperber, The European Revolutions, 1848-1851, Cambridge University Press, Cambridge, 1994, p. 64.
  10. Jonathan Sperber, op. cit., p. 128-129.
  11. John Röhl, Young Wilhelm: The Kaiser's Early Life, 1859-1888, Cambridge UP, 1998, p. 554.
  12. a et b John Van der Kiste, op. cit., p. 15.
  13. John Van der Kiste, op. cit., p. 16.
  14. a et b Giles MacDonogh, Last Kaiser: The Life of Wilhelm II, Macmillan, Londres, 2003, p. 17.
  15. John Van der Kiste, op. cit., p. 31.
  16. Giles MacDonogh, op. cit., p. 17–18.
  17. John Van der Kiste, op. cit., p. 43.
  18. John Röhl, op. cit., p. 12.
  19. Giles MacDonogh, op. cit., p. 22.
  20. a et b John Röhl, op. cit., p. 101.
  21. John Röhl, op. cit., p. XIII.
  22. Edgar Feuchtwanger, Bismarck, Routledge, Londres, 2002, p. 243.
  23. Patricia Kollander, op. cit., p. 178.
  24. a et b Andreas Dorpalen, op. cit., p. 31.
  25. John Van der Kiste, op. cit., p. 68.
  26. John Van der Kiste, op. cit., p. 61.
  27. Hannah Pakula, An Uncommon Woman - The Empress Frederick: Daughter of Queen Victoria, Wife of the Crown Prince of Prussia, Mother of Kaiser Wilhelm, Simon and Schuster, New-York, 1995, p. 168.
  28. a et b Andreas Dorpalen, op. cit., p. 11.
  29. Hannah Pakula, op. cit., p. 69.
  30. a et b John Lord, Beacon Lights of History, volume X, Kessinger Publishing, Montana, 2004, p. 125.
  31. Patricia Kollander, op. cit., p. 79.
  32. Hannah Pakula, op. cit., p. 98.
  33. Michael Howard, The Franco-Prussian War: The German Invasion of France, 1870-1871, Routledge, Londres, 2001, p. 60.
  34. a et b Patricia Kollander, op. cit., p. 92.
  35. a, b et c Patricia Kollander, op. cit., p. 109.
  36. « The Crown Prince Frederick William of Prussia » dans The Illustrated London News du 20 août 1870, p. 185.
  37. « Die Reichsgründung 1871 » sur le musée virtuel LeMo (Musée historique allemand).
  38. Michael Howard, op. cit., p. 432-456.
  39. Andreas Dorpalen, op. cit., p. 6.
  40. a, b et c Andreas Dorpalen, op. cit., p. 1.
  41. John Van der Kiste, op. cit., p. 130-131.
  42. Hermann Mueller-Bohn, op. cit., p. 420.
  43. John Van der Kiste, op. cit., p. 89.
  44. John Van der Kiste, op. cit., p. 128.
  45. James Sheehan, German Liberalism in the Nineteenth Century, University of Chicago Press, Chicago, 1978, p. 217.
  46. Hannah Pakula, op. cit., p. 448.
  47. Hannah Pakula, op. cit., p. 479.
  48. Andrew Sinclair, The Other Victoria: The Princess Royal and the Grand Game of Europe, Weidenfeld and Nicholson, Londres, 1981, p. 195.
  49. Andrew Sinclair, op. cit., p. 206.
  50. Catherine Clay, Le roi, l'empereur et le tsar : Les trois cousins quit ont entraîné le monde dans la guerre, Librairie Académique Perrin, tr. fr., 2008, p. 172.
  51. a, b et c Andrew Sinclair, op. cit., p. 204.
  52. Andreas Dorpalen, op. cit., p. 27.
  53. Nécrologie du docteur Evans dans le New York Times du 16 novembre 1897.
  54. John Van der Kiste, op. cit., p. 193.
  55. a et b Martin Kitchen, The Cambridge Illustrated History of Germany, Cambridge University Press, Cambridge, 1996, p. 214.
  56. Lamar Cecil, Wilhelm II: Prince and Emperor 1859-1900, University of North Carolina Press, Chapel Hill, 1989, p. 110.
  57. a et b Patricia Kollander, op. cit., p. 147.
  58. John Van der Kiste, op. cit., p. 195.
  59. Hannah Pakula, op. cit., p. 484.
  60. Régine Wanckel, « Evangelische Friedenskirchgemeinde Potsdam », 2008.
  61. Patricia Kollander, op. cit., p. XI.
  62. Andreas Dorpalen, op. cit., p. 22.
  63. a et b Andreas Dorpalen, op. cit., p. 3.
  64. Ladislas Farago et Andrew Sinclair, Royal Web: The Story of Princess Victoria and Frederick of Prussia, McGraw-Hill Book Company, New-York, 1981, p. 264.
  65. J. McCullough, op. cit., p. 403.
  66. Michael Balfour, The Kaiser and his Times, Houghton Mifflin, Boston, 1964, p. V.
  67. Michael Freund, Das Drama der 99 Tage, Kiepenheuer und Witsch, Cologne, 1966, p. 9.
  68. Frank Tipton, A History of Modern Germany Since 1815, Continuum International Publishing Group, Londres, 2003, p. 176.
  69. Andreas Dorpalen, op. cit., p. 18.
  70. Andreas Dorpalen, op. cit., p. 4.
  71. Arthur Rosenberg, The Birth of the German Republic 1871-1918, Oxford University Press, Oxford, 1931, p. 34.
  72. James J. Sheehan, op. cit., p. 216.
  73. Andreas Dorpalen, op. cit., p. 30.
  74. Charles W. Hitz, Through the Rapids - The History of Princess Louisa Inlet, Sikta 2 Publishing, Kirkland, 2003, p. 54. (ISBN 0972025502).
  75. Carola Wedel, Das Bode-Museum. Schatzkammer der Könige, Jaron, Berlin, 2006 (ISBN 3-89773-549-0)
  76. « Histoire » sur le site officiel du château
  77. Site officiel du Kaiser-Friedrich-Halle
  78. Friedrich Weichert, Ein versunkenes Juwel. Die Geschichte der ersten Kaiser Friedrich-Gedächtniskirche zu Berlin, Lettner-Verlag, Berlin, 1970.
  79. Voir l'image sur ce site consacré à l'empereur.
  80. Informations sur l'Internet Movie Database.
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 3 février 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.