Frédéric Bianchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bianchi.
Frédéric Bianchi
Le feld-maréchal Frédéric Bianchi.
Le feld-maréchal Frédéric Bianchi.

Naissance 27 février 1768
Vienne
Décès 18 août 1855 (à 87 ans)
Sauerbrunn
Allégeance Drapeau de l'Autriche Empire d'Autriche
Arme Infanterie
Grade Feld-maréchal
Années de service 1787 – 1815
Conflits Première Coalition
Campagne d'Italie (1796-1797)
Guerres napoléoniennes
Guerre napolitaine
Faits d'armes Bataille de Rivoli
Bataille de Dresde
Bataille de Leipzig
Bataille de Tolentino
Distinctions Ordre militaire de Marie-Thérèse
Croix de saint Georges
Duc de Casalanza

Vincenz Ferrerius Frédéric Bianchi, ou Frédéric Bianchi, duc de Casalanza, né à Vienne le 27 février 1768 et mort à Sauerbrunn le 18 août 1855, est un général autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à l’Académie impériale des ingénieurs de Vienne. En 1788, il est sous-lieutenant dans l’armée de Slavonie et se distingue au siège de Dubitza. Il est nommé capitaine après le siège de Valenciennes en 1793. En 1796, il passe en Italie, sous les ordres de Wurmser, comme officier d’état-major. Il capture à Brescia l’aide de camp Joachim Murat. À la tête du régiment (six bataillons) du comte de Lusignan à Rivoli, il est pris dans la retraite, mais libéré à la demande du général Alvinczy. En 1799, il est lieutenant-colonel et attaché à l’archiduc Ferdinand, qui suit l’archiduc Charles dans la campagne d’Allemagne et de Suisse. Cela lui vaut la promotion au grade de colonel en trois mois à la tête du 48e régiment d’infanterie hongroise. En 1804, il mate une révolte à Cattaro, sur la côte dalmate.

Sous l'Empire[modifier | modifier le code]

Adjudant-général après la campagne d’Allemagne (1805), il commande le 48e régiment d’infanterie hongroise jusqu’en 1807. Il est ensuite général de brigade. Du 3 au 5 juin 1807, il s’oppose au maréchal Davout et protège ainsi une tête de pont sur le Danube, près de Presbourg, ce qui lui vaut la croix de l'ordre militaire de Marie-Thérèse. Il devient ensuite lieutenant-général, propriétaire du 63e régiment d’infanterie, et inspecteur de l’infanterie en Hongrie. En 1812, il est à la tête de la 1re division de l’armée de Karl Philipp de Schwarzenberg, qui fait une partie de la campagne de Russie. En 1813, il ne maintient sa division qu’avec peine devant la porte de Freyberg à Dresde, qu’il tentait de prendre d’assaut lorsqu’il fut attaqué par Napoléon. Il se distingue ensuite à la bataille de Leipzig, ce qui lui vaut la Croix de saint Georges de la part du tsar Alexandre. En 1814, il commande un corps d’armée, qui participe à divers combats, dont celui de Moret-sur-Loing (8 février). Il est ensuite envoyé vers Dijon pour stopper Augereau, mais est battu le 11 mars et recule de Saint-Symphorien à Mâcon.

Contre Murat en Italie[modifier | modifier le code]

En 1815, il est envoyé en Italie pour empêcher le roi de Naples Joachim Murat de conquérir le pays, à la tête de 20 000 hommes. Il commande personnellement une division, l’autre est confiée à Neipperg. Il bat le maréchal d’Empire à Tolentino, ce qui lui vaut de la part de Ferdinand Ier des Deux-Siciles le titre de duc de Casalanza, puis le grade de feld-maréchal.

Après l'Empire[modifier | modifier le code]

À partir de l'été 1815, il participe à l'occupation de la France par les puissances victorieuses. Il est nommé commandant des troupes autrichiennes d'occupation du sud de la France (2e corps). Il réside a Avignon et accélère la fin de l'occupation autrichienne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]